Huayhuash 2015, suite et fin de la belle aventure

Après l’émotion, l’euphorie du passage à plus de 5 000 m, il reste encore du chemin à parcourir avant de quitter cette belle Cordillère...

Vendredi 26 juin
Huanacpatay (4350 m), Huayllapa (3600m)

Aujourd’hui c’est descente alors réveil tranquille. Nous nous amusons beaucoup avec 700m de dénivelé négatif où nous retrouvons la végétation, l’odeur des fleurs...quelques passages raides où nous devons laisser passer les mules, beaucoup de poussière.
Nous arrivons au village Huayllapa, le camp est installé sur le terrain de foot entouré de murs.





Nous partageons des bières achetées au village puis après le pique-nique, nous profitons d’être arrivés tôt pour faire un brin de lessive au robinet d’eau froide, la cage de foot sert d’étendage à linge.
Nous fabriquons une salle de bain sur herbe pour Laurence, 2 joëlettes, une bâche et une bassine au milieu du terrain et la voilà propre de la tête aux pieds !

C’est l’anniversaire d’Olivier, Yoder a prévu un gâteau, les bougies sont soufflées, et Olive reçoit les merveilleux cadeaux achetés à Huaraz : une bouteille de Rhum, du déo, et une magnifique carte signée par toute l’équipe.

Le repas suit, servi à l’heure des poules car notre équipe péruvienne veut aller à la fête du village qui commence à 20h !
Nous décidons après une tisane d’y aller également, une petite descente nocturne en joëlette vers le village et nous voilà sur la place centrale.

Certains arrivent à se faufiler dans une cour où le repas est préparé pour tout le village. Ça sent la viande fraiche et des têtes de vache entières pendent aux murs !

Puis sur la place, 4 anciens jouent de la musique, entrecoupées de pauses de 10 min, pour manger, boire, se reposer ! Nous dansons avec les passagers et les enfants du village se mêlent à nos rondes, puis décidons de nous coucher vers 22h00...la fête durera jusqu’à 5h00, on entendra la musique au loin du fond de nos duvets.

Samedi 27 juin
Huayllapa (3600m), Huatiaq (4330m)

Aujourd’hui, petit déjeuner léger ! Nous avons une bonne montée qui nous attend ! L’équipage de Florent sera aidé à la sortie du village par un ado qui nous aide aux brancards dans les premiers lacets avant de poursuivre sa route.



Un petit replat herbeux nous offre un endroit idéal pour une petite pause graine. C’est reparti !

Nous arrivons enfin au point culminant de l’étape puis redescendons dans un beau vallon verdoyant.

Un bon déjeuner au campement et voilà du temps libre à occuper. Un petit groupe monte le fond de vallée pour grimper une moraine et admirer un lac depuis celle-ci. Une autre peint, attirant la curiosité d’une bergère édentée entourée de ses 2 chiens.


Une équipe rédige le journal de bord et écrit des cartes postales, d’autres se reposent.

Avec une tisane et le goûter on continue à admirer le coucher de soleil.
Le froid et l’humidité poussera tout le monde à se réfugier au chaud dans le tipi pour un bon dîner.

Dimanche 28 juin
Huatiaq (4330m), Punta Tapush (4760 m), Angocancha (4460 m)

Aujourd’hui c’est une journée tranquille. Un petit sentier en balcon nous permet de découvrir le paysage grandiose entre 2 raidillons. Nous voyons planer au-dessus de nous 2 faucons, au loin un condor, et des viscaches (sorte de marmottes-écureuil).




Nous arrivons à un très beau col pour un petit break puis rejoignons un lac en contrebas pour une paisible pause pique-nique. Mathieu et Olive s’essayent au dessin avec Madeline, certains vont se balader un peu plus loin et repèrent un point de vue où nous passeront en repartant.




De là, la vue des glaciers et de vallées très colorées, du orange au rouge, juste en dessous, une tourbière très ferreuse ou la boue est orange vif entre les touffes d’herbe verte.
Nous arrivons au campement dans un joli vallon, près d’un ruisseau bien frais.

Pendant que certains philosophent dans le tipi à la tombée du jour, d’autres papotent en regardant le ciel qui s’éteint, d’un côté une perspective de montagnes en direction de l’océan où le ciel passe du bleu au violet au rose au jaune...de l’autre côté la montagne de plus en plus éclairée par la lune qui se lève, on ne sait plus de quel côté lever les yeux !

Après un bon dîner, le tipi se vide rapidement, chacun étant ravi de rejoindre son duvet, cette nuit va être l’une des plus froides !

Lundi 29 Juin
Angocancha (4460m), Yaucha Punta (4830m), lagune de Jahuacocha
(4050m)

Aujourd’hui 400 m de dénivelé technique. Les équipes bien équilibrées, nous démarrons gaiement. 2/3 passages difficiles nous obligent à redescendre aider les joëlettes à l’arrière, surtout pour un passage patinoire où l’eau ruisselante a gelé et nous ramassons quelques stalactites au passage.

Quelques courts replats du terrain nous laissent découvrir des petits étangs dans lesquels se reflètent les glaciers...magique !

Le col à 4800 nous coupe le souffle, on retombe sur la chaîne de glaciers du début du trek, avec ses magnifiques orgues blanches. Nous descendons au bord d’un ruisseau en contrebas pour se mettre à l’abri du vent, où nous pique niquons au milieu de belles vaches et veaux.

Après sieste, peinture, contemplation ou balade, c’est parti pour un dénivelé négatif très poussiéreux !


Entre les lupins, les oreilles d’âne et pleins d’autres fleurs et arbustes, la descente est technique et bucolique. À l’arrière des joëlettes on voit à peine la roue tellement le sable du sentier vole sur son passage.
À l’arrivée, notre campement est entouré de 4 autres camps et de quelques bicoques.

Nous trinquons à la bière que nous achetons à une petite mamie et goûtons de nos crêpes fourrées au fromage et guacamole.
Certains vont se laver et dépoussiérer au ruisseau, nous trouvons un coin à l’abri des regards et au soleil pour faire une vraie toilette avec les filles.

Encore un match de foot anime nos discussions d’avant repas et après un moment de contemplation nous nous retrouvons au chaud dans le tipi pour le repas, et encore une bonne séance de devinettes et d’histoires drôles.
Au lit !

Mardi 30 juin
Repos près de la lagune de Jahuacocha

Journée de repos, une vraie ?

On peut y croire ! Nous démarrons tranquillement par un réveil un peu plus tardif. 8H00 petit-déjeuner puis nous commençons la journée avec un sentier en balcon sur les bords du lac à côté duquel nous campons.

Nous faisons une pause pour fouiller le sol avec les muletiers qui ont pris des cannes à pêche. À l’aide de bouts de bois et des béquilles nous fouillons la terre, par endroit encore gelée, pour trouver quelques vers de terre.

Puis nous décidons de poursuivre la balade vers le bout du lac, puis de grimper la moraine qui nous fait face et promet un point de vue extra à son sommet. Les équipages de Laurence et Claire sont dynamiques, 2 aux brancards, un guide à l’avant pour mener la danse ! Florent et Vincent montent à pied, bien entourés pour gravir la pente !


Et la surprise est belle de l’autre côté, un splendide lac bleu azur dans lequel plonge le glacier blanc éclatant à son sommet.
Après un frugal goûter nous repartons vers le campement où le déjeuner nous attend.

Chacun se prépare pour le match tant attendu France-Pérou, ce sera une défaite pour la France....la revanche se fera en équipe mixée, entre « citoyens du monde », les maillots sont échangés et tout le monde part en éclats de rires lorsque Yoder tente d’enfiler le maillot HCE de Madeline....


Après ces efforts, il n’est pas évident de courir en chaussures de rando à 4000m d’altitude tout en dérapant sur le terrain humide, nous sommes ravis de nous attabler pour un bon dîner, avec notre équipe péruvienne sous le tipi et c’est tous ensemble que nous partageons ce dernier repas en altitude. Et pas des moindre, nous nous régalons des truites grillées pêchées du jour, fraîches et « bio » sans aucun doute !

Mercredi 1er Juillet
Lagune de Jahuacocha (4050m), col de Macrash Punta (4270m), LLamac (3300m), Huaraz

Le début de cette dernière journée de trek se déroule en fond de vallée, en plat descendant, et à l’ombre puis c’est à flanc que nous rentrons dans la végétation entre raidillons caillouteux, marches et moment de répit un peu descendant.

Nous arrivons à notre dernier col, pour une petite pause et une vue à plus de 180°, puis nous entamons la descente sous un soleil de braise. Nous ne trainerons pas pour le pique-nique, craignant le retour des mouches qui pique et le manque d’ombre.




Les 1000m de dénivelé négatifs sont rapidement avalés, techniques, entre cailloux, marches et poussière, mais ludique et nous arrivons à Llamac où le bus nous attends.

Nous faisons faire un petit tour de joëlette au fils de Lucia, lui aussi en fauteuil, peut être le passager d’une prochaine expédition ?

Certains se dépoussièrent rapidement au ruisseau et nous partageons une bière avec les muletiers que nous quittons à Llamac. Après les adieux, le retour en bus est plus rapide qu’à l’aller et nous arrivons en début de soirée à Huaraz.

Ceux qui ont faim et l’énergie vont dîner au resto et l’attente, assez longue, du repas est animée par 2 musiciens en « costumes » qui alternent chant, guitare et flûtes.
Puis chacun retrouve son lit à l’Hôtel.

Jeudi 2 Juillet
Huaraz-Lima

Après un bon petit-déj, les occupations sont diverses, emballages du matos et des joëlettes, achats de souvenirs, balades en ville...puis nous nous retrouvons pour aller manger la traditionnelle et très copieuse « pacha manca » dans un resto réservé par Mercedes. Nous nous régalons des différentes sortes de pommes de terre et maïs, différentes viandes, agneau, poulet, …

Chacun retourne en petit groupe au centre-ville pour boucler son sac ou acheter un pantalon propre pour le voyage !



Nous nous retrouvons à l’hôtel pour le départ vers la gare routière, 30 min à pied et fauteuil à travers les klaxons et les lumières de la nuit. Puis nous voilà dans le confortable bus couchette, avec l’hôtesse la moins aimable qui soit, nous essayerons de la dérider au long du voyage mais en vain !

Vendredi 3 Juillet
Lima

Arrivés au petit matin à Lima, nous jouons aux cartes et écrivons les dernières cartes postales dans la gare routière en attendant le bus qui va nous balader toute la journée.

À 8h00 le voilà qui arrive, nous partons en direction du centre-ville pour trouver un bar pour le petit déjeuner. Celui-ci sera des plus frugal, et le café des plus clairs...nous attendrons la France pour retrouver le café noir !

Puis après une balade sur la place du palais royal, nous remontons dans le bus pour prendre la direction de l’océan pour déguster un ceviche (poisson et fruits de mer marinés) au bord de la plage et mettre les pieds dans l’eau.



Après s’être régalés nous allons un peu plus loin sur une plage plus propice à la baignade, nous serons 3 à plonger dans le Pacifique, et tous mettrons les pieds dans le sable.

C’est l’heure de remonter dans le bus pour quelques heures de bouchons à travers Lima en direction de l’aéroport, cela ne semble plus en finir, notre chauffeur évite pourtant les grands axes totalement encombrés et la crainte monte d’arriver trop tard...

Mais nous arriverons à temps pour embarquer, faisant nos adieux à Mercedes plus rapidement que prévu. Nous décollons enfin pour Paris après un rapide passage au Duty-Free pour dépenser nos derniers Soles.

Lima-Paris
13h d’avion...

Samedi 4 Juillet

Arrivés à Paris, Hélène, Vincent, Jacky et Mathieu filent pour récupérer leurs bagages car ils nous quittent ici, plus près de leur chez-eux respectifs. On leur demande 300 euros par bagages pour les récupérer...mais il n’en est pas question ! Ils finiront par récupérer leurs bagages gratuitement quelques heures plus tard.
Nous faisons nos au-revoir rapidement, pressés par le service d’accompagnement handicapé de l’aéroport qui nous guide dans les couloirs.

En attendant notre coucou, Nico offre sa tournée générale de café noir, nous en avions tous bien besoin et envie ! Qu’il doit être amusant de voir cette étrange groupe, presque tous habillés de pantalons rayés « péruviens » et colorés, mal rasés et les traits tirés mais ravis de trinquer encore une fois à la joie d’être ensemble avec leurs petits gobelets en carton !

Paris-Lyon
Une dernière fois dans l’avion, le temps de décoller et d’atterrir et nous voilà sur le tarmac lyonnais vers 20h, les divers colis et bagages récupérés nous retrouvons le comité d’accueil, étouffés et surpris par les 40° inhabituels de cette fin de journée...
Cette fois ci ce sont les derniers adieux sur le parking, chacun rentre chez soi, jusqu’aux prochaines retrouvailles !

Cette belle aventure n’a été possible que :
- grâce à une parfaite préparation de l’équipe
- grâce à un encadrement franco-péruvien hors normes (merci Olivier et merci Mercedes)
- grâce à l’expérience accumulée lors des 2 précédents treks
- et surtout grâce à nos nombreux sponsors et partenaires que nous remercions chaleureusement.

Partager

En route pour la Cordillère Huayhuash, second épisode

Après l’acclimatation à l’altitude dans la Cordillère Blanche et un retour à Huaraz, l’équipe ne rêvait que de découvrir la Cordillère Huayhuash et ses sommets étincelants.

Vendredi 19 Juin

Huaraz(3080m)- Queropalca (3830m)

Un réveil matinal et nous nous retrouvons à 6h45 pour le petit déjeuner. Une omelette, des petits pains et quelques cafés plus tard et à 7h30 nous sommes dans le bus. Les sacs, les joëlettes et le ravitaillement sont embarqués dans un camion avec lequel nous ferons route.

Pendant environ 6h nous roulons à bonne allure sur des routes escarpées mais assez larges.
Nous ferons une pause pipi en plein virage, le chauffeur s’arrête à la demande et sans attendre, sans se poser de question !

Un peu plus tard, c’est à 4700m d’altitude, au vent et sous une averse que nous faisons une pause pique-nique, nous ne trainons pas, pressés de retourner au sec et au chaud dans le bus.

Après plusieurs franchissements de vallées et de village nous prenons une piste. C’est parti pour les sensations fortes ! Par chance notre chauffeur est virtuose pour éviter les ornières et gravir les lacets serrés... et même si parfois les roues sont près du vide, chacun gère son stress entre menthe poivrée et sieste !


Deux passages à gué un peu trop profonds nous obligerons à sortir du bus pour l’alléger, et après avoir empilé quelques cailloux ramassés dans le torrent, nous pourrons poursuivre notre route.
À 17h, nous arrivons à bon port, et déchargeons rapidement les véhicules car les chauffeurs font le retour dans la foulée.

Tout le monde s’attèle au montage du camp et nous voilà rapidement tous au chaud dans le tipi. Après un bon diner, chacun est ravi de trouver son « lit » chaud et douillet.

Samedi 20 juin

Queropalca (3830m), Janca(4200m)

C’est parti pour l’aventure Huayhuash !!!!
Petit déjeuner royal à 7h00 et à 8h00 nous voilà aux manettes des joëlettes. Une large piste nous mène à flanc de montagne, au plat « plus ou moins » montant le long d’une verte vallée. Quelques motos nous croisent et nous doublent et nous attisons la curiosité de quelques habitants des fermes que nous dépassons.
Ce sont des maisons en briques de terre séchée, avec des toits de chaume, sans fenêtre, juste une porte en bois. Des enclos en murs de pierres sèches accueillent les animaux (cochons, vaches, moutons, poules), parfois aussi en liberté dans les pâtures.



Un local à moto arrive en panique alors que nous grignotons sur le bord du chemin. Des taureaux « énervés » vont arriver, il faut évacuer dans le champ au-dessus. Les péruviens affolés se réfugient même dans les arbres ! En effet le troupeau, une dizaine de musculeux bestiaux, passe la bave au museau, menés par 2 cavaliers autoritaires.

Nous repartons tranquillement vers le fond de la vallée. Après un pique-nique au soleil et une petite sieste, nous terminons la rando en traversant quelques ruisseaux et tourbières humides.

L’arrivée au campement se fait en douceur, les muletiers ont tout installé et s’activent en cuisine. Certains vont se laver à la rivière en contrebas, l’eau est bien fraîche mais ça fait un bien fou de se débarbouiller !

Un merveilleux goûter nous a été préparé, des galettes frites fourrées au fromage à tremper dans du guacamole maison.

Quelques parties de cartes plus tard, quelques pages du journal de bord noircies, le dîner est servi. Une bonne soupe aux légumes, un riz-pollo accompagné de sa sauce, et tout le monde file au lit excepté quelques joueurs de bataille corse qui remplissent le camp de leurs éclats de rire.

Dimanche 21 juin

Janca (4200m), col de Carhuac (4640 m), lagune de Carhuacocha (4150 )

Sur les conseils d’Olivier nous ne petit-déjeunons pas trop copieusement. Enfin presque... Une omelette avec du fromage, un petit porridge de quinoa, et quelques tartines beurre-miel !
À 8h30 nous partons pour 150m de dénivelés très sportifs, on s’installe à 5 par équipe et les mulets à la corde doivent donner de l’énergie !


Nous arrivons au col avec vue dégagée sur le glacier. Viktor, notre photographe péruvien nous fait poser face au paysage, comme une impression d’être des alpinistes ayant accompli un exploit...mais ce sera dans quelques jours plutôt !







La descente reste sportive entre cailloux, ornières de moutons et herbe humide. Nous trouvons une prairie bucolique pour le pique-nique, tout le monde s’effondre au soleil pour une sieste bercée par les bêlements des agneaux loin de leur mère et les beuglements des petits veaux.

Nous redescendons à peine plus bas et tombons sur un panorama merveilleux : le glacier, une plaine humide et ocre ciselée de petits ruisseaux sombres qui plongent dans un lac bleu profond (Carhuacocha ). Nous resterons près de 30min en hypnose face à la vue.



Nous sommes ensuite vite au camp, tout installé par nos sympathiques muletiers et le soleil tombe vite après une rapide toilette à la fontaine d’eau fraîche qui est au bord du camp.

Un peu plus haut, un campement d’israéliens, en contrebas 2 toilettes turques dans un baraquement, le PQ dans un panier, la chasse d’eau avec un bidon rempli par l’eau pompée dans le lac.

Pendant la traditionnelle séance de filtrage de l’eau, nous profitons du grandiose panorama qui nous entoure, toujours les glaciers, le lac turquoise qui noirci avec la tombée de la nuit, les étoiles qui s’allument doucement tandis que les derniers rayons de soleil frappent les orgues du glacier.


Nous rentrons au chaud et grignotons les derniers pop-corn salés du goûter. Notre traditionnelle soupe arrive pour nous réchauffer, au quinoa ce soir. Ensuite le poulet aux légumes avec une montagne de riz. Le dessert est des plus original...des patates douces au sirop.

La soirée se prolonge en fous rires répétés, Florent et Vincent aux commandes d’une super animation blagues, devinettes et histoires drôles ! La palme revient tout de même à Joce avec sa blague belge...
Cela se passe en montagne, un guide emmène un couple belge en rando, l’année suivante les belges reviennent au bureau des guides et demandent le même guide mais ne se souviennent pas de son nom, l’hôtesse leur demande de le décrire... « Heu..un grand brun bronzé »...« Oui mais encore ? »... »Heu et bien il avait une particularité....il avait 2 anus ! »... « Ah bon ?!?! mais vous êtes sûr ?? »... « Bien sûr, pendant notre rando chaque fois qu’il croisait un collègue, l’autre lui demandait : Tu t’en sors avec tes deux trous-du-cul ? »

Lundi 22 Juin

Lagune de Carhuacocha(4150m)

Aujourd’hui c’est repos...enfin presque, la suite de la journée nous prouvera le contraire !
Le petit déjeuner est aujourd’hui accompagné d’une salade de fruits papaye/ananas frais. Nous laissons le camp en place et quelques muletiers nous accompagnent, armés de leurs cannes à pêche (un bambou ou une branche avec un fil).


Nous roulons à flanc autour du lac, traversant gués et boue et grimpons le fond de vallée très caillouteux entre arbustes et pierriers. Une ascension technique, ludique et fatigante ! Journée de repos... ;-) Il n’est pas possible de mettre les cordes, on aide sur les côtés aux brancards pour passer les grosses marches et coup de cul.
Arrivés à un 2e lac, tout le monde se jette sur son sachet de grignotages et sur les graines. L’effort ça creuse !





Nous décidons de monter au 3e lac, bonne initiative, il est encore plus beau ! La traversée du torrent sur de larges pierres nous offre un coin pique-nique au soleil, un peu à l’abri du vent.
Un massif rocher sert de dossier aux passagers. Au-dessus de nous, par un raide sentier, certains d’entre nous montent sur une crête grise qui nous surplombe. Et derrière la surprise est grande ! Un lac immense et turquoise, la vue sur les 2 autres que nous avons longés. Nous sommes tous en admiration et contemplation devant la magie du point de vue.






Après une bonne sieste, à peine perturbée par un plongeon involontaire et tout habillé dans l’eau trop fraiche de Jean-Paul et Mathieu qui se taquinent, c’est parti pour la descente. Un vrai slalom entre les cailloux, animé par les cris de la joëlette féminine et dynamique de Claire, faisant bien marrer Didier et Olivier qui la suive !

Au campement le goûter nous attend et chacun se détend après cette rude journée de repos. Les glaciers nous offrent encore le spectacle des illuminations, et cette nuit également le son, lorsque les blocs de glace s’effondrent à grands fracas.


Une soupe, un Pollo, et au lit !

Mardi 23 Juin

Lagune de Carhuacocha(4150m), col de Carnicero (4600m), Huayhuash (4350 m)

C’est une longue et belle ascension herbeuse qui nous attend. À 2 à la corde ou aux brancards, nous avalons progressivement le dénivelé. Nous persévérons, ça respire fort dans les équipages mais les pauses graines et grignotes nous emmènent au col où le vent souffle terriblement.




Nous redescendons un peu pour nous mettre à l’abri face à un superbe panorama pour pique-niquer. La redescente continue, jusqu’à notre campement en bord de torrent, le plus froid du trek à priori, la nuit sera fraîche et nous trouverons des glaçons sur nos tentes et les gourdes gelées au petit matin.

Mercredi 24 juin

Huayhuash (4350 m), Portachuelo de Huayhuash (4785 m), lagune de Viconga (4400 m)

Nous partons un peu plus tôt que d’habitude, 8h00 pétante, car nous voulons arriver tôt au campement suivant. Cette fois ci la montée est raide mais moins technique, et l’arrivée au col grandiose. Nous retombons sur un lac immense (de barrage) entouré de prairies verdoyantes.




Nous croisons enfin des lamas en troupeaux, un peu plus loin ce sera des alpagas.
Après le passage au « péage », la montagne n’est pas tout à fait à tout le monde ici, nous devons payer un droit de passage, nous plongeons sur la vallée des sources chaudes.
Nous retrouvons Catherine et Joce qui nous ont laissés ce matin. Joce se sentant un peu patraque elle a eu l’honneur de faire le trajet sur le cheval blanc qui nous accompagne et porte le pique-nique, guidé par Lucia chaque jour.


Nous déjeunons sous le tipi, les muletiers nous ayant installé les banquettes et la table si joliment !

Puis la détente...nous campons à côté de sources chaudes, 4 bacs, un robinet où chacun fait sa petite lessive puis l’étends sur la barrière de barbelés, le second bac est celui où l’on se lave, nous auront les cheveux propres ce soir et nos muletiers seront rasés de près ! Puis les 2 autres plus grands bacs, l’un plus tempéré que l’autre, sont l’espace détente. Nous y trempons jusqu’à être ramollis, les mains et les doigts de pieds flétris.
En sortant au vent froid nous arrivons à nous changer sans greloter, la chaleur emmagasinée nous servant de radiateur !
Une traditionnelle séance de pompage et filtrage d’eau et nous voilà en cercle pour le dîner.

Demain la Grande Journée !!

Jeudi 25 Juin, jour du 5000 !

Laguna de Viconga (4400m), paso de Cuyoc (5020m), Huanacpatay (4350 m)

Aujourd’hui, départ un peu plus tôt ! Nous avons une longue et belle ascension à gravir, les équipages sont bien répartis, les péruviens sont de bons moteurs pour l’énergie ! C’est parti pour souffler à fond...un sentier en lacets dans l’herbe, des traces de moutons...nous passons un petit replat dans un vallon avec un lac magnifique, nous approchons des glaciers sur lesquels les nuages glissent comme de la fumée.

Un dernier raidillon en suivant les cris de Jacky, tout le monde souffle !
Nous nous arrêtons à quelques mètres du sommet et c’est parti en effusions et embrassades. Les larmes nous montent aux yeux, on se saute dans les bras, on sèche nos yeux et ...nous partons tous ensemble, debout, pour franchir les derniers mètres qui nous mènent à 5000 !!!





Chacun regarde le chemin accompli, contemple les glaciers, ramasse un peu de sable, un caillou, s’assied dans ses pensées....

C’est le moment de la photo de groupe, avec et sans drapeau.
Olivier grimpe sur un champignon de caillou situé au col pour déposer la pierre ramenée de France en hommage à Cédric. Encore un bon moment d’émotion...

Le début de la descente est un pierrier très glissant. On met les chauffeurs techniciens aux manettes des joëlettes.
Puis une longue descente sur quelques km dans un beau vallon nous attend.

Nous croisons 2 lacs asséchés. Le second sera celui d’une pause pique-nique bien méritée. Nous finissons la descente dans une large prairie où nous traversons divers ruisseaux, tourbières et zones humides. Enfin le campement, tout le monde est fatigué mais heureux de cette belle journée.


Et.... ne manquez pas la suite du récit car cette belle aventure n’est pas terminée !

Partager

Huayhuash 2015, 1er épisode

Voici le début du reportage que vous attendez tous : les aventures de l’équipe qui a brillamment franchi les cols en altitude de la Cordillère Huayhuash au Pérou, fin juin, début juillet.
La première partie se déroule à Huaraz (le Chamonix péruvien d’où partent les expéditions glaciaires) et dans la Cordillère Blanche pour une acclimatation progressive à l’altitude. Attention, mettez vos lunettes de soleil ...

Vendredi 12 -Samedi 13 Juin LYON-LIMA

Retrouvailles éparpillées pour une courte nuit chez ceux qui habitent la région lyonnaise.

Samedi 4h du matin, tout le monde est au rendez-vous à l’aéroport pour un petit déjeuner bien français saucisson/pinard en attendant l’enregistrement des bagages.

Une fois les « vélos » en soute, nous voilà dans un petit coucou direction Amsterdam. Grosses émotions pour Vincent qui décidément adore les décollages et atterrissages. Un sandwich plus tard, nous atterrissons et le groupe se sépare.

Les passagers d’un côté profitent des joies des multiples contrôles avec les employés de l’aéroport. Le reste de l’équipe file à travers les longs couloirs.

Quelques gâteaux, siestes et lecture de journaux plus tard, nous voilà enfin assis dans le long courrier pour Lima !
13h de vol….Chacun trouve une occupation pour passer le temps, films, musique, livre, journal, balade et allers retours dans les couloirs…sieste. Cath en fait une petite, d’environ douze heures ‼ !

Le voyage est rythmé par le ballet incessant des hôtesses qui nous proposent boissons, plateaux repas, serviettes chaudes, encas…
Nous atterrissons à 1h du matin à Lima heure française, il n’est que 18h au Pérou !

Nous retrouvons avec joie Olivier, déjà sur place, et Mercedes, notre guide Péruvienne.
Après un petit frichti près de la gare routière nous embarquons dans un confortable bus à 23h…pour 7h de route dans la nuit. On passe un col à 4200 m et il n’y a qu’une seule personne pour s’en apercevoir !

Dimanche 14 Juin HUARAZ

Nous voilà à Huaraz au petit matin et après un transfert à l’hôtel nous nous attablons pour le petit déjeuner.

Chacun prend possession de sa chambre puis en route pour un peu de tourisme au centre ville. Les couleurs du Pérou nous enivrent déjà : couleurs des vêtements des femmes, couleurs azur d’un ciel sans aucun nuage, blanc des glaciers que nous voyons au loin.


Nous tombons par hasard sur un défilé pour l’anniversaire de l’université, flânons au marché « émerveillés » par les poissons sur les étals, les têtes de chèvres et les cochons d’inde éventrés !

Tous se retrouvent dans un sympathique petit resto, soupe parfumée au gingembre, truite ou poulet grillé, nous refusons à l’unissons la gélatine fluo proposée en dessert !

Retour tranquille à l’hôtel pour une sieste, une toilette et pour préparer nos sacs pour le départ à l’acclimatation du lendemain.
Le dîner sera à nouveau au resto, soupe, spaghetti, brocolis, Cuy picante…puis tout le monde file au lit pour une bonne nuit réparatrice (la première vraie nuit depuis … 3 jours pour certains)

Lundi 15 juin HUARAZ-Camp d’acclimatation

Petit déjeuner à 7h30 puis nous partons enfin de l’hôtel pour près d’1h de traversée de la ville, au milieu des klaxons, des chauffards (la voiture est prioritaire ici ! Surtout si elle klaxonne fort, très fort) et des curieux qui saluent notre étrange équipée.

Puis l’ascension démarre à travers les jardins de la ville, les cochons se régalent de nos restes de fruits. Nous quittons progressivement les habitations, seules quelques fermes isolées croisent notre chemin.

Nous voilà au campement en début d’après-midi, un terrain de foot au milieu de quelques maisons. Yoder et Lucia (nos cuisiniers), Carlos et Menrique nous y attendent, les tentes et le tipi sont montés, et des assiettes toutes prêtes sortent de la tente cuisine.

Chacun s’installe dans des tentes pour 2, nous tournerons la répartition au long du séjour.
Un foot s’improvise, certains font la sieste au soleil, d’autres papotent ou bouquinent. Denis se blesse et devra être de repos pour les 2 jours à venir.

Après un bon repas partagé à l’abri du tipi, nous voilà tous couchés bien tôt, tout le monde ayant besoin de se remettre du long voyage !

Mardi 16 Juin
Après le petit dèj nous laissons Joce en proie au MAM et Denis blessé avec nos cuisiniers et Mercedes pour le transfert de camp.

Joce aura le grand privilège de parcourir toute l’étape « tranquilla » au bras de Mercedes !

Puis nous partons à l’ascension d’un mamelon plutôt raide par une piste de VTT. Au sommet une croix en maïs et fleurs artificielles domine Huaraz.





Florent et Vincent atteindront le sommet à pied après une belle montée hors-piste ! Après une bonne pause graine contemplatrice, nous redescendons pour prendre une piste en balcon. Quelques km à avaler en plein cagnard, nous sommes ravis de trouver notre nouveau campement pour le déjeuner.
Une source en contrebas permet à certains de faire une petite toilette et de laver quelques affaires. Le goûter maté de Coca et Popcorn sera interrompu par une averse (la seule et unique du voyage), celle-ci ne durera pas et chacun peut finir sa toilette, sa papote ou son aquarelle.

Après l’activité filtration d’eau quotidienne nous voilà tous à « table » pour une bonne soupe, du pollo accompagné de riz et légumes et des fruits au sirop maison.
Au lit !

Mercredi 17 Juin

Une longue journée nous attend, nous montons par une piste plus caillouteuse que la veille, tous à la corde, le rythme prend doucement. Joce et Jean-Pierre qui souffrent du MAM montent tranquillement tous les 2.
Nous faisons une pause graines à l’entrée du Parc National du Huascaran, le fond de vallée est verdoyant et les fleurs et plantes nous enchantent.

La grimpe continue, on se relaie aux places des joëlettes pour récupérer et rendre le trajet sur piste moins monotone.

Nous atteignons un ruisseau et son troupeau de vaches en pâture pour le pique-nique, on se rince les pieds au frais et la salade de betterave est dévorée de bon cœur.

C’est reparti pour le dénivelé restant, Un passage très technique nous pousse à passer avec les passagers sur leurs 2 pieds dans les derniers mètres.
La récompense est grande après le franchissement du verrou glaciaire, nous sommes sur un beau replat avec vue sur le lac qui soutient un grandiose glacier.

C’est notre premier 4500m ! Ce voyage au Pérou prend vraiment forme devant ce glacier : c’est un grand jour pour beaucoup d’entre nous qui n’imaginaient pas pouvoir atteindre cette altitude dans leur vie. Nous essayons d’imaginer ce que sera le col à 5000m… Grand moment d’émotion aussi pour Jean-Pierre et Joce qui ne pensaient jamais pouvoir se traîner jusqu’à 4500 mètres ce jour-là.

Un goûter et un test de nos rythmes cardiaques plus tard et nous repartons pour une longue et belle descente…les derniers arrivent au campement avec le coucher de soleil….Les montagnes sont roses puis s’enflamment, les glaciers prennent toutes les couleurs !
Un maté nous réchauffe face à l’allumage des étoiles et le lever de la lune. Magique !



Soupe et Spaghettis plus tard, nous voilà tous au lit sauf quelques résistants qui jouent encore sous le tipi.

Jeudi 18 Juin

Petit déj à 7h30 et c’est parti pour une piste en balcon qui nous fait franchir quelques vallées et découvrir les glaciers qui nous surplombent.
Le soleil tape et nous réchauffe. Nous entamons la descente sur Huaraz et apprécions un peu de pilotage par des sentiers et marches caillouteuses.


Nous traversons de nombreux villages et fermes et trouvons un paisible pré en bord de ruisseau pour pique-niquer.
Tout le monde se couvre pour éviter l’attaque des mouches qui piquent !!! Attention ça gratte fort !

Christine et Joce font plus ample connaissance avec Lucia qui leur parle de sa famille et de l’agriculture péruvienne.
C’est reparti, nous croisons de plus en plus de taxis et motos, qui ne l’oublions pas sont prioritaires.

La traversée de Huaraz par le haut de la ville nous fait voir la pauvreté de certains quartiers…même si les voitures rutilent, lavées avec enthousiasme en pompant l’eau dans le torrent. Ça brille !

La vue des glaciers et montagnes environnants est striée par les nœuds de fils électriques.
L’arrivée à l’hôtel réjouit tout le monde avec une douche chaude et un brin de lessive.

Certains vont faire un petit tour en ville et on se retrouve à 19h30 au resto avec en fond sonore et visuel le match de foot Pérou/Vénézuela, ce sera 1-0 pour le Pérou !!

Le patron devra faire 3 allers retours au supermarché pour nous servir… Papaye et Ananas pour les jus frais de l’apéro, bananes pour le riz à la cubaine, et PQ, Florent ayant fait une escale prolongée aux toilettes en attendant le matos !

Retour à l’hôtel au milieu des bruits de la ville et au lit demain de la route nous attend pour le grand départ vers le Trek !

A très bientôt pour la suite de cette belle aventure....

Partager

Pérou 2015, ils sont rentrés !

Vous êtes tous impatients d’avoir des nouvelles de ce beau trek dans la Cordillère des Andes. Une expédition hors du commun pour 4 personnes en fauteuil et une personne non voyante. L’expérience d’Handi Cap Evasion, une belle équipe, une bonne météo, une guide péruvienne et un guide français qui forment un bon duo.... le résultat, c’est forcément une belle réussite !

L’équipe a encore "la tête dans les nuages et il faudra attendre un peu pour avoir le reportage de ce beau trek, sans doute en plusieurs épisodes.
Voici quelques photos qui vont vous permettre de patienter :

Tout d’abord, le confort aux camps, grâce à un matériel de camping renouvelé et bien adapté. Et le décor ? toujours impressionnant !

L’émotion lors de l’ascension groupée au col du Cuyoc, point culminant du trek à 5050 m d’altitude :

Après les larmes d’émotion, les sourires sont revenus pour les belles photos de groupe au pied des glaciers :

A très bientôt pour la suite de cette belle aventure humaine et sportive.

Partager

Page 1
S'abonner au flux RSS

Participez !

Devenez Accompagnateur : toutes les infos pour devenir accompagnateur et participer aux activités Handi Cap Evasion, c'est par ici!

 

Recherche

 

Informations

27 mai 2018

Notez bien les dates de l’AG 2018 : elle aura lieu les samedi 24 et dimanche 25 novembre à Vénissieux.

20 janvier 2018

Désormais, si vous le souhaitez, il est possible d’adhérer en ligne.

Propulsé par HelloAsso

>> Adhérer en ligne

23 octobre 2017

Faire un don en ligne à HCE

Si vous souhaitez soutenir nos actions, vous pouvez désormais nous faire un don en ligne.

Propulsé par HelloAsso

>> Faire un don en ligne

 

Les vidéos HCE

 

Nos Partenaires

 

Récits des séjours 2018