Week-end dans le Forez - 12 et 13 mars

23 janvier Antenne de la Loire


C’est vers 10 h 30 que nous nous sommes retrouvés, une vingtaine, à la jasserie du Grand Sagne, chez Bernard et Christine, qui nous ont gentiment accueillis et qui nous ont fait la joie de passer la journée du samedi avec nous. Comme le temps était plutôt froid, venté, la chaleur du poêle était tellement agréable qu’il fut décidé que nous commencerions le week-end par le pique-nique, bien au chaud ! Vers 11 h 15, nous sommes donc passés à table.
Après le repas, il fallait quand même aller affronter les éléments, bien emmitouflés.

Nous sommes partis en direction de la Grande Pierre Bazane.
Nous avons marché tantôt dans la neige, tantôt sur le verglas, à d’autres endroits le sol était très, très spongieux ! Nous avons pris des chemins de traverse et franchi des ruisseaux, des clôtures (dessus ou dessous)...

... cherché un passage à peu près praticable avec des joëlettes !
Nous avons aussi appris par notre guide Bernard, que dans ces tourbières se situent les nombreuses sources qui alimentent le Vizézy, rivière qui traverse Montbrison.
Des flocons nous ont accompagnés presque tout l’après-midi. Mais à la pause, on a pu savourer les croquants de Céline et les Bountys de Marie !

De retour à la jasserie, nous avons retrouvé la chaleur du poêle, mis séché les chaussures, les chaussettes, et les pieds gelés ont pu enfin se réchauffer. Louis, après avoir perdu une semelle au milieu des bûches, a trouvé une paire de sabots à sa pointure. Puis autour de jeux, les groupes ont rivalisé en décibels, l’un avec « Tokyo trains » où les adversaires doivent s’exprimer en japonais (mais si !!!), l’autre avec « Pit la vache », (toujours aussi effrayant vu de l’extérieur !).
Ce qui mit le groupe en appétit et le mets préparé par Vincent fut un régal. Porc avec légumes et pruneaux, résultat de recettes culinaires d’origines diverses et variées, nous a expliqué le cuisinier !
Quand il fut l’heure d’aller se coucher, Roxane a rejoint son lit-placard, et fermé ses portes, Sandrine avait une petite chambre proche de la pièce à vivre, tandis que pour un certain nombre, nous prenions la direction de la grange, munie, il faut le préciser, de matelas sur la mezzanine. Nous avons été bercés par quelques ronflements, et par le vent qui faisait battre le portail. Jean-Paul a préféré son hamac entre 2 arbres.

Le lendemain, la neige ne tombait plus mais un vent très fort soufflait ! Nous avons pris les voitures jusqu’au parking du Coq noir. Nous sommes passés près de la jasserie de Pégroles. Puis nous avons pique-niqué à la jasserie des Chaumettes, contents de pouvoir nous abriter du vent. Cette jasserie est encore recouverte d’un toit de chaume traditionnel, et reste ouverte toute l’année pour les randonneurs qui souhaitent s’y arrêter.
Nous sommes revenus par le Col des Supeyres.

Nous nous sommes séparés vers 16 h.
Ce week-end a été l’occasion de prendre un grand bol d’air, dans la joie et la bonne humeur.
Merci encore à Bernard et Christine pour nous avoir hébergés.