Pyrénées catalanes du 22 au 29 août

29 septembre Reportages

Après modification de l’itinéraire prévu pour cause d’absence d’âne, Stéphane nous donne rendez-vous au camping L’enclave à Estavar. L’arrivée tardive de certains et certaines permet aux autres de faire connaissance autour d’un apéritif convivial après avoir monté le campement.
Un sympathique dîner s’installe et Stéphane nous présente le programme de la semaine ainsi que l’équipe espagnole, Luisa, Miguel Angel, Isabelo et Pablo, qui nous viennent d’Alicante pour découvrir le fonctionnement des aventures Handicap Evasion afin de les inspirer dans le développement de leur propre association en Espagne.

Lundi 23 Août-Parking du Pla des Barres-Camping Abandonné
Nous montons en véhicule au Parking du Pla des Barres après avoir démonté le campement et chargé le camion HCE et celui de Pierre Jean notre intendant.
Après un moment d’explication du montage des joëlettes et de leur fonctionnement pour les novices Camille et Angélique et de révision pour les autres, nous commençons à rouler.

C’est une belle journée d’initiation sur un terrain vallonné qui serpente sur une belle piste et permet à chacun de prendre ses marques aux brancards, sur les sièges, à la corde et dans l’équipe. La boucle du jour revient près du point de départ dans un camping abandonné. Nous nous mettons à l’abri dans l’ancien coin vaisselle, certes un peu étroit mais étanche pour l’averse de fin de journée.

Les plus réchauffés se mouillent pour monter le tipi sous la direction de l’équipe espagnole, ainsi que la bâche dans un ingénieux montage combinant l’abri abandonné et quelques piquets.
Nous entamons le traditionnel tour de présentation à l’abri des dernières gouttes de la soirée, qui finira joyeusement par une histoire de Kévin à deux doigts de se transformer en Times Up entre mime et devinette.


Puis Pierre Jean nous sert d’une bonne soupe de vermicelles qui est accueillie joyeusement pour se réchauffer.
Et merci le ciel, l’équipe pourra se partager entre tipi et belle étoile pour la nuit.

Mardi 24 Août
Nous suivons aujourd’hui la Tet sans perdre la tête le long d’un profil plutôt plat montant entre les pins et sous un ciel gris.
Nous croisons de belles vaches pyrénéennes en pâture plus ou moins étonnées par notre passage.
Une verdoyante prairie nous accueille pour le pique-nique où le soleil pointera son nez pour une sieste bien méritée.


Une belle montée nous mène à proximité de l’arrivée d’un télésiège où Pierre Jean nous rejoint avec le camion. Ce lieu de bivouac est encore bien confortable avec tables de pique-nique, planche pour installer la cuisine, mini point d’eau pour la vaisselle.
Chacun et chacune cherche un endroit stratégique pour sa nuit à la belle étoile tandis que les moins équipés s’installent dans le tipi. Le nuage du soir nous englouti tout d’un coup avec sa fraicheur et les frileuses Jocelyne et Mélanie se serrent sur le banc entre les plus réchauffés.
Nous sortons tous nos habits des sacs et finissons emmitouflés et coiffés de nos bonnets et capuches pour un chaud et réconfortant lentilles-saucisses accueilli sous les Hourra ! La soirée conviviale et rigolarde ne s’éternisera pas, tous pressés que nous sommes de rejoindre nos duvets.

Mercredi 25 Août
Au réveil le brouillard nous emprisonne toujours, la nuit a été fraiche et certains sont bien refroidis en sortant du lit… Ce n’est pas grave, une pente ardue nous attend pour nous réchauffer après le petit déjeuner dans l’ambiance mystérieuse et magique du nuage qui se lève.
La vue s’ouvre à mi-montée pour découvrir en contrebas le Lac des Bouillouses ce qui donne l’occasion à Stéphane de nous expliquer l’usage de son Barrage pour alimenter en électricité le fameux Train jaune.



Le pique-nique ne s’éternisera pas car la désormais traditionnelle averse de fin de journée menace dès 17h et l’objectif est d’essayer d’arriver au campement avant elle ! Nous voilà donc engagés dans une sportive et magnifique descente Freeride, à travers les pâtures, entre les buissons de genévriers, sous un ciel noir d’orage avec l’écho du tonnerre au loin.
Nous descendons droit vers la tour de l’ancien four solaire nous donnant l’impression d’être des Hobbits à l’assaut de la tour de Sauron !


Les premières gouttes tombent 5 min avant l’arrivée, nous installerons une équipe à l’abri à l’entrée du camping tandis que les autres en cape de pluie monteront le campement en un temps record. La douche chaude est vraiment la bienvenue pour tous, surtout pour se réchauffer. Les parents de Béatrice, Gaétan et Nicole nous rejoignent pour un dîner sous le marabout bien animé.
Le ciel qui se dégage va nous permettre de prolonger la fin de soirée sous les étoiles, avec les éclairages d’astronomie de Pablo et d’un voisin de campement.

Jeudi 26 Août  : Camping Le Griole-Dorres
Après la présentation sur la carte de l’itinéraire, nous suivons une piste le long de la conduite forcée.
Une brève pause pour comprendre le fonctionnement de cet étrange tuyau et nous voilà repartis en direction de la rivière qui court en fond de vallée.
Un étroit pont est à traverser afin de mieux s’installer pour une baignage fraiche pour Laurence, Yann, Kévin, Isabello, et d’autres téméraires.



Pour certains c’est trempette des pieds tandis que d’autres resterons à l’ombre pour papoter.
Puis SF (sensations fortes) pour Laurence qui traverse le pont pieds nus en compagnie de Vincent et Odile, quelques échardes resterons en souvenir…
Cela nous à ouvert l’appétit et nous pique niquons avant de reprendre le chemin montant à la chapelle Marty que nous visitons avec les joëlettes.
Une belle descente ludique plus ou moins dynamique selon les chauffeurs nous conduit à notre point de chute pour 2 nuits, un ancien manège à Dorres qui se transforme rapidement en étendage géant de matelas et duvets humides.
Un couple d’amis d’aventures au Népal de Yann et locaux de la région se joignent à nous pour l’apéro et le dîner dans une ambiance conviviale.


La soirée s’achève sur un Volley improvisé entre la table et les bancs, … pauvres couche-tôt qui voient le ballon filer dans le ciel à la place des étoiles filantes !

Vendredi 27 Août  : Dorres-Dorres
Votre narratrice s’est éclipsée pour cette journée pour récupérer ma voiture restée coincée en panne sur le trajet aller, voilà comment la journée m’a été racontée :
Départ vers 10h pour un chemin facile et raide.
Isabello et Pablo se lancent le défi de piloter à 2 une joëlette, ils arriveront au sommet, fatigués mais fiers. Tout le monde visite la chapelle du Bell Hoc, c’est l’occasion d’une pause graine au frais.
Puis après une petite descente on s’installe pour un pique-nique à l’ombre suivi d’une sieste au soleil.


La descente se poursuit en mode Rock and Roll dans un hors-piste caillouteux puis on arrive après avoir traversé le village de Dorres.
Me voilà de retour et je retrouve une part de l’équipe occupée en cuisine autour de Béatrice à l’initiative du dessert du soir, une fraiche salade de fruits.
Je rejoins les autres qui trempent dans les bains chauds soufrés à quelques centaines de mètres du campement. Tandis que Sylvain et Mickael profitent de la terrasse pour déguster une boisson fraiche, certains profitent des baignoires romaines en granit et des bassins extérieurs entre 38 et 42°.


L’apéro démarre tandis que le retour échelonné des baigneurs rassemble l’équipe.
Puis après le délicieux Chili Sin Carne de notre intendant et ses commis, Kévin va se réjouir d’une belle promenade sous les étoiles avec Vincent et Madeline presque jusqu’au village. Isabello sort son Touron « fait maison » de fin de séjour pour en offrir à Béatrice qui nous quitte plus tôt demain et nous la regardons tous avec envie déguster cette production espagnole.

Samedi 28 Août  : Dorres-Estavar
Le campement rangé nous entamons un court début de journée pour faire une belle pause près d’une rivière offrant un joli bassin sous un pont. Certains s’aventurent à la baignade tandis que Laurence à de nouvelles SF sur le dos de Pablo qui la porte de rochers en rochers.
Nous reprenons la route à travers le territoire espagnol de l’enclave de Llivia, pas de Douane pour ce petit voyage !


Le parvis de l’Eglise de Llivia nous accueille à l’ombre pour le pique-nique avant d’entamer la traversée remarquée du village.
Alors que nous faisons une pause au centre-ville, un généreux monsieur attablé à la terrasse en face nous offre un verre à tous, boisson fraîche ou café selon les goûts.
Puis nous reprenons la route pour le camping d’Estavar que nous avons laissé depuis une semaine.


Tandis que les chauffeurs vont récupérer leurs véhicules, d’autres s’occupent du campement simplifié pour ce soir, il va faire beau et chaud alors nous limitons le matériel à démonter demain.
Après le dîner et un émouvant tour de table, le fameux Touron espagnol est dégusté.

Dimanche 29 Août
Jour de départ…

Il est dur de se quitter,
Chaque voiture qui quitte l’emplacement mouille les yeux de ceux qui ne sont pas encore partis.
Les Yeux sont humides mais les cœurs réchauffés de toutes ces belles rencontres,
Alors encore merci à tous ceux qui organisent et participent à cette belle aventure de randonnée et de partage, Angélique, Béatrice, Béatrice, Camille, François, Isabello, Jocelyne, Kévin, Laurence, Luisa, Madeline, Mélanie, Mickael, Miguel Angel, Odile, Pablo, Pierre Jean, Stéphane, Sylvain, Victoire, Vincent, Yann