Week-end haut savoyard, le 30 avril et 1er mai 2022

25 septembre Antenne du Rhône

Une invitation de Jean-Pierre et de Sylvie à Morillon (Haute Savoie), cela ne se refuse pas !Les 4 joëlettes et 11 personnes quittent Lyon pour rejoindre le Cirque du Fer à Cheval, de bonne heure, ce samedi 30 avril. Au départ, cela devait être un week-end avec les Gones Raideurs de Fontaines sur Saône. Cela deviendra, au fil des semaines, un week-end avec des scouts et une belle panoplie d’accompagnateurs montagne locaux.

La météo est encore correcte lorsque la joyeuse troupe se regroupe sur le parking du Cirque du Fer à Cheval. Les joëlettes débarquées du véhicule d’Antonin sont vite dépliées et prêtes à embarquer avec Laurent, Thi Kim, Kévin et Marie-France. Henri suivra le groupe, à pied, car c’est un bon marcheur.
Jean-Pierre et Sylvie ont prévu une approche des cascades par une piste qui grimpe mais qui permet aux nouveaux accompagnateurs de se familiariser avec les bolides.
Laurent tente d’utiliser le pédalier, en vain car la chaîne déraille et finit par casser. De la maintenance à prévoir.





Heureusement l’équipe assure plutôt bien et vers 12h30 nous décidons de faire la pause pique-nique dans un coin qui semble approprié, au bord du Giffre.
Nous avons déjà une bonne idée du caractère grandiose du Cirque avec ses falaises impressionnantes. Nous n’avons pas le temps de compter les cascades car de gros nuages noirs se rassemblent sur les sommets.



Zohra, un peu inquiète, va se renseigner au petit bar d’altitude tout proche sur une possibilité de s’abriter. Elle est bien accueillie et nous n’hésitons pas lorsque les premières gouttes tombent, à choisir le repli sous de grands parasols ou plutôt parapluie providentiels.

Il était temps car des trombes d’eau et de grêlons vont se déverser sur les parasols qui s’avèrent parfaitement étanches. Nous pouvons donc, tranquillement, reprendre notre repas interrompu.
D’autres randonneurs, surpris par la violence de l’orage, nous rejoignent.


Notre repas terminé, la décision est prise de descendre pour rejoindre Morillon. La pluie s’est un peu calmée mais l’accès au site du Fer à Cheval est devenu dangereux. Les températures ont aussi bien chuté. Le retour au parking se fera par une autre piste et la traversée d’un petit hameau.





Nous reprenons les véhicules pour rejoindre Morillon sous le soleil. Les vêtements mouillés seront vite secs avec un peu de vent et du soleil. Quelques boissons gazeuses partagées, chacun trouve le meilleur plan pour passer une bonne nuit.



La maison est grande et nos hôtes ont une belle collection de matelas. Un petit coup de main pour préparer la salade pour le pique-nique du lendemain, pendant que Sylvie s’active à la préparation de la croziflette du soir. Ambiance musicale avec Adrien qui a découvert le piano et qui nous dévoile ses talents.

Comme rien ne presse, et que la terrasse est au soleil, les participants ont du temps pour échanger et faire connaissance.

Le repas du soir se fera à l’intérieur. Après un apéritif "samoussas" (merci Thi Kim !), nous ne résistons pas à la tartiflette et son reblochon gratiné à point. Il y a encore une belle surprise pour le dessert avec de délicieuses tartes à la myrtilles qui vont entraîner un concours de langues et de dents violettes !




Soirée agréable, au coin du feu, agrémentée par des chants. Est-ce l’effet de la berceuse vietnamienne ou du marc local ? la nuit sera calme, même sous les étoiles.




Le réveil est pour certains, un peu difficile, ce qui permet des petits déjeuners décalés. Jean-Pierre en profite pour entraîner Gauthier dans une baignade revigorante dans le ruisseau qui passe près de la maison. Ces deux-là seront bien vite réveillés et plein d’énergie.

Des renforts, recrutés, pour certains, la veille, se joignent à nous, pour un départ de la maison. Nous atteignons vite, de belles pistes forestières au profil parfois bien relevé.
Plusieurs passages nous obligeront à unir nos forces pour monter les joëlettes deux par deux. Cela permettra aux passagers de se reposer un peu car le parcours est plutôt secouant.






Cathie nous promet un coin pique-nique de rêve au lieu-dit Les Praz. Alors nous n’hésitons pas à la suivre. Heureusement la progression est plus facile lorsque nous sortons de la forêt. Nos guides avaient raison : nous avons trouvé un petit coin de paradis. la vue sur les sommets n’est pas aussi dégagée qu’on le souhaitait mais nous avons des bancs, des chaises et même des chaises-longues, empruntées à un chalet.
Après les efforts de la matinée, la salade pommes de terre/harengs sera particulièrement bien appréciée. Nous n’avons pas de mal à prolonger la pause tant le coin est agréable et certains débutent même une petite sieste.




Le retour se fera par des pistes et chemins bien pentus mais les pilotes se sont aguerris et tout va bien se passer. Nous ne résistons pas à un dernier regard vers les sommets enneigés mais nous n’auront pas le temps de retenir tous les noms de ces belles montagnes qui nous séparent de la Suisse.






Retour presque bucolique à Morillon. Quelques boissons et gâteaux partagés avant de se séparer. Un immense merci à Romain, Daniel, Meriem, Stéphanie et Cathie, les solides et sympathiques haut savoyards qui nous ont prêté main forte.

Merci aussi à Sylvie et à Jean-Pierre pour leur accueil si parfait dans leur beau coin de montagne.

Et, cerise sur le gâteau, le témoignage de Romain, futur accompagnateur montagne :
"Un moment HCE… Rencontres, sourires et marche en montagne :

Il y a presque un an, je rencontrais Jean-Pierre sur les chemins du Tour des Fiz. Me voilà, en ce WE du 1er mai, en montagne, accompagnant en Joëlette des personnes en situation de handicap. Ce WE marque pour moi le commencement d’un nouveau chapitre de ma vie où au soin du corps et à la vie partagée s’ajoute l’accompagnement en montagne.
Un moment avec HCE, c’est rentrer dans un cocon de bienveillance, de solidarité et de simplicité qui permet de rencontrer l’autre le temps d’une randonnée en montagne.
Durant la rando, j’ai dû me coordonner avec mes compagnons pour faire avancer la Joëlette en équilibre et avec douceur. Au-delà de la randonnée, j’ai apprécié les moments de détente qui laissaient place à la libre expression de chacun, à la rencontre et je me suis régalé avec les bons p’tits plats préparés !

Au plaisir de vous retrouver ou rencontrer "