Vanoise - du 31 juillet au 07 août 2021

26 septembre Reportages

Samedi 31 juillet

En ce premier jour d’une semaine qui sera pour tous éprouvante et riche en émotions, chacun rejoint le camping de Champagny-le-Haut à son rythme (jusqu’à 23h pour les derniers !). Nous sommes de suite accueillis et mis à l’aise par la gentillesse et les sourires de notre intendante Marie Sylvie et son fils Martin nous proposant une alléchante dégustation de jus de pomme tiède à laquelle vient s’ajouter un délicieux gâteau au citron de Sarah. Une fois le camion HCE arrivé le petit groupe presque complet fait les rencontres avec l’âne Imenso qui nous suivra dans notre périple et surtout de notre guide Willy. Le premier travail d’équipe auquel nous sommes confronté : monter le marabout (juste pour l’entraînement dira t- on car la pluie nous a fait préférer une option plus confortable : dormir dans une salle hors sac). Le premier dîner annonce la couleur de la semaine, Marie Sylvie nous a régalé chaque jour à commencer par ses incontournables fajitas. Chacun trouve sa technique mais tous sont en galère pour les manger. C’est plein d’attente et d’anticipation que notre petit groupe se couche ce soir.

Dimanche 1er août

Lever 6h30, Petit déj à 7h et la journée démarre sur les chapeaux de roue avec la découverte du maniement des joëlettes pour ceux dont c’est le premier séjour. C’est aussi le moment où on commence à apprendre des uns et des autres le déroulement de ce type de voyage hors du commun ! Les habitués donnent avec bienveillance des conseils aux novices et les passagers nous expliquent leur besoins et mode de fonctionnement. Malheureusement le départ se fait sous la pluie mais ce qui nous attendait ce jour était une petite étape pour se mettre un jambe. De plus, le déjeuner était fort agréable et réconfortant dans un petit chalet éclairé à la bougie et réchauffé par un poêle. Cette ambiance intimiste permet de tisser les premiers liens entre les membres du groupe. Mais il faut se décider à partir et on découvre petit à petit avec émerveillement des nouveaux paysages avec une multitude de fleurs sauvages le tout baigné dans la brume. C’est assez rapidement qu’on rencontrera nos premières marmottes, dont une très peu farouche qui nous attendait à l’entrée du refuge. La journée de marche s’achève à 17h on a alors le temps d’appendre à se connaître autour d’une tasse de thé, d’un jeu de carte ou bien du Rummikub de Thierry. Ce dernier nous proposera d’ailleurs une séance de médiation inattendue mais très appréciée et faisant suite aux drôles quoique efficaces exercices de récupération de Sarah. Ce soir c’est les hommes aux fourneaux, Martin et ses commis nous préparent d’exquises nouilles aux légumes appréciées par tous (sauf peut être Fabrice à juger par son bol renversé par terre ?).



Lundi 02 août

Aujourd’hui c’est réveil sous la chaleur du poêle, les plus affamés peuvent compter sur les restes des nouilles de la veille pour le petit déjeuner et c’est stressés que nous partons cahin-caha à l’assaut des monts enneigés. Cette journée musclée fut placée sous le signe du soleil. Après une montée tarabiscotée, escarpée et bien pentue, l’arrivée au col du palet est vécue comme une victoire. On en profite pour prendre la pause déjeuner constituée ce jour d’un taboulé revisité à la Marie Sylvie. C’est après une rapide sieste pour certains qu’on entame alors la descente vers Tignes. La vue des imposantes constructions humaines après deux jours en pleine nature nous perturbe tous mais belle surprise à l’arrivée, on apprend qu’on sera hébergés au club des pious pious pour la nuit ! Le lieu quoique insolite est agréable et voir des grands gaillards sur des chaises de bambins est une image comme on en voit rarement ! Après un apéro arrosé aux bières à la myrtille, au vin de pissenlit de Thierry ou au Rhum arrangé de Madeleine, il est temps de passer à table. Comme à son habitude Marie Sylvie réchauffe par sa cuisine nos corps et nos cœurs et c’est tous repus qu’on part se coucher afin de recharger les batteries pour la journée du lendemain.



Mardi 03 août

Départ du club Piou Piou de Tignes à 9h00 sous un soleil à moitié présent, mais heureusement pas de pluie ! Aujourd’hui, objectif Col de La Leisse. On commence la journée par une rude ascension, effectivement 700m de dénivelé nous attendent ! Le recrutement de randonneur est globalement infructueux avec notamment un mémorable "Non merci, c’est gentil". Nous nous voyons contraints de monter les Joëllettes deux par deux. Après des efforts intenses et une pause graines bien méritée, nous recrutons finalement quelques personnes et en profitons pour continuer le plus longtemps avec eux. Nous leur partageons notre expérience et notre bonne humeur et en profitons pour faire de la pub pour HCE. Juste avant d’arriver au col de La Leisse nous nous posons pour apprécier la bonne salade de patates de Marie Sylvie dans le froid, le thé bien chaud nous réchauffe le cœur. Après avoir atteint ce premier col, nous rejoignons le Col du Palet à 2700m d’altitude, où nous rencontrons la pluie. Ensuite, la partie roulante est bien appréciée de tous : le calme avant la tempête. Et oui... après s’être brièvement reposés pendant la descente, c’est non pas un, mais deux énormes pierriers qui nous attendent. La traversée est compliquée pour tous, les tireurs, les pousseurs, les pareurs et surtout les passagers. La pluie qui rend le tout encore plus glissant. Après ces longs et intenses efforts, ces nombreuses galères traversées, nous arrivons au refuge à 18h15 (toujours sous la pluie) qui est déjà bondé, bruyant, n’apportant pas le réconfort et le calme nécessaires pour se remettre de la journée. C’est chacun notre tour que nous craquons un par un : 1. Chloé après avoir vu sa cheville tordue dans le pierrier 2. Jade qui se réfugie derrière Immenso pour cacher ses larmes 3. Sophie qui n’en peut plus d’être assise sur un banc et que la fatigue rattrape 4. Auriane qui s’en va chanter et crier face à la montagne (toujours sous la pluie) 5. Laura qui cache ses larmes face à la montagne assise sur l’herbe humide. Et sûrement d’autres dont nous n’avons pas connaissance. Après un dîner en décalé (et un sacré débat sur la nature du verre et les vitraux qui coulent), nous tombons raides dans nos lits.




Mercredi 04 août

Réveil très très matinal pour Marie Sylvie, Martin, David et Fabrice qui s’en vont récupérer le camion à Tignes pour l’amener jusqu’à Pralognan puis remonter jusqu’au refuge d’Entre deux Eaux (tout à pied évidemment puisque le télésiège fonctionne en aléatoire et ne fonctionne pas aujourd’hui). Ils en profitent pour récupérer un nouvel aventurier : Xavier qui nous a ramené non seulement les salades, mais aussi sa joie débordante. Pour le reste du groupe, petit dej à 7, départ a 9 comme d’habitude. L’étape vendue comme facile et courte s’avère finalement bien plus épuisante que prévue à cause de la pluie qui nous détrempe sans relâche jusqu’au refuge à 14h. Immenso fait des siennes puisqu’il choisit de s’arrêter à 100m du refuge et refuse d’avancer. Une fois arrivés, nous nous réchauffons auprès du poêle, nous mangeons, nous reposons et jouons pour faire repartir le moral et s’amuser tout simplement. Puis vient l’heure du repas : croziflette pour les sans sans et lard lentille pour les tout tout. Ensuite la salle se divise en plusieurs groupes : énigmes pour les uns, Tamoul et Dixit pour les autres. Et au dodo à 22h car une grosse journée nous attend demain !



Jeudi 05 août

Aujourd’hui, petit dej au refuge avec du super porridge, des miel pop’s et du lait des vaches du refuge. Nous débutons la journée sous un grand soleil qui nous fait beaucoup de bien. Nous attaquons sans attendre notre ascension de 500m de dénivelé jusqu’au col de la Vanoise : nous recrutons des randonneurs pour grimper d’un coup avec les 4 joëlettes en même temps. Effort collectif du groupe pour hisser les joëlettes jusqu’au Bunker où nous arrivons à 11h30, où nous en profitons pour faire une pause graines plus que méritée puisque nous avons foncé comme des flèches. Nous nous installons entre un ruisseau et un névé pour déguster une délicieuse salade de pâtes préparée avec amour par notre intendante préférée. Martin et Florentin se voient pris d’une idée folle : faire de la luge sur des sacs poubelles depuis le haut du névé. Fou rire assuré puisque que nous descendons le névé en chenille a presque 10 avec à l’avant notre passager casse cou : Sébastien.







La journée nous réservait encore bien des surprises, puisqu’à peine répartis en joëlette, nous croisons un lac en bas du glacier et après avoir vu Thierry se baigner dedans, nous sommes 7 à le rejoindre pour nous rincer dans l’eau à 13°C, nager, et se réchauffer en faisant le cormoran. La journée ne s’arrête pas là, puisqu’une fois arrivés au refuge du col de la Vanoise, nous pouvons admirer les paysages absolument magnifiques et ensoleillés depuis la terrasse où nous nous lançons dans des séances de yoga, d’acrogym et d’étirements. Les accompagnateurs ont également pu tenter la Joëlette et être bien secoués pour découvrir la difficulté des passagers lors du séjour. Pendant que certains se reposent ou préparent le repas, d’autres se hissent en haut d’une montagne à mains nues pour profiter encore plus des paysages, de l’air frais de la montagne et faire des "om" de méditation en haut d’un rocher. Puis vient l’heure du repas : au menu polenta aux champignons et saucisses et une délicieuse crème à la vanille de la part de Marie Sylvie. Après que certains soient partis se coucher, d’autres se retrouvent pour une soirée de jeux très amusante : Time’s Up des personnages bien compliqué mais bien drôle quand la culture G manque à certains, puis un loup garou rocambolesque avec une fin tragique puisque tout le village est mort. Nous partons nous coucher en pensant à cette journée qui fut formidable en tous points.






Vendredi 06 août

Vendredi : départ pour 1000m de dénivelé négatif. En nous levant tôt pour partir à 8h30, nous pouvons apercevoir le lever du soleil derrière le glacier. Nous descendons quasiment jusqu’à Pralognan pour manger notre bon repas, et nous enchaînons sur une sieste au soleil. Nous repartons en direction du camping, sur le chemin : belle cascade et course de Joëllette sur le goudron en pente. Nous arrivons au camping où nous installons le marabout et courrons tous pour les douches bien méritées après cette semaine intense. Nous préparons le repas : croziflette et tiramisu aux framboises pour fêter l’anniversaire de Madelaine. Nous faisons le classique tour de parole lors duquel chacun a pu donner son ressenti sur le séjour. Sébastien ouvre le bal et nous émeut tous, les prises de paroles s’enchaînent plus belles les unes que les autres pour arriver au tour d’Auriane qui fut la première à verser ses larmes. Après avoir fait tous ensemble la rétrospective de cet incroyable séjour, certains vont se coucher sous le marabout pendant que d’autres chantent dehors en unissant leurs voix, pour pouvoir ensuite aller se coucher à la belle étoile sous un ciel étincelant de beauté.




Samedi 07 août

Réveil sous la rosée du matin. Nous mangeons notre dernier petit dej ensembles, plein d’émotions et de souvenirs pleins la tête. Nous rangeons toutes les affaires et commençons les au revoir déjà emprunts de nostalgie. Nous pourrons tous repenser à ce séjour avec des étoiles dans les yeux. La difficulté, l’intensité de l’itinéraire, le temps très changeant et la fatigue ont fortifié notre groupe, nous ont unis et ont créé des liens entre tous. Nous repartons avec le corps fatigué mais le sourire aux lèvres, en repensant à tous les fous rires (nerveux ou pas) que nous avons eus et à toutes les discussions profondes que nous avons pu partager. Merci aux accompagnateurs, merci aux passagers, merci à Marie Sylvie notre super intendante sans qui nous n’aurions peut être pas tenu aussi bien, merci à Willy notre encadrant force tranquille toujours rassurant et enfin merci HCE de nous faire vivre ces aventures formidables.