Haute Ubaye du 24 au 31 août 2019

Rubrique: Reportages 14 septembre 2019

Le hameau de Fouillouse, perché à 1900m d’altitude, accessible uniquement par une route étroite, voyait circuler son lot habituel de touristes et randonneurs. Soudain, un camion pas comme les autres est arrivé, floqué HCE sur son flanc. Quelques personnes en sont descendues, et ont commencé à monter un marabout. Le groupe se formait au fur et à mesure des arrivées.

Samedi

Enchanté, mon nom est épicène, a dit Dominique en arrivant. Devant notre perplexité, il nous a expliqué ce qu’est un prénom épicène.

Un père de famille intrigué par le campement s’est approché, et a proposé les services de ses deux garçons adolescents qui se sont empressés de monter l’enclos pour Charlot, notre âne. Les choses à faire ne manquent pas : creuser les toilettes, faire le repas, remplir les "loutres" d’eau... Les derniers retardataires sont arrivés un peu après 20h à cause d’une circulation difficile. Aucun réseau au campement, parfait pour déconnecter complètement, mais un peu moins pratique pour prévenir des éventuels retards !
- Demain, il fait beau, mais le jour d’après la météo annonce de la pluie. On va donc décaler à plus tard la journée d’initiation prévue demain, et on bivouaquera demain soir pour éviter la pluie a annoncé Yannick, notre accompagnateur sur ce séjour, avant que le groupe aille dormir.

Dimanche

Le lendemain matin, Une fois prêts, nous avons sorti les joëlettes. Surprise : l’une d’entre elle est à plat ! Une fois la chambre à air changée, Yannick, aidé de Christine (Cricri) nous ont expliqué le fonctionnement de la Joëlette.

En guise d’initiation, on a commencé direct dans une pente un peu raide, parsemée de marches et de cailloux. Ça n’a pas empêché certains équipages de proposer de chanter pour se donner du courage.
- Moi je chante comme un cheval, mais je ne cours pas aussi vite, nous a annoncé Nathalie

Michel, à l’arrière de sa Joëlette nous a fait une démonstration involontaire de free-style façon roulé-boulé dans un virage, heureusement sans mal, ni pour lui, ni pour Nathalie... Ouf !


La vue se dégageait au fur et à mesure que le groupe montait. Le jeu en valait la chandelle : le cadre était superbe ! L’endroit idéal pour une pause de midi.


Au moment de repartir, après une courte sieste.... Ah tiens, la joëlette d’Emmanuelle est à plat ! L’hypothèse d’un sabotage afin de prolonger le temps de sieste effleurait certains esprits. Malgré tout, la crevaison a vite été réparée, et nous sommes reparti en direction du lac premier, avec à nouveau quelques passages un peu techniques.





Une fois au lac, certains courageux n’ont pas hésité à se jeter dans une eau... rafraichissante.


Il ne nous restait plus qu’à monter une petite piste jusqu’au lieu de bivouac, afin d’y monter la bâche et de préparer le repas.





On a mangé tôt pour profiter au maximum de la chaleur et du soleil, puis tout le monde est allé dormir sous la bâche ou sous les étoiles.
Charlot a pris un malin plaisir à venir brouter juste à côté des dormeurs à la belle étoile, résignant Marion à se réfugier sous la bâche.

Lundi

Après une nuit plus ou moins réparatrice, nous voilà repartis en direction du lac au neuf couleurs. On est passés à nouveau par des passages un peu techniques.

- Mais vous êtes fous ! s’est exclamé Emmanuelle au milieu de la montée.




Cela dit, aucune chute à déplorer. Après une petite pause, on s’est rendu compte que le saboteur a encore frappé : les brancards arrière de la joëlette de Dominique commencent à se dessouder ! On a effectué une réparation de fortune avant de continuer la montée.

Au bout d’un moment, on est enfin arrivés au lac au 9 couleurs. Pas sûr d’avoir compté toutes les couleurs, mais en tout cas le lieu est parfait pour un picnic !





Une fois rassasiés, il nous a fallu redescendre jusqu’au bivouac pour récupérer les affaires, puis continuer jusqu’au lieu de campement à Fouillouse.



On a pris alors un apéro bien mérité, suivi d’un repas (excellent, comme d’habitude), tout en fêtant l’anniversaire de Sarah.
Guillaume a ensuite sorti son accordéon et Sarah sa flute. On a clôturé la soirée par un "cercle circassien", c’est à dire une danse plus ou moins structurée avec tout le monde en cercle. Nathalie a chuté quelques fois car "la marche arrière ne fonctionne pas très bien chez moi".


Mardi

Aujourd’hui, programme détente : départ pas trop tôt, et journée d’initiation.

On a commencé tranquillement sur un chemin bien roulant. Les débutants qui n’ont pas osé manipuler la joëlette les deux premiers jours ont pu s’en donner à cœur joie sous les conseils avisés de Yannick.

A nouveau, le lieu choisit pour le picnic est remarquable, avec une belle vue dégagée sur les montagnes.

Comme à son habitude, au moment de la sieste, Jean-Lou a débranché son appareil auditif, et a sombré instantanément dans un vrai sommeil accompagné de quelques ronflements. "une bombe pourrait tomber à coté, ça ne me réveillerai pas !" nous a-t-il assuré.

Mais il nous faut bien le réveiller pour redescendre à Fouillouse.
- Je crois que j’ai problème : la joëlette est toute tordue, a dit Marion aux commandes de la joëlette d’Emmanuelle.
- Tout comme moi ! à répondu du tac au tac Emmanuelle


Le temps s’est fait de plus en plus menaçant pendant la descente, et c’est sous une pluie battante qu’on arrive au campement.


Cela dit, ça n’a pas duré : on est vite ressortis, le temps pour une partie du groupe de suivre un cours d’accro-yoga improvisé par Sarah. Malheureusement le cours s’est vite trouvé interrompu par la pluie qui s’est remise à tomber.

On a pris le repas du soir sous le marabout, pendant que le tonnerre grondait et que le ciel déversait largement plus que les 2mm de pluie initialement prévue par la météo.

Mercredi :

Contrairement à la veille, il nous a fallu se lever aux aurores afin de plier le camp et partir pour le deuxième bivouac du séjour. Heureusement, la pluie s’est calmée pendant la nuit, c’est donc au sec qu’on a pu ranger toutes les affaires.

- C’est une grosse journée. Quand vous trouverez ça dur, dites-vous que ça sera plus dur plus tard !nous a dit Yannick pour nous donner du courage.

Effectivement, la dernière montée avant le lieu n’était pas de tout repos, sous le petit crachin breton, là juste pour nous rafraichir. Charlot n’a pas trouvé la montée à son gout non plus, et a tenté une fugue avec le picnic. Heureusement, les talents de négociateurs de certains membres du groupe l’on fait revenir à la raison. En attendant l’arrivée de Charlot et du picnic, Guillaume a sorti une flute pour réchauffer un peu l’atmosphère. On a néanmoins pris un repas plutôt humide.



On est ensuite repartis sur un sentier plus facile jusqu’au baraquements de Viraysse. Les bâtiments, à l’état de ruines pour la plupart, contrastaient avec la montagne. Le lieu était magnifique. C’est notre lieu de bivouac pour la nuit, et on est bien contents d’être arrivés : la journée a été dense !

Pour faire récupérer Jean-Lou des secousses de la Joëlette, Cricri lui fait un petit massage.
-  Tu vois, Denis est ton frère, et toi tu es masseur lui a-t-il dit
Avant le repas, on a eu le droit au spectacle d’un troupeau de bouquetin évoluant sur la montagne en face.


Au menu ce soir : soupe de ratatouille, une création originale et involontaire de Anne-Marie, verdict : c’était très bon !
Avant d’aller dormir, Yovann nous a montré un grand nombre de constellations, bien visibles dans le ciel maintenant dégagé.

Jeudi

Le matin après le petit déjeuner, Anne-Marie nous a montré comment faire la salutation au soleil en yoga avant de nous quitter avec Christine pour retourner à Fouillouse effectuer une navette avec le camion.

Pendant ce temps, on est remontés jusqu’au fort qui surplombe le campement, en laissant au passage toutes les affaires à sécher à un col.
-  Il y a plein de lacets, on se croirait à l’alpes d’huez, a remarqué Michel
-  C’est vrai que les scratchs c’est mieux a répondu Emmanuelle
Une petite photo de groupe au sommet, puis on est redescendus au col pour manger. Le C formé par les pierres bloquant la bâche de bivouac a donné l’idée à certain de compléter le dessin pour écrire "HCE" dans la cour des baraquements.



Une petite pluie nous fait abréger la sieste et repartir sans trainer. Une descente un peu technique nous a amenés jusqu’au village de Larche, notre lieu de campement pour la nuit. Le camion avec Anne Marie et Christine est arrivé à peine cinq minutes après nous.


Les conducteurs sont partis aller chercher les voitures toujours garées à Fouillouse pendant que le reste a achevé d’installer le campement. On est rejoint en soirée par Stéphane et Aurélie, des amis de Yannick en vacances :dans le coin. Après un excellent repas à base de lapin et de polenta, tout le monde est allé dormir.

Vendredi

Pour notre dernier jour de rando, tout le monde était un peu en mode "vacances".
Stéphane et Aurélie nous ont accompagnés pour découvrir la joëlette. Un petit transfert en voiture est nécessaire pour atteindre le départ de la rando. On a monté les joëlettes, et... ah flute, on a oublié les coussins ! Romain est reparti illico en voiture aller les chercher au campement. Il n’a pas le temps de revenir qu’on s’est aperçu qu’il manquait également la moitié des cordes. Tant pis, on fera sans !
Le chemin montait en pente douce au milieu des marmottes, quand soudain un trébuchement sur une pierre a provoqué la chute de la joëlette de Dominique.

On décide donc de faire une croix sur le lac prévu initialement et de s’arrêter plus tôt que prévu. On a sorti le picnic des bas de l’âne, mais ... où est le pain ? Encore un oubli... Décidément, Stéphane et Aurélie doivent nous prendre pour de sacrés touristes :)
On a bien profité de la pause de midi et du torrent juste à côté, mais quelques coups de tonnerre nous ont incités à rejoindre les voitures sans tarder.

On a fini l’après-midi entre jeux de société et discussion diverses, puis on a enchainé sur le repas, et le traditionnel tour de table. L’émotion était palpable. Le mot qui est ressorti le plus est "bonne humeur". Pour conclure, Guillaume a sorti son accordéon, et c’est parti pour une dernière danse ensemble.
Puis est venu malheureusement le moment d’aller dormir.



Samedi
Le lendemain matin, c’est un peu triste que l’on a replié le campement, et qu’on a fait une dernière salutation au soleil avant de se dire au revoir.
Tout est ensuite reparti des souvenirs plein la tête. Vivement le prochain séjour !

Partager

Autres articles dans cette rubrique