Balcons sud d’Yzeron, 14 octobre 2018

Rubrique: Antenne du Rhône 10 novembre 2018

Nous avions rendez-vous à 09h30 au parking du petit lac du RONZEY juste à la sortie du village. Jusqu’à 10h les participants arrivent en tenue, sac sur le dos, avec ou sans chapeau car le vent souffle et le soleil a lui aussi un rendez-vous officiel avec les nuages.

5 joëlettes sont apprêtées avec beaucoup d’efficacité et de sourires par la troupe des experts ou volontaires : Jean-Yves, bien sûr, et ses fidèles lieutenants, Jean-Luc, Bruno, Domi, Denise, David, Jean-Patrick, Ghislaine…Laurent, joyeux, malgré une jambe au repos forcé, est prêt à partir dans sa joëlette conduite par Marie ; Eric sur sa joëlette attend impatiemment le départ car c’est un fan de rando ! Finalement ils sont 4 assis sur leur joëlette. La 5è joëlette vide sert de porte -affaires pour la route.

Et puis il y a aussi les irréductibles : Monique avec sa canne, Henri toujours partant et Brigitte qui marche avec son bâton et son accompagnateur attentif à son équilibre tout en conversant, même pas essoufflée mais elle est entrainée …… !

Bref, c’est parti sous la houlette de Jean-Yves qui guide et qui pousse la joëlette (même vide). Sous les yeux ébahis des pêcheurs, une vingtaine de personnes de 7 à 77 ans, aguerries ou non aguerries à la rando- joëlette, traverse le plan d’eau et se hisse au-dessus du petit lac, direction village, pour tourner à droite vers le cimetière et arriver sur l’autre versant : le chemin du Garon…qui descend et tout le monde est content sur cette petite route goudronnée mais désertée par les voitures, qui serpente entre champs et maisons isolées, et qui, bientôt nous plonge dans le ravissement des couleurs d’automne.



Sous les nuages légers, le soleil éclaire un horizon de verts coteaux où les chemins l’emportent sur les routes et les bois sur les prés clôturés. Dominique joue aussi l’éclaireuse avec son T-shirt et ses baskets rose vif ! Donc direction le barrage de Thurins : après un début de parcours très facile car pas trop de nivelé – et une pause pipi-, on aborde une vraie montée.

11h20 : au carrefour du BITERNAY, les choses sérieuses commencent. On remplace ou on renforce les équipages des joëlettes qui passent de 1 à 4 pilotes. Non seulement il y a celui qui pousse mais aussi ceux qui tirent la joëlette avec de fines cordes d’amarrage. Il faut gagner le pique-nique qui nous attend à BELLEVUE

Et c’est sur des chemins de terre et de pierres, couverts de feuilles…et de châtaignes à ramasser… et à griller (car c’est aussi un de nos sain(t)s objectifs !) que nous commençons l’ascension un peu raide et en épingle : la file des randonneurs se distend de plus en plus et les premiers (les joëlettes) ne voient plus les derniers (les marcheurs autonomes et solidaires, les ramasseurs de châtaignes…et les pisseurs solitaires qui peuvent se perdre !



Jean-Yves me charge alors d’une mission passive donc reposante : faire le panneau indicateur au coin des carrefours, ce qui me convient tout à fait !

Encore quelques mètres à monter dans les sous-bois et soudain c’est une grande aire herbeuse et ensoleillée qui se déroule pour pique-niquer et qui nous offre un joli balcon sur les monts et les vallées : Bellevue !
Au bout du chemin, une belle ferme… près de laquelle nous béquillons et sortons allègrement nos vivres.


Un moment très convivial et chaleureux qu’on a envie de faire perdurer malgré la bise…et c’est Bruno Grillon, un grand nom de l’agriculture à Brindas (village aux portes des Monts du Lyonnais), qui se propose de nous divertir en improvisant un sketch bucolique ; lui fait le paysan nostalgique et Jean-Yves …la vache Marguerite ! Leur objectif : évoquer l’Age d’Or des éleveurs dans le bas et haut pays des Monts du Lyonnais « mosaïque de paysages uniques au monde ! », raconter avec force et gestes le déclin de cette honorable filière paysanne avec l’exploitation actuelle intensive.

Mais c’est l’heure de rebéquiller pour terminer notre rando avec le soleil qui commence à jouer à cache-cache en ce début d’après-midi. On retrouve les sentiers qui descendent et qui montent sur des tapis de mousse ou de feuilles mortes. Parfois l’aide est indispensable surtout dans les chemins creusés par les ornières.

Et l’on sort des sous-bois au feuillage vert ou mordoré pour entrer dans de nouveaux paysages plus touffus ou plus aérés qui nous permet d’entrevoir les plateaux et la plaine lyonnaise, avec des vues panoramiques, délimitées par l’horizon brumeux des Alpes et des monts du Forez. Puis on retrouve une route relativement plate et le monde civilisé sur quelques petits kms, mais le décor reste champêtre avec, dans les prés ou fermes bordant la route, des chèvres ou des cultures maraîchères.



Au détour d’un champ magnifique de poireaux, de choux et brocolis, c’est un chemin très étroit et caillouteux qui nous attend : après une pause joëlette ou pipi, et quelques changements (Petit Jules, fatigué, a décidé d’occuper la joëlette vide), c’est une montée un peu rude qui nous mène, en passant par LA CROIX- PERRIERE au Col du BOIS de la LIENNE, à 850 m d’altitude. La troupe s’est clairsemée et les derniers (j’en fais partie) sont même un peu perdus et hésitent à la lisière du bois de LA LIENNE : le chemin à droite ou à gauche…



Heureusement mon portable nous sauve et on rejoint l’ensemble de la troupe dans le bois. Nous descendons sous les grands arbres un chemin pentu et caillouteux qui, brusquement, débouche sur une belle clairière qui sert de carrefour à plusieurs sentiers…La clairière des BROSSES nous attendait sagement sur la route du retour, à 3 km d’Yzeron, pour faire cuire, à l’abri du vent, notre récolte de châtaignes pas encore grillées car le vent sur Bellevue nous en avait dissuadés avec regret…

Donc vers 15h, dernière pause et non la moins gourmande et chaleureuse puisqu’elle fit sortir des sacs les précieuses poêles trouées à grande queue que les plus actifs et les plus motivés remplirent de châtaignes ; elles furent placées sur un magnifique feu allumé comme par magie (merci Bruno et Caroline en autre). D’ailleurs on devait offrir aux regards un tableau charmant et sympathique entre ceux qui dégustaient et ceux qui se chauffaient auprès des flammes puisque bientôt nous sommes rejoints par 6 jeunes randonneurs attirés par notre hospitalité du moment.



Rando rencontres et échanges avec le sourire sur la châtaigne grillée et Handi Cap Evasion…voire même au redémarrage, pour les plus motivés d’entre eux, initiation à la conduite de la joëlette !

On quitte donc la forêt avec nos jeunes randonneurs bien sympathiques sur un chemin plus facile et plus plat qui longe l’orée des bois d’un côté et les prés clôturés de l’autre. Et c’est sous un ciel encore lumineux mais bien couvert que nous traversons les derniers vallons auréolés de bois ou bosquets plus sombres. Nous arrivons sans nous en apercevoir au- dessus du Lac du Ronsey que nous abordons en descendant l’autre versant. C’est le retour triomphal à Yzeron au point de départ et les adieux de 17h-17h30 avec un rangement rapide des joëlettes, dernières photos et derniers échanges…



Tous les participants venus pour partager l’aventure (chacun avec ses capacités et ses envies) et pour goûter à la joie d’être ensemble, remercient chaleureusement les animateurs de la rando dont Jean-Yves, notre guide, qui nous a présenté l’association de Handi Cap Evasion avec ses 900 adhérents et 10 antennes en France qui, cette année, fête ses 30ans d’existence…avec 30 sommets à gravir (pari tenu !)

(le compte-rendu est celui d’une fidèle participante, Sylvie Panossian)

Partager

Autres articles dans cette rubrique

S'abonner au flux RSS

Participez !

Devenez Accompagnateur : toutes les infos pour devenir accompagnateur et participer aux activités Handi Cap Evasion, c'est par ici!

 

Recherche

 

Informations

15 novembre 2018

Comment adhérer ?

Propulsé par HelloAsso

>> Adhérer à l’association

23 octobre 2017

Faire un don en ligne à HCE

Si vous souhaitez soutenir nos actions, vous pouvez désormais nous faire un don en ligne.

Propulsé par HelloAsso

>> Faire un don en ligne

 

Les vidéos HCE

 

Nos Partenaires

 

Récits des séjours 2018