Vercor’neille - du 9 au 16 juillet 2022

16 octobre Reportages

De la mi-juin à la mi-juillet, 5 séjours itinérants vont se succéder pour former une grande boucle au cœur du parc régional du Vercors. Vercor’neille est la dernière semaine de ce beau périple : un séjour qui lie le passé et l’avenir, avec un au-revoir émouvant à Cécile Borghini, et la présence de Joël et Eric pour former la nouvelle génération.

Vercor’neille, dernière semaine de ce beau périple, a débuté par la fête d’au revoir de Cécile BORGHINI (AEM), le samedi 9 juillet. En effet, après 20 ans d’un investissement remarqué et remarquable pour l’évolution de HCE (pour Cécile, hip hip hip hourrah \o/), Cécile monte son activité d’herboristerie (vente de plantes/ateliers) et nous étions nombreux à vouloir lui souhaiter bon chemin et bon vent ! Nous nous sommes donc retrouvés à une trentaine chez sa fille, à Lans-en-Vercors, pour lui offrir les casseroles de bain-marie qui lui serviront pour sa nouvelle vie !

Au fil de l’après-midi, le passage de relai entre Vercor’olle et Vercor’neille s’est effectué, avec le départ des uns et l’arrivée des autres. Emilio et Quentin arrivent d’un autre séjour, déjà rodés, tandis que Luc et Marie-Jeanne, dont c’est le premier séjour, découvrent l’ambiance HCE. Chloé s’aperçoit que Carole vient de sa région et des projets se forment déjà de se retrouver après le séjour.

Charlot, notre âne, observe tout ce remue-ménage d’un œil blasé : même la présence d’Anouchka (5 ans) et de sa sœur Agathe (9 ans) – filles d’Eric – ne parvient pas à dérider le vieil habitué qu’il est.

Jocelyne retrouve avec bonheur Marie-Pierre pour de longs papotages, pendant que Joël met la main à la pâte et Loïc embête déjà Charles sous l’œil attentif de Laurence. Tandis que Bernadette s’active à l’intendance, l’appareil photo de Camille ne rate rien de tout cela… !

Chacun apprend peu à peu à se connaître, même si certains se connaissent déjà depuis longtemps, voire même depuis l’origine de l’association il y a plus de 30 ans : Marie-Pierre et Joël CLAUDEL, ainsi qu’Eric ORIOL font partie de l’expédition qui se prépare ! Leur expertise à la joëlette sera d’ailleurs très utile pour ce séjour exigeant… Pour d’autres, c’est la découverte du tipi, voire de la nuit à la belle étoile dans le jardin de Cécile, une expérience qui ne tentera pas tout le monde (n’est-ce pas Marie-Jeanne ?!)

J1 - dimanche


Premier réveil, premier jour : il faut s’organiser, aider l’intendante, s’occuper de l’âne, préparer les affaires, bouger les voitures, démonter le tipi... Tout s’organise et chacun trouve sa place.
Enfin, tout est prêt et la plume d’une journaliste immortalisera l’instant, Cécile étant parmi nous pour la dernière fois. (Jusqu’à la prochaine... Après tout, si on en a envie, il faut le faire !)

Départ pour le belvédère du Bec de l’aigle : randonnée relativement facile qui permettra d’initier les nouveaux « joëlettistes ». Tandis que Solène nous rejoint pour la journée, c’est également un au revoir plein de regrets pour Norbert qui malheureusement ne pourra pas nous accompagner cette semaine en raison d’une déchirure musculaire. Il aura néanmoins tenu à amener Martine, Charles et Luc, 3 passagers joëlette, jusqu’à notre lieu de départ (depuis Metz, l’exploit est à souligner !)

Au cours des 370 m de dénivelé positif et 250 m de dénivelé négatif, nous aurons la chance de croiser trailers et randonneurs, l’occasion pour Zhora de démontrer ses remarquables qualités de communicante : elle sera la recruteuse officielle de HCE pendant tout la semaine ! Et c’est ainsi que nous accueillerons Clément et Mallory parmi nous, pour le deuxième jour, une aide qui ne sera pas de trop pour atteindre le convoité sommet du Moucherotte.

J2 - lundi

Ascension très sportive et technique pour réaliser les 700m de dénivelé positif pour atteindre le sommet du Moucherotte (altitude 1901 m). Avec ses passages raides entre racines et cailloux, la pause graine avec des barres de céréales maison (merci Sandrine et Oliv’ !) est plus que bienvenue ! Mais la sueur versée en valait la peine : une vue à couper le souffle nous attend au sommet.

Anouchka et Agathe, les filles d’Eric, nous surprennent par leur endurance et leur bonne humeur ! Agathe s’ingéniera à faire le service tous les midis, pour le plus grand bonheur de nos randonneurs affamés.

Bercée entre la Chartreuse et le Vercors, Grenoble étend ses lumières dans toute la vallée avec le Mont Blanc en fond, la tête dans les nuages.


Le bivouac sommital sera l’occasion d’observer les étoiles filantes et une super lune quasi pleine, le temps étant parfait pour une nuit « à la belle ». Nous en profiterons pour fêter l’anniversaire de Marie-Pierre : ce n’est pas tous les jours que l’on souffle une bougie dans un cadre aussi extraordinaire !

J3 - mardi

Après une nuit étoilée (assez courte pour certains !), nous reprenons la route. Clément et Mallory ont repris leur propre chemin, avec des projets de séjour HCE pour l’été prochain !

C’est une journée toute en montées et descentes, avec quelques passages très physiques (même Agathe et Anouchka se mettront à la corde !), récompensés par un pique nique avec une vue extraordinaire. Décidément, le Vercors nous offre le meilleur, sous un soleil toujours présent (même parfois un peu trop… !).

Mucette, la chienne de travail de Marie-Pierre, nous prend pour son troupeau, et aura une attitude très protectrice pendant tout le séjour. Ce qui n’empêche pas les gais lurons de trouver une place confortable pour pique-niquer.



Nous reprendrons la route jusqu’à atteindre le collet du Furon, vaste clairière en herbe qui nous permet de nous installer confortablement. La journée a été longue, le soleil harassant, il était temps d’arriver : Chloé rejoindra les bras de Morphée avant la fin de la cuisson du poulet ! Encore une nuit à la belle étoile (ou dans le camion pour les plus frileux), qui revigorera le groupe. Malheureusement pour le couple d’amoureux qui croyait être tranquille, la bonne ambiance d’HCE contaminera joyeusement toute la zone avant que chacun ne rejoigne ses pénates.

J4 - mercredi

Le lendemain matin, nous croisons par hasard Clément ! Retrouvailles animées et inattendues, qui réjouissent tout le monde. C’est peut-être pour cela que le camion a failli partir sans le sac à dos de Chloé et avec une corde de joëlette… Heureusement que Sandrine a réussi à l’arrêter à temps !

Après cette légère frayeur, le groupe prend le départ. Ce sera une journée ardue, tant physiquement que psychologiquement, avec des passages techniques sur un sentier en balcon : le paysage est magique, mais les passages aériens mettront à mal le vertige de Laurence. Pour Luc, dont c’est le premier séjour, les nerfs seront mis à rude épreuve !

Heureusement, après un déjeuner à la file indienne, le chemin vers notre lieu de campement sera plus roulant, avec un magnifique sentier qui nous mènera jusqu’à la cabane de Roybon, guidés par les Chocards à bec jaune.
Dîner au barbecue et pain grillé au petit déjeuner : quel luxe ! Certains en profitent pour faire la lessive, d’autres pour se doucher.



Marie-Pierre et Joël feront leur lit au milieu des épilobes (et finiront trempés de rosée au matin !) tandis que Quentin et Zhora préféreront les orties (il paraît que sur une bâche ça ne pique pas… mais comment atteindre la bâche ?!)… Certains dans la cabane et d’autres autours, chacun finira par trouver où dormir plus ou moins facilement.

J5 - jeudi

Objectif du jour : le lac des prés, rare lac du Vercors (Certains n’en croyait même pas l’existence…), qui motive tout le monde après une rude montée. Les chants de Chloé accompagnent les pas des pilotes qui peinent sous la chaleur écrasante.
Lorsque nous atteindrons le lac, il ne faudra pas longtemps pour que les plus téméraires se mettent en maillot de bain ! L’eau est fraîche (TRÈS fraîche), mais les rires de Martine sont une bénédiction ! La pauvre Mucette pleure lorsque nous nous mettons tous à l’eau, de crainte de nous voir nous noyer. Marie-Jeanne fera le tour du lac à la nage, Charles et Chloé parviendront à en faire le tour à pied (un exploit), tandis que le camp se monte et le dîner se prépare.

Nous serons les spectateurs privilégiés du passage de bouquetins au coucher de soleil et de multiples feux d’artifices tirés sur le plateau : que de merveilles !

J6 - vendredi

Au lever du soleil, Eric décide de partir à la rencontre des bouquetins et monte au sommet qui nous surplombe avant de nous rejoindre pour le petit déjeuner. Tout le monde étant encore en forme, il est décidé de monter au col des 2 sœurs, où un spectacle magique nous récompensera des efforts fournis. Camille décrit le paysage à Jocelyne (non voyante) tandis que tout le monde se pose pour admirer les splendeurs que la nature nous offre. Une marmotte juste au dessus de nous finit tout de même par siffler la fin du match et nous nous préparons à repartir.

Nous redescendons alors au lac où nous récupérons nos affaires de bivouac, et partons pour l’ascension de la Grande Moucherolle ! Un chemin facile mais très raide, sous un soleil de plomb, qui sera rythmé par les chants d’Olivier, Quentin, Laurence et Chloé. Heureusement, nous trouvons refuge dans le local technique du téléphérique pour manger à l’ombre. C’est même le grand luxe, avec sieste sur matelas !

Malheureusement, toute bonne chose a une fin, et nous redescendons dans l’après midi vers notre dernier campement de la semaine. Loïc fabriquera des toilettes et une douche, chacun profitant de la disponibilité de l’eau pour retrouver figure humaine. Norbert nous rejoint, les mains pleines de bonnes choses : gâteaux et fromages venus de Suisse et d’Italie régaleront nos papilles à l’apéritif !

Le dîner sera mémorable, avec les témoignages poignants de ceux qui voudront s’exprimer : un rituel HCE qui tire toujours des larmes aux plus émotifs… A la nuit tombée, les chants s’élèveront, l’accordéon d’Aurélien accompagnant les voix des chanteurs. Lorsque les valses prendront le relai, tout le monde dansera ; même les passagers joëlette, dans leur fauteuil, participeront aux réjouissances ! Les rires de bonheur de Charles resteront dans les mémoires !

J7 - samedi

C’est samedi… Déjà samedi… Les au-revoirs sont déchirants, comme toujours. On se dit qu’on se reverra à l’AG, on échange les téléphones et les câlins. Chacun reprend sa route.

Cette semaine en a motivé plus d’un à poursuivre l’aventure HCE et a ravivé la flamme des débuts chez d’autres : HCE un jour, HCE toujours !! Et pour convaincre toujours plus de monde, Marie-Jeanne a fait un super reportage, diffusé sur France Bleu Drôme-Ardèche et France Bleu Isère : >https://www.francebleu.fr/infos/societe/rando-marmottes-et-bivouac-ils-partent-au-sommet-du-vercors-malgre-leur-handicap-1658215195]

Quentin et Chloé