Séjour Haute Ubaye 12-19 août 23

10 juillet Reportages

Notez que le maillot de bain s’avérera très utile.

Le commandant de bord Willy et son assistant Olivier, ainsi qu’Emilio et Alix, nos intendants, souhaitent la bienvenue à tous et toutes. Sans oublier Charlot notre animal de compagnie, assez sociable bien qu’un peu fugueur ... 
Les passagers joëlettes sont au nombre de 4 : Rodolphe, Jonathan, Kim et Delphine. 
sans oublier Pierre, qui marche avec le groupe. Tous entourés par des accompagnateurs dynamiques et sportifs motivés ! Certains d’entre eux sont des nouveaux dans les séjours HCE : Manon, Benoit, Christophe notamment. Nous avons également parmi nous des habitués des séjours ; Alix, Sophie, Maud, Jean -Luc, Pierre, Rodolphe...
La météo du séjour s’annonce bonne pour toute la semaine avec plutôt un grand ciel bleu et de la chaleur. 
Si cette introduction vous met en appétit voici pour vous le plan détaillé de notre vol (hors du) commun.

Et les membres d’équipage et les passagers

Samedi 
Connaissez - vous ce petit hameau perdu au bout du bout du bout du monde appelé "Fouillouse" ? 
Pour y arriver, il faut accrocher sa ceinture, et oser franchir un petit pont de pierre suspendu au-dessus de gorges vertigineuses et dont on se demande s’il supportera notre passage tant il semble frêle, un tunnel brut, sombre et étroit, passer quelques épingles bien raides et finir sur une piste très poussiéreuse avant l’arrivée dans un bel écrin de verdure entouré de montagnes. 

Avec l’arrivée de tous à "Fouillouse", place à l’installation du camp de base, et au tour du propriétaire… Par ci et par là, les coins toilettes, discrètement dissimulés par les quelques arbres ou rochers, au bout sur la gauche, l’évier pour la vaisselle dans le torrent, et encore plus au bout, à droite, à gauche, on a le choix, les bassines et lavabos naturels dans les rivières, le grand luxe finalement, avec autant d’espace et des vues magnifiques !
Puis arrive le moment des présentations avec un tour de table afin de mieux se connaître. Cela permet également de se rendre compte que parmi tous ce beau monde, certains pratiquent la Joëlette et les séjours HCE depuis de nombreuses années tandis que d’autres sont tous nouveaux et découvrent avec plaisir un groupe motivé. Place ensuite à la présentation du programme de la semaine, aux consignes du séjour et au dîner puis, au lit ! Car le lendemain, les choses sérieuses commencent !

Dimanche 
En ce premier jour de balade, Delphine découvre une Joëlette équipée d’un manelier avec laquelle elle peut aider son équipage en participant aussi ! c’est une expérience sympathique. 
Chacun prend ou reprend ses marques avec les Joëlettes, ayant pour objectif de mieux maîtriser les choses pour les jours suivants. C’est une balade d’initiation ou initiatique pour les nouveaux, de reprise des habitudes et réflexes pour les autres et aussi de commencer à faire vraiment connaissance pour tous. Nous voilà donc partis sur une piste traversant la forêt de mélèzes de l’Eyssilloun pour rejoindre les alpages et profiter d’un grand panorama au moment du pique-nique.
C’est certes une montée régulière sur un chemin de piste mais le dénivelé est tout de même déjà de 350 m de positif en peu de kilomètres ! Arrivés en haut, c’est une belle pause déjeuner ensoleillée qui nous attend, suffisamment longue pour prendre le temps de discuter les uns avec les autres et de faire la sieste.

Au bout du bois de l’Eyssiloun … le pique-nique !

On aurait pu croire que la descente serait facile, avec la piste, mais, au contraire, le retour se fait sur de petits sentiers au travers des bois, techniques et bien pentus, avec pierres et racines, et qui obligent à rester bien concentré. C’est l’occasion d’apprendre les bons gestes avec les conseils de Willy, Olivier et des accompagnants expérimentés.
La fin du trajet se fait plus facile et l’on s’amuse à arriver en premier, à passer des obstacles difficiles, ou à monter la joëlette avec Rodolphe sur un rocher !

En fin de journée, certains se lâchent !

Cette journée a permis de faire connaissance, de se familiariser et de s’adonner activement aux différentes tâches à faire. De retour au camp, très vite, chacun trouve sa place dans le groupe et participe… aide aux passagers, rangement, toilette, aide à la préparation du repas …
La soirée sera calme car une grosse journée va suivre !

Lundi :

En effet, c’est une étape intense qui attend le groupe pour rejoindre le lieu du bivouac au bord du Lac premier et au pied de l’imposant Brec de Chambeyron. La montée incessante (plus de 700 m d’ascension sur 7 km environ) se fait par un ancien et beau sentier muletier, bien exposé au soleil, histoire d’en profiter ! Nous profitons d’un replat à mi-parcours environ et plein sud pour casser la croûte et se reposer. C’était bienvenu car après, il a fallu franchir un passage rocheux délicat et reprendre l’ascension sur un chemin caillouteux.
Finalement, nous arrivons suffisamment tôt pour profiter du lac et se baigner, pour les plus motivés sous le soleil et une température très clémente. Notamment, Kim et Rodolphe ont bien apprécié ce moment. D’autres (Alix et Willy pour ne pas les nommer !) sont joueurs et déclenchent une bataille de boue et de vase dans le lac et font des victimes collatérales, Emilio et Benoît, qui évidemment, n’attendaient que ça pour répliquer !

On s’amuse, on se repose, on lézarde, mais il y a tout de même le bivouac à installer ! Et c’est parti pour monter le tarp, le tipi, mettre en place les toilettes, … A la fin de cette journée, nous trinquons tous ensemble, à cette belle journée, ayant pu s’approvisionner en sirop, limonade et bières au refuge tout proche. Un bivouac Cinq Etoiles ! Mille Etoiles même pour ceux d’entre nous qui dorment dehors !

Mardi :
Après une douce nuit, quoique fraîche (la température est proche de zéro au réveil …), il est temps de replier le camp pour monter en direction du lac des 9 couleurs, par les sentiers qui …grimpent encore et toujours, agrémentés de passages bien ardus ! Du lac… finalement, nous n’en verrons pas les couleurs ! Car, afin de garder de l’énergie, nous n’irons pas jusqu’au bout, mais la montée et les vues sont très beaux !! Finalement, le mystère demeure sur les couleurs de ce lac…
De manière plus raisonnable, Willy et Olivier nous proposent de redescendre. Le programme de la suite du séjour sera ainsi modifié pour s’adapter à tous et garder pour maître mot le plaisir partagé. Merci à Willy et Olivier pour leur capacité d’adaptation !

Le groupe pose à la pause … avant de redescendre vers Fouillouse

Mais de rebrousser chemin, une pause s’impose au point le plus haut de la randonnée du jour, pour profiter des paysages et de la vue à 360°. Le début de la redescente se fait de manière ludique et aventureuse, hors sentier, jusqu’au lac rond, avant de rejoindre le refuge de Chambeyron, près duquel nous avions laissé une partie du matériel pour ne pas trop se charger. Le retour sur Fouillouse s’est ensuite fait tranquillement par le même chemin qu’à la montée, ce qui convenait à tous ! La descente fut très plaisante et agréable, sur ce remarquable sentier.
Par la suite, la fin de journée fut occupée par les différentes tâches désormais habituelles… toilette, vaisselle, préparation du repas, mais aussi par des jeux collectifs et l’apéro, évidemment !

Après la tombée de la nuit, avant d’aller dormir, nous étions quelques-uns à regarder le ciel étoilé, en écoutant Sébastien expliquer comment se repérer dans le ciel et reconnaître les différentes constellations !

Mercredi :

L’objectif du jour est de rejoindre le col du Vallonnet et son lac pour le pique-nique, en partant de Fouillouse. Nous voilà donc partis pour une nouvelle ascension (encore !) d’environ 600 m. Ménageant le groupe, nous faisons une première pause après un bon moment de montée. Les graines sont les bienvenues. Nous laissons Charlot poursuivre son chemin à son rythme, inutile de le perturber …
Nous repartons, revigorés, et nous nous rendons compte assez vite que Charlot n’est plus visible ! Nous nous arrêtons alors à nouveau, au niveau du Fort de Plate Lombarde, où la vue est bien dégagée. Pendant que l’on essaie d’apercevoir Charlot, nous en apprenons un peu plus sur cet endroit, qui fut un intense, mais bref lieu de bataille entre soldats français et italiens, en juin 1940, et qui montre qu’ici, la ligne Maginot a été très efficace !

Bref, pendant ce temps, toujours pas de Charlot en vue ! Est-il redescendu au camp à Fouillouse, a-t-il poursuivi son chemin jusqu’au lac ou bien a-t-il pris un autre sentier à la faveur des intersections … Les recherches sont alors lancées … Maud, Emilio et Olivier partent chacun de leur côté. Willy et Antoine se postent sur les points hauts en observateurs. Et nous interrogeons les randonneurs que nous croisons, qui montent ou qui descendent. Toujours pas de trace de notre âne … qui a avec lui le pique-nique !
Finalement, après quelques dizaines de minutes de recherche, Charlot est retrouvé par Olivier… près du lac ! Il n’avait pas fait de farce, il avait bien suivi le chemin… Après ça, qui osera utiliser l’expression « bête comme un âne » !!!
Après cet intermède, tout rentre dans l’ordre et l’on reprend l’ascension à notre rythme pour atteindre le col, pour un pique-nique en ce bel endroit qu’est le lac du Vallonnet.

Après le repas et la sieste qui va avec, c’est le moment de redescendre au camp, avec une premier partie très technique, avant de retrouver un sentier fort agréable entre les mélèzes. Avec le changement de programme, nos intendants Alix et Emilio ont en plus rallongé l’étape car ils sont aller récupérer les victuailles stockées plus loin, au niveau de Viraysse, où il était prévu initialement que nous bivouaquions. Merci à eux !

La soirée fut quelque peu mouvementée, Jonathan, accompagné d’Olivier, étant évacué vers l’hôpital le plus proche, en raison d’une douleur au pied. Mais, plus de peur que de mal, tous deux étaient de retour au petit jour le lendemain.

Jeudi
C’est un nouveau lieu qui nous attend, suite au changement de programme décidé, mais ce lieu était déjà connu de certains d’entre nous, Maljasset et la vallée de l’Ubaye. Nous replions donc le camp, rangeons le matériel et les affaires et partons de Fouillouse en convoi après le petit-déjeuner, et arrivons quelques dizaines de minutes plus tard à Maljasset et le nouveau camp de base au bord de la rivière Ubaye.
C’est une journée assez tranquille qui nous est annoncée, et même bucolique et ludique selon Willy… Il s’agit de remonter l’Ubaye pour rejoindre pour un endroit idéal pour se poser, paraît-il. Quant à Jonathan, il reste au camp pour se reposer, avec Olivier et Ariel, car la nuit fut courte !
Nous partons donc par la piste qui se transforme ensuite en sentier qui monte et qui monte le long de la montagne, avec l’Ubaye en contrebas, lorsqu’à la sortie d’un virage, nous découvrons la vallée qui s’ouvre sur un vaste terrain plat magnifique, le plan de Parouart. C’est effectivement bucolique et parfait pour le pique-nique, la sieste à l’ombre des arbres, et même une petite baignade dans l’eau fraîche et transparente. Bien vu Willy ! Tout le monde est tellement bien que l’on y reste longtemps et l’on ne se presse pas pour repartir !

Le retour se fait après avoir traversé l’Ubaye les pieds (et les roues) dans l’eau par un petit sentier, effectivement ludique, serpentant à flanc entre les arbres, mais aussi bien technique et loin d’être aisé !
La journée s’achève dans une bonne ambiance. La soirée est douce et très propice pour dormir à la belle étoile pour beaucoup d’entre nous.

Vendredi
Ce dernier jour, c’est une boucle bien différente qui nous attend.
Mais Jonathan préférera ne pas venir et achever son séjour avec une petite visite de Barcelonnette, accompagné d’Olivier et d’Ariel.

Nous partons de Maljasset, pour une ascension en direction des bergeries de Mary avec un détour par la carrière dite de marbre vert. C’est l’occasion de profiter des connaissances de Benoît en géologie pour donner quelques explications sur ce marbre qui n’en est pas un, et son origine, et qui est un témoignage exceptionnel et rare (si, si, peu d’affleurements existent dans le monde) des entrailles de la Terre. En effet, cette roche d’un vert sombre puissant, la serpentine, est une ophiolite, c’est-à-dire un morceau de la croûte océanique et du manteau supérieur de la planète. Merci Benoît. !! De jolies petites pierres vertes finissent dans certaines de nos poches en souvenir.

Alix, Kim et Emilio sur le manteau terrestre !

Après ce détour, nous reprenons notre ascension, et l’on termine la semaine en apothéose, la balade nous amène très près de l’Italie à vol d’oiseau et le vallon de Mary est tout bonnement magnifique, une large vallée verte et caillouteuse avec un ruisseau qui serpente et des chevaux en pâture, entourée des sommets rocailleux ! La montée se mérite mais tout le monde est ravi de profiter une fois de plus, d’un superbe panorama. Et le groupe est en forme et en phase, car de l’avis de Willy, il ne pensait pas que l’on irait aussi loin !

Nous arrivons au lieu-dit des Bergeries de Mary ! Nous trouvons un énorme rocher en forme de pavé pour nous mettre à l’ombre et le repas nous attend.

Après cette belle pause, nous redescendons par un chemin différent de l’aller, avec une bonne dose de technicité, et c’est le retour au camp. Au passage, du bois est ramassé pour faire un feu.
Un shooting photo est lancé à l’initiative de Rodolphe pour en faire un beau souvenir.

Rodolphe et les filles du séjour !

Et maintenant les gars !

La dernière soirée se déroule une fois de plus autour d’un très bon repas préparé sur le feu. Et c’est autour de ce feu que nous faisons le bilan du séjour, en dégustant des bugnes à la sauce choco-noisettes. Tout le groupe a de très belles images en tête, et chacun partage autour du feu ses impressions sur le séjour, souvent avec quelques larmes. Le plus beau témoignage est sûrement celui de Kim, pour qui le séjour lui a fait oublier son handicap ! Que dire de plus après ça …
De l’avis de tous, le séjour fut réussi, très marquant, avec un groupe formidable et uni, et donnant de belles rencontres.

Puis ce fut le moment, toujours difficile, des séparations, avec la promesse de revenir pour un nouveau séjour, notamment pour les nouveaux qui ont beaucoup aimé cette semaine !

Merci à Willy et Olivier qui ont mené cette semaine et ont su adapter le séjour avec bienveillance et pour le plaisir et le bien-être de tous !

Merci à Alix et Emilio pour les excellents repas qu’ils nous ont préparé, avec inventivité, toujours délicieux et inattendus, avec la capacité d’intégrer ce que chacun a pu amener. Vous nous avez fait voyager … Italie, Espagne, Maghreb, Japon …

Merci à tous d’avoir contribué à ce beau séjour, avec sympathie, joie et dévouement.

Les participants du séjour

Notre fidèle Charlot

Rodolphe et Ariel

Jamil et Antoine

Emilio et Sébastien

Sylvie et Sophie

Jean-Luc et Olivier

Pierre et Willy

Delphine et Christophe

Jonathan et Florence

Maud et Alix

Delphine, Rodolphe et Kim

Benoît et Manon