On ne l’arrête plus !

29 novembre L’association

Championne du monde, championne de France, championne d’Europe en para-triathlon, Élise s’essaie maintenant à la rame.
Ce WE elle participait à ses premiers championnats du monde à Paris.

Pourquoi l’aviron alors qu’Élise est triathlète ?

En Août 2018, notre marraine a appris que sa catégorie en para-triathlon n’ était pas retenue pour les jeux paralympiques de Tokyo. Elle s’est alors tout de suite projetée sur les jeux de 2024 à Paris. Mais de peur que la même mésaventure se produise et pour se donner le maximum de chance de pouvoir prendre part à ces jeux, elle a décidé de se diversifier.

Alors pourquoi l’aviron ? Parce que parmi les sports paralympiques, c’est celui qui, hormis le vélo, est en terme physiologique « le plus proche » du triathlon. Et quitte à changer, Élise avait envie de découvrir une nouvelle discipline.

C’est donc parti pour le championnat du monde d’aviron en salle ! Aviron + en salle ? C’est possible ça ?

Oui car en réalité les rameurs utilisent ... des rameurs ! Ce sont des engins de musculation qui sollicitent les mêmes muscles et nécessitent les mêmes gestes que sur un bateau. Au départ utilisés pour l’entraînement, les rameurs font maintenant l’objet d’un championnat du monde

Quels étaient ses objectifs ?

"Tout donner ! J’évite de me projeter car à mon sens c’est le meilleur moyen de passer à côté de sa course."

Première course samedi soir à 20h45 pour un 500m de mise en jambe avant le vrai test sur 2000m le lendemain à 17h10.

Mise en jambe réussie avec à la clé un titre de championne du monde PR2 d’aviron indoor sur 500m !

Élise termine ensuite le week-end avec un titre de vice-championne🥈 du monde sur 2000m💪 🥳.... On peut dire que ces 2 jours ont été productifs🙃 !🎊🎉

Retour à l’entraînement à dominante triathlon avec en ligne de mire le championnat du monde de triathlon début mai !

Mais ... Comment concilier aviron et triathlon ?

"Durant la préparation générale, triathlon et aviron se combinent bien, et sont même complémentaire. Le triathlon m’aide pour l’aviron et inversement l’aviron m’aide pour le triathlon,un tout en apportant un peu de variété. Mais à l’approche des objectifs, il faut faire un choix…"

Les JO de Tokyo sont-ils possibles maintenant ?

"Tokyo n’est toujours pas au programme. En me lançant, je savais que pour Tokyo, ce serait court. Il n’y a qu’une place pour une française, et la championne du monde 2018 est française… 10 ans qu’elle est sur le circuit et qu’elle rapporte régulièrement des médailles… on ne la déloge pas comme ça 😉 ! Pour moi, l’objectif cet été est l’Ironman de Vichy. Ce n’est pas les Jeux, mais c’est aussi un sacré beau défi !"

Et pour ceux qui souhaitent mieux découvrir Élise, un bon petit reportage sur son quotidien : https://youtu.be/VwVUmu8dHPM

En bonus ?
"Ma merveilleuse aventure"....paru ce mardi 11 février dans Var-Matin .