Handi Cap Evasion

Week-end du 9 au 11 juin dans le Forez

Rubrique: Antenne de la Loire 7 octobre 2017

Après les différents échanges mails et téléphoniques pour organiser la logistique du WE (nombre de participants, nourriture, co-voiturage…), nous voici tous partis en route pour Chalmazel.

Je pars avec Rosario en milieu d’après-midi pour arriver vers 18h au pied du gite Chapouilloux. Une fois sur place, encore faut-il se rappeler du chemin qui mène au gîte car le paysage actuel du mois de juin ne ressemble plus trop à celui de cet hiver où les routes étaient recouvertes de neige et de verglas. Après quelques hésitations, nous garons la voiture et faisons un premier convoi jusqu’au gîte.


Ensuite, nous partons en quête de la clef cachée dans un lieu insolite. Puis ouverture - aération du gîte : c’est journée porte et fenêtre ouvertes. Nous déclarons le début des « hostilités » par une petite bière en terrasse bien méritée.

Nous redescendons à la voiture pour faire un deuxième convoi. C’est là que nous croisons Jean-Paul et Jojo qui arrivent avec toute l’intendance et les Joëlettes. C’est parti pour un jeu de Tétris et un chargement de mulets. Jojo et Rosario décident de prendre, à leur insu, le chemin le plus court, certes, mais aussi le plus difficile car le plus raide avec la Joëlette bien chargée ! Ce sont des hommes qui aiment relever des challenges ! Jean-Paul et moi en mode sherpa. Entre temps, Anne-Marie et Guy lancent un SOS à Jean-Paul pour finaliser leur parcours en voiture jusqu’au gîte. Ni une, ni deux, JP redescend en courant à leur rescousse. C’est ainsi que nous rejoignent au gîte, Anne-Marie, Guy, Nathalie et Bridget.

Après installation dans les chambrées et rangement des vivres, nous sommes fin prêts pour notre premier apéro tous ensemble suivi d’un repas partagé. Je n’ai pas tout compris. Ce devait être un mode « chacun apporte son pique-nique » alors j’avais apporté une petite salade. Mais, j’ai vu passer du saucisson fait maison, du jambon cru, du pain bio, du clafoutis … Pour un repas léger, c’est fichu, car comme Oscar Wilde, je résiste à tout sauf à la tentation. Au moment du coucher, Anne Marie nous dit que les patates prévues pour le pique-nique du lendemain sont encore crues. Il faut donc, vers 22h, retourner en cuisine et passer en mode cuisson.

La nuitée se déroule avec un accompagnement musical proposé par Rosario. Ce dernier faisait chambre commune avec Jojo qui ne semble pas être un fin mélomane ou alors ne pas apprécier le concerto proposé par Rosario. Personnellement, je visse mes boules Quies bien à fond. Dans la nuit, les filles de ma chambrée se lèvent l’une après l’autre. Je me dis que nous devons déjà être le lendemain matin. Nous devons être prêts pour 8h45. Je regarde l’heure sur mon téléphone, je ne sais plus s’il était 4 ou 5h du matin, mais en tous les cas une heure bien trop matinale pour moi. Je me retourne dans mon lit et me rendors. J’apprendrais, plus tard, qu’un réveil avait sonné à 5h du matin, Nathalie souhaitant nous faire partager le bonheur de commencer une journée aux aurores !

Prêt pour le petit déjeuner avec confitures maisons et pain bio. Hmm hmm hmm.

Chacun prépare son pique-nique en n’oubliant pas d’en faire 3 supplémentaires pour les personnes qui nous rejoignent ce samedi matin. Au menu, nos fameuses pommes de terre en salade avec des haricots, des œufs, du fromage et des bananes. En dessert un délicieux pain d’épices concocté par Nathalie, plus du chocolat, du thé et du café pour les amateurs.

Tout ce petit monde monte en voiture pour rejoindre un arrêt de bus du TIL où nous devons retrouver Fred. Nous ne sommes pas au bon arrêt. Jean-Paul part à la recherche de Fred. Bridget, quant à elle, est prête : sac à dos sur les épaules, lunettes de soleil sur le nez, casquette vissée sur la tête, bâton de randonnée en main…. Mais…, lui dit Nathalie, nous reprenons la voiture, pourquoi sortir tout ton équipement… Ah bon... Bridget repose ses affaires dans le coffre de la voiture. Jean-Paul et Jojo reviennent avec Fred qui attendait sagement et patiemment à l’arrêt de bus en contre bas. Nous repartons direction Sauvain. On se gare loin des cyclistes. Bridget est prête, sac à dos, lunettes, casquette et bâton… Mais non Bridget, la rando ne commence pas de Sauvain. Ici on vient chercher Colette et Franceline. Ah bon… Bridget repose son matos dans le coffre. C’est alors qu’arrive Colette tout de jaune vêtue dans son "déshabillé" fendu so sexy . Elle est en compagnie, non pas de Franceline de Grenoble mais de Martine de Chambéry (ou l’inverse)... il y a eu un petit quiproquo à la gare. Jean-Marie est resté à la ferme pour faire les foins. Colette et Martine ont fait la fête toute la nuit ! En chemin, elles ont décidé de prendre un raccourci qui rallonge nous disent-elles…je crois que l’alcool de la veille fait encore effet !

Bref, nous repartons en voiture vers le lieu du début de la Randonnée. Nous nous aventurons sur un parcours d’une dizaine de km vers la cascade de Chorsin, vers sa source et son eau ferrugineuse.















Dégustation à volonté d’eau de jouvence puis pique-nique joyeux au pied de la cascade. Bains de pied, sieste, délices sucrés sont au programme. Ensuite, nous repartons en essayant de rattraper puis de suivre Martine qui a décidé de faire quelques pas avec Guy et Nathalie. Quelle sprinteuse ! Nous ferons une belle boucle sur les Hautes Chaumes, quelques pauses salutaires et pauses goûter en chemin pour regagner les voitures et rentrer au gîte. Colette aura vu ses copines les vaches. Rosario aura fait une très belle conférence devant un parterre de vachettes médusées et très attentives !




Repas, douches, chants, dégustation de vin de Sureau. Repas léger : soupe, salade verte + œuf, charcuterie, salade haricots/pommes de terre, spaghettis bolognaises, fromages, clafoutis…. Et pour certain une petite eau de vie (quel doux nom n’est-ce pas ?) pour faire glisser. On fait les comptes et on part se coucher.

Les joëlettes attendent leur passager.

C’est dimanche, jour du seigneur… euh... c’est notre deuxième jour de randonnée. Rangement du gîte, des affaires personnelles, nettoyage de bon matin des chambres, des sanitaires et descente du gros du matériel commun jusqu’aux voitures par un chemin beaucoup plus accessible que celui de vendredi : c’est une piste bien large à pente douce, limite un peu facile pour nos acolytes mais bon… La Joëlette est remplie à ras bord voire plus… Bravo Jojo, le pro du chargement ! Chacun fait son pique-nique en en vérifiant que son voisin à tout ce dont il aura besoin pour la journée. Bridget, avisée et forte de son expérience de la veille, attend le feu vert avant de s’équiper !

C’est parti pour une randonnée au col du Béal qui débute par une belle montée fortement « cailloutée » pour le plus grand plaisir des uns et des autres ! Petite halte au col avec pause pipi, miam miam et glouglou, crème solaire à gogo car le soleil cogne fort. On en profite pour se repérer sur la carte mise à disposition sur site enfin il s’agit d’une table de lecture. Certains imaginent déjà d’autres propositions de WE dans le secteur. Le groupe HCE évite les groupes de motards et nous partons vers les prairies jusqu’au coin pique-nique. Une âme charitable nous indique qu’il existe une belle route bien asphaltée un peu plus bas qui serait bien plus pratique et facile à suivre. C’est un : « non merci » général qu’elle aura comme réponse avec quelques rires partagés. Nous ne mangeons pas de ce pain-là chez HCE !

Repas partagé entre panorama, rires, siestes et friandises. Un petit coup de pub pour l’association aux curieux qui posent leur regard sur la Joëlette. Guy et Anne-Marie ont toujours sur eux des flyers à distribuer. C’est reparti sur les sentiers, à travers champs, en évitant les fleurs et les insectes comme nous l’a gentiment recommandé Fred (bon karma pour lui) avec le rire chantant et musical de Virginie. Retour au gîte : c’est petit goûter aux clafoutis, petites bières, fin du ménage et fin du chargement. On se presse un peu car on aimerait bien pouvoir aller voter (élections législatives obligent) mais pas trop non plus car on est tellement bien ensemble qu’il est difficile de se quitter.

Bonne humeur et convivialité s’étaient invitées à ce beau week-end de juin où l’intendance a été menée avec brio par Anne-Marie et nos parcours de randonnées tracés avec malice par Jean-Paul.

De grosses bises échangées sur le parking. On se dit au revoir et à bientôt pour de nouvelles aventures !

Partager

Autres articles dans cette rubrique

S'abonner au flux RSS

Participez !

Devenez Accompagnateur : toutes les infos pour devenir accompagnateur et participer aux activités Handi Cap Evasion, c'est par ici!

 

Recherche

 

Informations

23 octobre 2017

Faire un don en ligne à HCE

Si vous souhaitez soutenir nos actions, vous pouvez désormais nous faire un don en ligne.

Propulsé par HelloAsso

>> Faire un don en ligne

 

Les vidéos HCE

 

Nos Partenaires

 

Récits des séjours 2017