Balcons du Mont Blanc - Du 14 au 21 août 2021

29 septembre Reportages

Samedi - Les rencontres
Toute l’équipe se retrouve au camping des Montets à Vallorcine. Certains ont pris le train, d’autres la voiture, nous faisons connaissance au fur et à mesure des personnes qui seront nos compagnons de randonnée pour la semaine.
Le camp est installé, la table est dressée, nous pouvons tous commencer notre premier apéro et notre premier repas. Tous ? Pas tout à fait, Sophie manque à l’appel ! Mais où est-elle ? Est-ce elle qui arrive au loin ? Oui, non ? Aah enfin la voilà ! Ouf ! Elle nous raconte ses péripéties routières, quelle aventure ! Elle est toute excusée et nous sommes ravis d’être finalement au complet.

Voici donc les membres de ce séjour :
Les supers accompagnateurs : Alain, Antoine, Ariel, Bastien, Cédric, Delphine, Dominique, Fabienne, Juliette, Luc, Marion, Patrick et Sophie
Le binôme en or d’intendantes/accompagnatrices : Alix et Myriam,
Nos passagers géniaux : Cathy (c’est son 1er séjour ! mais pas sa première expérience en joëlette), Max, Sarah et Vincent
Notre AEM au top : Cécile
Sans oublier Immenso, le très sympathique - mais pas si immense (pour le moment) - âne du séjour.

Dimanche - L’initiation
Après la classique démonstration de montage et manipulation de joëlettes en camping, bien utile à nos 2 nouveaux pratiquants, Ariel et Delphine, nous partons pour notre première journée de randonnée.

Nous prenons le chemin des diligences, grimpons au col des Montets où nous apercevons le Mont Blanc, puis nous traversons le hameau de Tré le champs pour enfin monter au chalet du Cheneviers. Jolie descente entre caillasses et racines, qui ne décourage pas la fine équipe, nous sommes tellement efficaces, que Cécile nous propose un petit rab : la cascade de Bérard.
Cette efficacité dès le premier jour tient surtout à nos supers passagers joëlettes, Max un habitué qui sait manier le pédalier, Cathy qui pour son premier séjour nous accorde déjà toute sa confiance, et Sarah et Vincent, qui ont passé plus de temps à marcher qu’à être sur leurs joëlettes !
Immenso s’en est très bien sorti, mais nous découvrons lors de cette première journée que les ponts ne sont pas son truc… Il va falloir s’adapter pour les prochains jours !

Lundi - Montée au col des Posettes
La nuit a été bruyante, un orage nous a tous réveillés. Enfin certains plus que d’autres : Ariel, Juliette, Delphine et Marion, dormaient à la belle étoile, heureusement ils s’abritent avant les premières gouttes. Ouf, tout va bien... Sauf pour les chaussures de Delphine, oubliées dehors... Delphine portera des sacs plastiques aux pieds avec classe pendant quelques jours !

La météo ne s’annonçant pas très belle, Cécile décide de reporter le bivouac au jour suivant, nous entamons donc la journée la plus difficile de ce séjour dès ce 2ème jour.
Cette journée commence par un petit voyage en train, sur le quai du départ, nous sommes tous prêts, comme des coureurs sur les startings blocs, 2 joëlettes vides par porte, les passagers répartis sur les autres portes, le plan est imparable, personne ne restera sur le quai ! Bravo l’équipe !

Lors de ce petit trajet en train, Ariel en profite pour faire une vidéo en tenant son téléphone par la fenêtre et... Paf violente rencontre avec le poteau ! Heureusement, Ariel n’a rien, et retrouvera son téléphone intact grâce à l’aide de sympathiques agents de la SNCF.

Comme annoncée, la météo n’est pas clémente. Nous effectuons la montée dans les nuages, un peu arrosés par la pluie, pour obtenir une vue dans la bruine...
Heureusement, nous trouvons une salle hors sac pour prendre le déjeuner à l’abri.
Tiens, le déjeuner, voilà l’occasion de vous parler de notre binôme d’intendantes qui ont rivalisé d’idées pour nos repas. Un midi, nous avons eu pas moins de 9 ingrédients différents dans la salade ! Je ne parle même pas des délicieux cakes salés, sucrés, et du gâteau coco/caramel/chocolat qui a fait fureur tout au long de la semaine ! Un grand merci à elles pour nous avoir régalés tout en étant présentes tous les jours avec nous dans les brancards des joëlettes.
Après le déjeuner nous redescendons et avons finalement une jolie vue, plus ou moins dégagée sur les montagnes.

Pour terminer cette journée en beauté, Antoine et Myriam sortent leur guitare et nous entamons des chants jusqu’au bout de la nuit… enfin jusqu’à 22h ! Nos voisins de camping n’apprécient pas nos douces voix.

Mardi - Montée au 1er bivouac, la Loriaz
Immenso ne pouvant porter que 30kg pour l’instant, Cécile a dû improviser en faisant marcher son réseau. C’est un certain Patrick (à qui on ne dit pas "bisous"), qui monte les affaires laissés au camping par Cécile, pour le bivouac du soir. Si tu lis ce compte rendu, merci Patrick !

La montée peut alors commencer, la journée est belle, les paysages sont magnifiques. Quelle bonne décision que de reporter ce bivouac !
Pour nous réveiller de notre sieste, Cécile nous joue un petit air de flûte.
Nous continuons notre ascension l’après-midi, en attendant ce fameux dernier virage, qui promis, sera le dernier avant l’arrivée (vous n’avez pas compris ? nous non plus)

Nous retrouvons les affaires laissées par Patrick, et même la Sapinette que Cécile lui avait laissée en cadeau. Vraiment sympa ce Patrick ! Quoi que... il nous a piqué notre couvercle de marmite à la place !
Qu’à cela ne tienne, le feu est lancé, et le repas se prépare, le tout dans un cadre incroyable. Au menu ce soir : soupe de légumes, pâte à la carbonara, et pêches aux amandes effilées. Un vrai festin.
Seul problème : comment égoutter les pâtes sans le couvercle ?
La solution en image :

(oui c’est bien un sac de courses qui a été utilisé)

La soirée se déroule autour du feu, les chants appris par Myriam, les charades d’Alain, la sapinette de Cécile et la Bénédictine ramenée par Vincent participent à la belle ambiance de cette jolie soirée.

Mercredi : Descente au camping
Après une jolie nuit étoilée, tout le monde se réveille petit à petit, chacun à son rythme pour profiter du petit déjeuner et ranger le lieu de Bivouac.
Le début de la descente nécessite le passage d’un pont, que notre compagnon Immenso refusera certainement de passer, Fabienne et Luc prennent donc un autre itinéraire avec Immenso, alors que le reste de l’équipe amorce une descente plus technique et récupère de l’eau ("courante" !).
A midi, tout le monde se rejoint à l’endroit du pique nique (le même que la veille, pourquoi s’embêter alors que ce lieu était idéal !).

La descente se poursuit l’après-midi, nous revenons tôt au camping, cela laisse le temps de discuter, jouer et préparer le repas un "écrasé de pommes de terre aux épices méditerranéennes et ses petits légumes" l’intitulé digne d’un grand restaurant !

Jeudi : Montée au 2nd bivouac, plan Benoit
Les bivouacs, on aime ça, alors on les enchaîne ! 2ème bivouac prévu ce soir.

Pour se rendre au début de la randonnée, un transfert en voiture et camionnette HCE est organisé.

Cette fois, pour compenser le peu de poids qu’Immenso peut porter, nous prenons de grandes décisions : ce soir, pas de tipi ! Tout le monde à la belle étoile ou sous un tarp.
Aussi, Cécile a de nouveau fait fonctionner son réseau, et c’est Valentin et Charlotte qui nous accompagnent, avec une 5ème joëlette qui ne portera que du matériel pour le bivouac.
Nous voici donc 22 pour cette journée d’ascension vers plan Benoit.
Une pause pique nique face au Mont Blanc, une bonne sieste, et nous voilà requinqués pour la partie la plus technique de la montée.
Arrivés en haut, au plan Benoit, nous comprenons les éloges que nous avions entendu sur ce lieu de bivouac depuis le début de la semaine, la vue est magnifique ! Seule une vallée nous sépare du Mont Blanc, de l’Aiguille du midi, du dôme du gouter et autres sommets majestueux.

Nous observons le coucher de soleil et les couleurs rouges orangées qu’il nous apporte.
Plus tard dans la soirée, nous verrons le lever de Lune juste au-dessus du Mont Blanc, instant magique !

Cela devient notre rituel de bivouac : repas autour du feu, suivi de digestifs (Merci à Valentin et Charlotte pour la Mirabelle !) et de chants.

Il est l’heure de tous se coucher sous un ciel étoilé, bonne nuit à tous.

Vendredi : Descente au camping en passant par le lac noir
Ce matin, les plus motivés d’entre nous se lèvent très tôt pour monter en haut de l’aiguille des Houches pour avoir une vue à 360 degrés.
Que ce soit tout là-haut, ou depuis l’endroit du bivouac, la vue est incroyable : lever de soleil sur les sommets enneigés, et mer de nuage en contrebas.

Avec une seule joëlette, la montée à l’aiguille des Houches et la redescente se font rapidement, et tout le monde se retrouve pour plier le camp et amorcer la descente jusqu’au camping.

Sur le chemin, nous nous arrêtons au lac noir pour le pique-nique du midi. Nous devons déjà dire au revoir à Charlotte, merci pour son aide ! Elle qui découvrait la joëlette, elle nous a bien aidé ! Et nous espérons la revoir bientôt sur un séjour :)

Arrivés tôt au parking où nous avions laissé les véhicules, c’est Valentin qui nous dit au revoir. On le reverra, c’est sûr, ce futur AEM a tout ce qu’il faut pour accompagner des séjours HCE ! Merci pour ton aide Valentin et à bientôt !

Retour au camping, certains en profitent pour prendre le temps de faire du shopping à Chamonix pour ramener des souvenirs, et prendre le petit train pour rentrer au camping, pendant que d’autres rentrent directement pour prendre une douche bien méritée et préparer le goûtéro.

Ce soir, c’est Chili con carne et tiramisu ! Miam !

L’ambiance des bivouacs nous manque, nous décidons de s’éloigner un peu du camping pour faire un feu, y prendre le dessert, manger quelques chamallows grillés, et chanter à nouveau (c’est la grande répétition, nous sommes prêts... !)

Samedi : Le départ :-(
Ce samedi matin, tout le monde se réveille, avec un petit goût de "déjà la fin".
Après un bon petit déjeuner, nous rangeons le campement, plions le tipi, le marabout, et les tentes.
Immenso retourne dans la camionnette pour son prochain séjour.

Peu à peu, chacun part, en covoiturage, ou pour prendre le train… Au revoir les amis…
Et à bientôt, on se retrouve à l’AG !