CAP CORSE - 9 au 20 septembre 2022

16 octobre Reportages

Jour 1 : Direction Corsica
Après s’être tous rencontrés à la gare de Marseille, nous nous dirigeons vers le port aidés par HCE Provence. A 18h, nous embarquons sur le ferry direction Bastia. L’aventure commence ! Pique-nique au coucher de soleil puis lever de lune... Nous faisons tranquillement connaissance.

Certains tenteront ensuite de dormir sur le pont. Mais le vent aura raison d’eux et ils rentreront au chaud dans la nuit.

Jour 2 : Balade au-dessus d’Algo - 4,5 km, 150d+/d-
1er réveil du séjour après une petite nuit sur le bateau. Arrivée à 7h à Bastia. Nous aurons alors droit au ballet des camions donné par les dockers (qui conduisent d’ailleurs tous à l’envers, normal).
Nous retrouvons Olivier (Accompagnateur Moyenne Montagne du séjour) et Sahel (sa fille), Valentin (2eme AMM et stagiaire), Patrick (un accompagnant qui était déjà sur place) et les 2 camions d’HCE.
Direction la plage d’Arinella pour se mettre dans le bain (c’est le cas de le dire). Petit déj’ les pieds dans le sable. A part les quelques méduses (Marie s’en souviendra), c’est le paradis.

Nous reprenons les camions pour aller s’installer au premier campement, au camping municipal d’Algo (à l’ouest du cap Corse), tout près de la mer.
Balade d’après-midi pour initier les novices à la joëlette. Nous partons sur le parcours sportif au-dessus du campement. Moralité : Nous pouvons bien faire de la poutre et des slaloms en joëlette. Au retour nous passons par un joli sémaphore en bord de mer puis rentrons en faisant la course sur la plage. 


Durant le repas nous aurons le plaisir de découvrir que le lieu est infesté de guêpes : « c’est la Guêpes Pride ici » dixit Hassen.

Jour 3 : d’Olcani à Nonza 8km, 120d+ / 400d-
1ère vraie rando du séjour. Transfert jusqu’à la commune d’Olcani. Début de rando sur piste pour s’échauffer puis montée un peu plus technique pour arriver à un col avec une superbe vue mer.
Olivier en profite pour nous faire un petit topo sur le maquis corse (myrte, bruyère, ciste, immortelle…). Nous continuons notre chemin en balcon avec une vue imprenable sur la belle plage de Nonza et ses hiéroglyphe en cailloux.

Nous profiterons d’un coin d’ombre non loin d’une fontaine (ou spa ou lieu d’escalade pour certains) pour casser la croûte et siester. 
Après (environ) 10 000 marches nous arrivons sur la plage de Nonza.

Olivier nous avait prévenu que sa traversée serait longue et dure… mais il n’avait pas compté sur la grosse motiv’ du groupe. Ce sera plutôt course en joëlette (à croire que c’est obligatoire dès que nous croisons un brin de sable…). 

5 minutes plus tard, nous voilà en train de nous baigner/rincer (courir avec une joëlette sous 30 degrés, ça laisse des traces) de l’autre côté de la plage. La mer est agitée et nous jouons comme des petits fous dans les vagues.

Hassen passe la plupart de son temps au bord de l’eau à attendre les vagues qui lui raclent le visage sur les cailloux.

Nous rentrons au campement pour manger tôt ce soir. Malheureusement nous croisons un bar en chemin. Nous mangerons tard ce soir et déclarerons la guerre à la crème de marron au dessert.

Jour 4 : de Poggio à Nonza - 5,8km, 200d+/400d-
Réveil habituel à 6h30 mais départ à 10h30… Bizarrement nous sommes moins efficaces ce matin. Transfert à Poggio. Olivier nous prépare mentalement à un parcours acrobatique en descente. Bon, il y aura au final pas mal de montées et en effet des passages quelque peu techniques à flanc de falaise. Mais qu’est-ce que c’est beau ! 


Le plus jeune de la bande, Enzo, dévoile sa vraie personnalité. Futur guide de haute montagne, il se croit dans un GTA (pour les initiés, un jeu vidéo où il faut conduire comme un pilote) ou en formule 1 et descend les marches à toute allure. Nous nous félicitons de ne pas avoir oublié la ceinture de Karine, la passagère.
De son côté, Hassen manque de peu une sortie dans le décor. Heureusement que Thomas préfère alors se jeter sur un rocher pour l’en empêcher.
Arrivés à Nonza, nous grimpons à la tour pour y pique-niquer.
NB : la joëlette ne passe pas inaperçue dans les rues du village touristique. Nous entendrons plusieurs « c’est bien ce que vous êtes ».
Petite attention : la dame de la boutique nous offre à chacun un œil de Lucie (joli petit coquillage) pour nous porter chance. 
Surprise du jour : Adriana sort de nulle part avec des glaces artisanales (vanille ou pèche) dans les bras. Un régal !!



Cette après-midi, nous rentrons tôt au camping et profitons de la plage et de la douche (3 jetons pour 20 douches… c’est large). 
Dîner super tôt pour un coucher à 21h30. Demain il faut être en forme pour le bivouac.
Bilan de santé des passagers :
- Karine a rapetissé de 40cm
- Hassen rigole toujours
- Libert à mal au dos (il est aussi passé par la redoutable équipe Enzo-Lyam)
- Sarah marche régulièrement
En tout cas : le moral est bon :)

Jour 5 : Bivouac sur les crêtes - 8,2km 420d+
Après un repliage de campement très efficace, nous partons (en camion) vers Chiesa pour notre bivouac !
Montée sous le cagnard endurante mais facile techniquement puis pique-nique dans les ronces pour parfaire la beauté de ses mollets.

Arrivée au col (686m) : vue sur la mer à l’ouest ET à l’est, superbe. 

Dernière montée jusqu’au bivouac.
Installation rapide et simple (bâches au sol), temps libre puis repas. Il est alors temps de remercier notre super intendant/cuisinier Philippe qui nous a préparé une soupe asiatique incroyable dont seul lui connaît les secrets (lait de coco, protéine de soja, citronnelle…)
Nous finirons cette belle journée avec une spécialité droit venue de la Chartreuse (indice, cette spécialité possède le même nom que le massif où elle est confectionnée). 
PS : nous retiendrons qu’il est tout à fait possible de boire ce type de breuvage à la paille. 
La nuit sera belle et étoilée. Du moins avant que le lampadaire (plus communément appelé Lune) se lève.

Jour 6 : Direction Lapedina - 8km, 300d+/620d-
Aujourd’hui c’est l’aventure puisque c’est Patrick qui nous a repéré le chemin. Il nous informe que nous allons prendre un chemin technique mais, je cite, « qui passe bien en joëlette ». En réalité : Après une courte montée nous atteignons le début du chemin des Lumières. Cailloux, rochers, marches, montée … c’est physique.

Moralité de l’histoire : nous arrivons à notre lieu de pique-nique à 14h30, fatigués, affamés, mais heureux (c’est le plus important finalement). Sans hésitation, nous arrêtons notre journée ici à Lapedina et ne continuons pas jusqu’à la mer comme prévu.
Description des lieux : Grande maison avec immense jardin pour accueillir 20 randonneurs. Belle vue sur la mer et les montagnes. Nous sommes chez Catherine, habitante rencontrée par Patrick la semaine passée et qui a tout naturellement proposé le gîte pour une nuit. En toute confiance elle nous laisse accès à sa maison sans bien même être là.

Dans l’après-midi, une voisine nous apportera des Canistrellis (bons petits gâteaux corses) faits maison. Décidément, les corses sont sacrément accueillants. 
Malgré la fatigue, la nuit ne sera pas tout à fait reposante : pluie, vent, affaires qui s’envolent… 

Jour 7 : Descente à Pietra Corbara - 6km, 10d+/300d- + 3km, 150d-
Petite rando jusqu’à la mer.
Épisode Georges : nous traversons le petit village mignon d’Oreta. Un habitant nous salue. Patrick ne peut s’empêcher de lui demander un café. Nous finirons alors à parler 1h avec Georges, lui aussi accompagnateur.

 
Nous continuons notre route le long de la rivière pour arriver sur la plage de Pietra Corbara. Malgré l’orage au loin, le vent et la mer agitée, nous allons tout de même nous baigner.
Nous retrouvons les camions pour retourner sur la côte ouest. Nous nous arrêtons 3km avant le camping de Centuri pour finir en joëlette (pour dire qu’on randonne quand même un peu à HCE). Soirée au camping (c’est le luxe, il y a des douches chaudes).
Karine réalise alors un rêve : se poser dans un hamac. Son sourire résume tout.

Jour 8 : Rando Grotta alle Pierre - 9km, 180d+ / 330d-
Journée venteuse, nous modifions nos plans pour faire une rando « abritée ».
Direction la grotta alle pierre. Superbe vue sur la mer mais énormes bourrasques. Il y aura alors quelques pertes : un chapeau, des lunettes, un pied …
Bref ça décoiffe. 

Nous décidons alors de rebrousser chemin et de ne pas aller jusqu’au moulin comme prévu. Sage décision. Nous pique-niquons à Canelle, encore un village plein de charme. Puis redescendons au port de Centuri. De grosses vagues se cassent sur les rochers.
La balade sur la jetée sera l’occasion de tester l’étanchéité des vêtements d’Alice, Libert et Patrick : ils ne sont pas étanches.
Pause glace. Pas facile de servir un groupe de 20 affamés. Nous aurons finalement tous une glace différente de la commande.
Retour au camping par le bord de mer.
Petite soirée couscous. Ambiance full désert avec le sable qui rentre dans les yeux, nez, bouches.
2eme nuit au camping avec des rafales à 100km/h. Le tipi tient sacrément bien.

Jour 9 : Direction Masinaggio - 7km, 165d+/370d-
Réveil dans le coltard et le sable. Départ tranquille à 10h pour un transfert sur la côte Est. Petite rando vers un couvent puis redescente vers la mer. Arrêt pique-nique au bord d’une fontaine. Cela a évidemment fini en bataille d’eau.
Arrivée au camping de Masinaggio puis balade sur le port : achats de souvenirs, glaces, boissons …

Nous faisons un petit bilan de début du séjour et nous nous accordons pour dire qu’il y a eu une faille spatio-temporelle entre le 3eme et 9eme jour… Bref, ça passe trop vite !

Jour 10 : Sentier des douaniers - 10km, 270d+/d-
Superbe journée en perspective, pas de vent, ciel bleu. Nous sommes accompagnés par Maryline, une corse d’adoption curieuse de tester la joëlette. Nous partons sur le sentier des douaniers. Après un début simple nous nous souviendrons d’une montée en particulier où nous ferons plusieurs allers-retours pour monter les joëlettes. 4 personnes dans la corde !!

Pause pique-nique vue mer puis descente sur la plage de Barcaggio pour nous baigner. Une belle plage corse : lagon, eau turquoise et sable fin... mais également vaches et algues au rendez-vous ! L’occasion pour Hassen de tester de nouvelles tendances capillaires.

Soirée paillote : resto, coucher de soleil, rires et dodo sur la terrasse pour clôturer le tout. Belle transition avant le retour à la maison.

Jour 11 : Au revoir Corsica - 2km, 30d+/d-
Dernier petit déj’ préparé par Philippe. Punaise, on est bien sur cette paillote !
Dernière balade sur le sentier côtier.
Transfert à la plage de Masinaggio pour dernière baignade et dernier pique-nique.
Dernier transfert vers le port de Bastia.
Dernier verre en terrasse.
Bref, il est temps de faire les au-revoir à Olivier, Sahel et Philippe qui restent encore un petit temps sur l’île de Beauté. Nous retenons une première larme et montons sur le ferry.
Cette fois-ci, nous sommes accueillis comme des rois : salon privé et visite de la cabine de pilotage pour fêter l’anniversaire en avance d’Hassen. 

Nous serons d’ailleurs réveillés avec un : « tous les membres de l’équipage souhaitent un joyeux anniversaire à Hassen ».
Nous descendons du bateau et nous dirigeons vers la gare. Et voilà, l’aventure se termine. 

Mot de la fin :
Cette aventure n’aurait été possible sans la bonne humeur, le sourire et la motivation de tous les participants : (et la superbe orga d’Olivier évidemment).
- Karine : toujours le smile, meilleure supporter pour motiver les porteurs dans les montées
- Libert : amateur de vitesssse, rappeur avec chaîne en or qui aime quand ça secoue !
- Hassen : otarie rare de Tunisie au fou-rire communicatif
- Sarah : grande marcheuse et instagrameuse certifiée
- Olivier : meilleur AMM, qui connaît la moitié des Corses. Aventurier dans son 4x4 rouge.
- Valentin : stagiaire couteau suisse, force calme d’Olivier.
- Sahel : presque 6 ans mais déjà une future aventurière, jamais fatiguée, nageuse hors pair
- Lyam : ronchon attachant avec beaucoup d’énergie à revendre.
- Enzo :pilote de joëlette de type « ça tape »
- Adriana : italiana qui aime offrir pleiiin de cadeaux
- Jacqueline : toujours partante pour aider, grande confidente de Karine.
- Marie : incarne l’esprit HCE comme personne, mais attention car derrière son air sérieux toujours la première à faire des farces..
- Christophe : super aide à la personne, dégaine les huiles essentielles plus vite que son ombre.
- Thomas : toujours prêt à sortir sa bâche et sa carte.
- Stéphane : le musicien du groupe, attentionné et rêveur.
- Philippe : meilleur cuistot et conducteur de corse
- Gilles et Gillou : tic et tac, forces tranquilles et pilotes hors pair de joëlette.
- Patrick : plus gros débiteur de blagues de Corse, au culot bien placé
- Alice : novice du groupe mais déjà grande pilote, toujours motivée, sœur de cœur de Sahel.
- Charlotte : très endurante en joëlette et toujours présente sur le camp, on ne croirait pas que c’est son premier séjour !!