Rando à Offoy - 26/09/2020

30 novembre Antenne de Picardie

Après des mois sans rando (Covid oblige … ), se retrouver sur les chemins picards fut une joie. La dernière rando d’été (29 août) fut très mouillée, la première rando d’automne fut très venteuse, frisquette mais au sec.

Une joëlette en août, une aussi en cette fin septembre.
Après une heure de route en voiture pour les amiénois, l’accueil est chaleureux chez Françoise d’où nous partons à 10h pour sillonner une verte campagne. Il fait 9°. Nous sommes 12 : des anciens, des nouveaux, 1 passagère joëlette, 1 fidèle marcheuse avec son bâton de marche, et Maya fidèle depuis sa naissance. Maya est une superbe chienne de 40 kg ! Bébé, elle finissait la rando sur les genoux d’une passagère joëlette. Impossible maintenant !

Après quelques centaines de mètres sur la route, nous nous engageons sur un chemin sauvage, broussailleux, bordé de chaque côté par l’eau. Plus loin le paysage se montre plus soigné du fait de la présence de jardins familiaux et lieux de pêche.

Le paysage est varié, alternant la présence de l’eau, les espaces boisés, la traversée de villages, les champs.

Champs de pommes de terre déjà ramassés, champs de betteraves encore sur pied, champ de maïs dont les épis sont trop petits cette année, etc … Alternance aussi des espaces dégagés et donc très venteux, des espaces relativement abrités qui offrent le silence à nos oreilles.

La pause café fut dans un cadre verdoyant, celui de l’arborétum qui contient 100 espèces d’arbres.
Le kiosque abrite quelque peu du vent. Nous y admirons la charpente en bois réalisée par un compagnon du tour de France.
Après le délicieux gâteau de Cathy, les croissants et pains au chocolat de Françoise, le thé ou café chaud, nous voici repartis !

Une nature verte, au milieu de l’eau : la Somme, le canal de la Somme, des marais. La faune est dense en cette zone humide. Nous y avons entendu toutes sortes d’oiseaux, de canards, nous y avons constaté le passage récent d’une horde de sangliers, nous avons vu, canards, cygnes, l’envol d’une grue, la fuite d’un écureuil grimpant en toute hâte au somment d’un arbre, 2 jeunes biches se laissant admirer avant de se sauver à notre approche, et même un cochon noir qui, dans la cour de la ferme, paraissait bien apprivoisé.

Une nature généreuse : les betteraves vont bientôt être récoltées (les usines de sucre sont proches), les pommes de terre sont déjà ramassées, nous ne nous privons pas d’en glaner quelques unes, les noix, quelques noisettes, le verger ouvert à tout un chacun (à Crouy-le-Petit) abrite diverses anciennes espèces de pommes, poires, prunes. Nombre de fruits sont par terre, s’abîment …. la tentation est trop grande d’en manger sur place mais aussi d’en emmener. Des pommes petites, grosses, très grosses, des jaunes, des rouges, des vertes, que de variétés …. !

Une rando sonore : bruit du vent qui souffle si fort, bruit du vent dans les arbres. Le vent couvre le son de nos voix.
Une rando roulante, sur un sol sec, ce qui n’était pas gagné d’avance !

La météo annonce l’arrivée de la pluie vers 15h. Françoise retarde l’heure du pique-nique afin de clore la rando et ne pas être mouillé.
En début d’après-midi, à l’abri du vent, dans le garage de Françoise, nous commençons le repas par un vin de sureau ou vin de noix (fait maison bien sûr, excellent Françoise). Nous goûtons aux saveurs tibétaines avec les kabsés (biscuits de fête), les momos (raviolis à la vapeur) offerts par Gomang.

Nous savourons les gâteaux à la pomme des uns et des autres. Nous pensons déjà aux prochaines randos possibles en 2021. Puis c’est au son de l’accordéon de Jean-Louis que nous clôturons cette belle journée.

Nous tous : Françoise, Jean-Louis, Christopher et son amie, Martine, Jean-Pierre, Cathy et Benoît, Odile, Gomang, Lénaïk, Yolande, nous séparons à 17 h tout en parlant de la prochaine rando du 24 octobre. A bientôt !