Week-end trans-planage à Picherande

Novembre 2020 Antenne d’Auvergne

Le week-end était prometteur. Pour une fois depuis au moins 3 semaines, la pluie n’était pas prévue pour le week-end et ce n’était pas les premiers froids qui allaient nous arrêter. Krystina et Isidore allaient nous régaler. On pouvait faire confiance à Laurence pour nous avoir préparé un beau parcours montagnard.

Restait Franck avec qui tout est possible mais bon, je m’étais préparée mentalement et ça allait le faire.

J’avais même demandé à covoiturer avec lui, histoire de m’accoutumer un peu et déjà bonne surprise, je n’étais pas seule dans la voiture puisqu’Audrey était là et même un certain Bertrand, ami de Franck avec un humour décapant. Oui, c’était bien parti.

Côté passagers : Évelyne, Tam, Joëlle et Nicole qui se sont partagé une joëlette et moi. Côté accompagnateurs beaucoup de monde tous très motivés et que je ne citerai pas par crainte d’oublier certains.

Départ prévu à 9h30 à ?????? mais retardé d’une heure car Loïc a dû intervenir en tant que pompier sur le trajet. Finalement, tous bien couverts, on s’élance vers le col de la Geneste puis le Puy de Pailleret. Comme je vous l’ai déjà dit, ça allait être un parcours montagnard et donc ça grimpe bien, pendant longtemps mais régulièrement. Enfin bon, la montée en tant que passagère joëlette ça ne me coupe pas le souffle et ça ne m’empêche pas de piailler.

Le temps est frais, il y a quelques brumes en hauteur et tout en bas dans la vallée mais pas de quoi nous empêcher d’admirer le paysage. Vient alors une discussion entre ceux qui veulent manger tout de suite à l’abri du vent et ceux qui veulent continuer la grimpette pour que le trajet restant pendant la digestion soit moins long que celui effectué le matin.

Un énorme rocher juste en dessous du Pailleret met tout le monde d’accord et on casse la croûte et on boit froid ou chaud ou les deux à la fois.
L’air revigorant n’invitant pas à la sieste nous reprenons l’ascension avant de basculer en direction du cirque de la Fontaine salée.

Nous attaquons alors une descente herbeuse et « hêtrée » avec panorama sur le Sancy enneigé et ses sommets voisins dont je mélange les noms et bien sûr la Fontaine salée. Et bien, plus de 20 ans après ma dernière rando dans ces lieux, je dois dire que c’est toujours aussi magique comme endroit à pied comme en joëlette. La dernière partie de la descente est technico ludique selon l’expression en vogue à HCE.
Ça tombe bien puisque j’adore la version technico ludique de la joëlette. En plus les amortisseurs étant parfaitement réglés, le dos ne morfle pas trop.

Que retenir de la soirée. Une excellente soirée HCE avec beaucoup de bonne humeur et de chaleur humaine. Le repas préparé avec amour par nos deux cuistots Krystina et Isidore et leur assistante Nicole était tout aussi excellent. Quelques bonnes bouteilles l’ont agréablement accompagné.

Bon, après vers les 22h00 un évènement surprenant s’est produit. Franck par un trans-planage mal contrôlé s’est brusquement retrouvé dans un pré réincarné en un cheval hennissant mais heureusement il a rapidement retrouvé ses esprits et s’est lancé dans un rock’n’roll endiablé avec Laurence que la journée en joëlette n’avait pas achevée. C’est alors ou juste avant que Joëlle a tenté de nous lancer à chanter mais un Aurélien facétieux a mélangé toutes les paroles avant de s’éclipser. Il s’en est suivi un beau bazar. Lorène a poursuivi la soirée en nous lisant un conte auvergnat plutôt savoureux. Après dodo car petit déjeuner à partir de 7h00 dimanche matin pour un départ rando joëlette pour 9 heures.

La randonnée du dimanche matin bien que moins montagnarde fut également un régal car nous avons suivi un très joli chemin qui nous conduisit au lac de Gayme puis à la tourbière probablement du même nom à travers des bois de sapins acides pour certains, aux couleurs d’enfance pour d’autres, et fabuleuses hêtraies chatoyantes. Le tout sous un soleil splendide et avec un nouveau panorama sur les sommets enneigés du Sancy.

Mais là aussi un certain Christian trans-plana grave à son tour et se retrouva une fois en homme préhistorique version 21ème siècle avec short et chemise en coton, une autre fois en cervidé avec un cri difficilement identifiable.
A croire que quelques chamanes hantent les bois de Picherande ou que la bouteille de Génépi ne s’est pas évaporée toute seule !!!!!
Encore heureux il n’a pas marché sur l’eau. Loïc aurait dû ré-intervenir mais vu qu’il coule comme une pierre dans l’eau, ça aurait été plutôt mal barré.
Finalement, nous sommes tous rentrés sain et sauf au gîte pour un nouveau délicieux repas préparé par Kristina, Isidore et leur nouvelle assistante Joëlle.

3 autres évènements notables de ce week-end endiablé : Nicole peut refaire de la joëlette et a visiblement bien profité de son bain nature du dimanche matin. Lily a brillamment réussi son baptême de joëlette en tant que pilote arrière. La Banne d’Ordanche a changé de place, elle a dû trans-planer elle aussi et pire, elle aurait fait de nombreux petits ou clones.

3 histoires à suivre dans les prochains épisodes des sorties HCE antenne d’Auvergne... Question Banne d’Ordanche, l’enquête risque d’être au moins aussi complexe que celle sur le chabrot pour laquelle on manque encore de preuves. Alain devrait m’en faire parvenir bientôt par hibou peut-être.

On s’est tous quittés plein de bonne humeur et d’énergie positive pour rejoindre notre vie quotidienne. Restez cependant prudents. Des trans-planages peuvent encore se produire dans les prochains jours.

Valérie