Séjour Corse juin 2006

Embarquement sur le bateau GIROLATA le 17 juin en fin d’après midi avec une vue superbe sur Marseille illuminée par le soleil couchant...

Arrivée en vue de la Corse au petit matin, légère brume sur les montagnes, le soleil qui hésite à se montrer et la mer devant couleur acier, paysage un peu irréel, suis-je bien éveillée ? Oui, car nous apercevons Propriano.

Les choses sérieuses commencent, nous partons vers le site préhistorique de Cucuruzzu, puis Quenza chez Pierrot, un personnage étonnant, très sympathique et humain, son gîte vaut le détour !

Nous traversons le plateau de Coscione, vue sur les aiguilles de Bavella et l’Incudine.

Après un transfert à Evisa nous voici sur le sentier escarpé qui descend dans les gorges de la Spelunca, magnifique ! pique-nique et repos les pieds dans l’eau près du pont génois ombragé avant de continuer dans les gorges un parcours technique certes mais superbe.

Du Col de Palmarela nous allons descendre jusqu’à la mer, la route est en plein travaux d’élargissement et le départ de notre chemin est devenu un énorme remblai de cailloux presque inaccessible, mais impossible n’est pas HCE, les joëlettes vont descendre une à une en rappel et en toute sécurité, impressionnant ! après moultes montées et descentes nous sommes enfin à Girolata, le paradis ! nous profitons bien de la mer et du paysage magnifique. Nous prenons le bateau jusqu’à Calvi puis nous allons à Casta pour la traversée du désert des Agriates jusqu’à la mer à Saleccia, il fait très chaud ! Nous allons diner sur la plage, baignade et jeux jusqu’au coucher du soleil, génial !


Dernière journée de rando très longue et technique, bord de mer jusqu’à St Florent, mais les difficultés sont largement compensées par les paysages, plages, anses, punta et couleurs de la mer avec différents tons de bleu, trop beau !

C’est déjà la fin, champagne offert par Berthy, bilan et derniers échanges sur le bateau, puis séparation un peu difficile après les moments magiques que nous venons de vivre...mais nous nous retrouverons un jour ! Addiu Corsica bella !

texte et photos : Renée Faure

Partager

Séjour Massifs Provençaux 2006

Le récit des tribulations de 19 pèlerins HCE au pays des santons.

L’équipe :
Les quatre passagers joëlette (Dominique, Pascale, Paul et Stéphane), Marie Paule et Scarlett, son chien guide d’aveugle, Marti, notre guide, Gaëtan, notre cuisinier, les douze accompagnateurs (Bernard, Cécile, Christine, Émilie, Fançois, Gérard, Jean Pierre, Joël, Marianne, Marion, Pierre et Séverine), et Tartar, notre âne.

Les aventures et les observations :Impossible de tout énumérer !
Le lecteur devra donc se contenter donc d’un bref résumé.

Début du périple le 22 avril après midi, au gîte de l’hôtellerie de la Sainte Baume.

Le lendemain matin, avant de partir en randonnée, Bernard, Jean Pierre, Marti et Pierre initient [1] leurs collègues novices à la conduite, avant et arrière, de la joëlette.

C’est ensuite le grand départ (direction : le prieuré de la Sainte Baume).
Nous sommes arrivés suffisamment tôt au prieuré pour pouvoir assister aux vêpres.

Les autres jours ne nous ont pas non plus déçus : la Sainte Baume et la Sainte Victoire offrent véritablement une variété de paysages uniques : une forêt séculaire aux essences rares, de multiples grottes et avens, de profonds ravins et défilés, des sources d’eau pure, d’immenses étendues vallonnées occupées par l’odorante garrigue provençale ...

La soirée au couvent :
La soirée du mardi soir a eu lieu au couvent, situé face au gîte de la Sainte Baume.

La soirée a commencé par la confession des plus grands pécheurs [2] de l’équipe. Un grand merci à Jean Pierre pour le créneau horaire qu’il a su si habilement négocier.

Ensuite le repas, frugal mais digeste : soupe aux légumes, pâtes [3] accompagnées d’un flan de légumes, dessert [4], vins.

Enfin, après le repas, nous avons été conviés à une rencontre / échange-dialogue avec une religieuse. Cette rencontre a été très enrichissante pour nous tous. Nous n’oublierons pas l’importante participation de Stéphane, un ancien marsouin, ni celle de Paul (qui nous a relaté avec tendresse, tout au long de la semaine, ses souvenirs émus de son éducation auprès des sœurs).

La dernière soirée :
Le soir du dernier jour, la bonne humeur aurait pu ne pas être au rendez-vous.

Certes des apéritifs anisés, de qualité, et des boissons houblonnées, bien fraîches, étaient disponibles à volonté.
Certes, le repas, préparé par Gaëtan, était festif : toasts, crabe [5], moules-frites, fraises.

Mais c’était quand même le dernier jour, et demain, il allait falloir se quitter ...

Les passagers joëlette ont remercié les accompagnateurs pour l’attention de tous les instants à leurs égards et pour les efforts physiques accomplis (véhiculer une joëlette, c’est sportif).
Les accompagnateurs ont remercié les passagers joëlette pour leur gentillesse et pour la chaleur humaine qu’ils ont su prodiguer, tout au long de la semaine, avec tant de générosité.

L’ambiance de la soirée, chaleureuse et touchante [6], risquait donc d’être un peu triste.

Pouvait-on vraiment se quitter dans la peine ? Bien sur que non !

Que le lecteur soit vite rassuré. Le BBBM [7], les bonnes blagues de Marie Paule, et le dynamisme de l’équipe [8] ont vite eu raison de la morosité.

En guise de conclusion ...
Des souvenirs inoubliables pour tous, même pour Dominique, qui a eu droit à son baptême de pierres, heureusement sans gravité.

Je terminerai cet article en évoquant le dynamisme de Marianne, la formidable autonomie de Marie Paule, la disponibilité et la gentillesse de Christine, de François et de Joël, la pugnacité à la conduite de la joëlette de Marion et de Séverine, l’enthousiasme de Cécile (elle est déjà inscrite à la GTA 11 (haute Tinée) et à la GTA 12 (Vésubie)) et le talent d’ânière confirmée d’Émilie.

Gérard.

Partager

Séjour Bourgogne mai 2006

Une équipe composée de jeunes et d’anciens venant d’horizons différents (de la Belgique aux Pyrénées), un duo d’enfer aux cuisines (Andrée et Isidore), un karak en pleine forme : tous les ingrédients hce étaient réunis...

Le dimanche 21 mai nous étions tous au rendez-vous pour le séjour Bourgogne.

Au début le temps ne nous était pas favorable, et les débutants un peu anxieux.
Mais rapidement la convivialité s’installe et les appréhensions disparaissent.

La bourgogne, ce n’est pas que de la vigne et des caves.
C’est aussi un paysage au relief très prononcé de combes et de falaise.
Vincent a su nous faire découvrir la richesse de la faune et de la flore bourguignonne,sans oublier l’activité principale
de cette région qui est la viticulture.

Les jeunes et moins jeunes ont formé une équipe très sympathique.
Ce fut un séjour réussi.

Roger Bayle (texte et photos)

Que de tentations pour Bernard et Eric au détour des chemins !


photo d’Henry Privat

Qui a dit que le séjour Bourgogne, c’était facile ?

photo d’Henry Privat

Bonne forme physique recommandée pour TOUS !

Ouverture du séjour à Orches près de Beaune, autour d’un verre de l’amitié : très bon accueil. Présentation de chacun, organisation, déroulement, consignes... et comme le dit Vincent : place à créer pour chacun (e) durant la semaine !...

Unanimes dans la bonne humeur, l’effort, la participation active et efficace de tous, la convivialité, le respect et les richesses de nos différences.

Réussite de ce rallye entre 4 joëlettes montées par Dominique, Eric, Aurélie, Bernard et entraînées par Pierre à l’avant, Xavier avec Karak (notre âne accompagnateur)à l’arrière, en serre file. Bravo à eux car ils ont fait le maximum !

Gréement ou préparation des joëlettes et soucis de confort et de sécurité pour les passagers, sous l’œil vigilant des encadrants compétents et des personnes plus expérimentées : merci de nous avoir initiés ! Bravo à vous tous !

Osmose et magie relationnelles, tout au long de la semaine, entre tous, dans des échanges aller-retour et le partage de notre quotidien mutuel.

Gourmets ayant tous appréciés les meilleurs crus, des repas raffinés et enrichis d’arrosages divers saisissant l’opportunité : réussite d’examen, anniversaires, visites de personnes de la région, en compagnie de rires, blagues, drôleries...

Nature, culture ayant fait bon ménage : visite des célèbres Hospices de Beaune, rencontre d’un viticulteur amoureux de son métier, passionné et passionnant. Rendez-vous faune, flore : découvertes de diverse orchidées... et même de l’indiscrétion des tiques qui ont tenté de nous envahir ! C’était la saison !

Enthousiasme, Emerveillement devant la beauté des paysages...

Echange des adresses et « au revoir » car c’est déjà la fin du séjour avec regrets... mais ce 1er séjour pour bon nombre, en appelle d’autres !

Enrichis mutuellement par ce temps fort ! nous nous séparons... mais les liens continuent !

« Petit aperçu d’un premier séjour hce que je vous recommande. »

Une accompagnatrice

Partager

GTA 2005

Les Aiguilles rouges-Chamonix : étape mythique !

De la vallée de Sixt Fer à Cheval à Chamonix, en passant par le Collet d’Anterne, le col d’Anterne et le terrible col du Brévent. Cette étape fait partie des plus difficiles, mais si belle...

Samedi 23 juillet 05 : Après un sympathique voyage en voiture jusqu’à Cluses, nos amis du secteur nous transportent en voiture pour rejoindre Sixt, départ de la randonnée (800 m). Le passage de relais (ainsi que la gourde remplie de l’eau du léman qui sera versée dans la Méditerranée) se fait d’une manière très sympathique, en camping sauvage, avec l’équipe précédente. Une partie de celle-ci campe avec nous et nous quittera le lendemain matin.

passage de relai avec l’équipe GTA 2

Dimanche 24 juillet 05 : Mise en train par une petite journée de randonnée à la découverte du site de Sixt-Fer-à-Cheval. Très sympathique promenade le long du torrent jusqu’à la belle cascade du "voile de la mariée". Tartare me fait prendre des bains de pieds plusieurs fois car il refuse de traverser le torrent.

Lundi 25 juillet 05 : Du vallon du cirque des Fonts, balade forestière jusqu’aux chalets du même nom. L’orage qui menace éclate de manière violente juste après notre arrivée au refuge des Fonts. Juste avant : nous avons découvert les chalets des Fonts. Ils sont encore habités l’été par des gens de la vallée. L’architecture, est très particulière. Nuit chez Alfred Wills qui perpétue l’accueil franc et sympathique de la haute montagne. Chalet modeste, mais chaude ambiance. Alt. : 1368 m

Les chalets des Fonts

Mardi 26 juillet 05 : réveil de bonne heure car à partir de maintenant les choses sérieuses commencent. Nous partons "la fleur au fusil" à l’assaut de la montagne d’Anterne. Après une "chauffe" d’une petite demi-heure, la première difficulté arrive. Quelle mise en jambes ! Terrible arrivée à 2038 m (700m de dénivelée tout de même !) pour le déjeuner bienvenu. Quelle vue de ce petit plateau ! Rencontre avec un groupe de randonneurs. Devant leurs interrogations, je leur explique qui nous sommes et ce que nous faisons. Traversée dans les vertes prairies jusqu’au refuge d’Anterne(1810 m). La descente vers ce refuge est très technique, mais quelle récompense : le plateau sur lequel il se trouve est d’une beauté à couper le souffle ! Les gypaètes volent au-dessus de nos têtes. la fatigue est vite oubliée, d’autant plus qu’une surprise nous attend : une excellente fondue savoyarde ! Le pied ! Inutile de dire que l’ambiance est à la hauteur !

Une fondue bien méritée

Mercredi 27 juillet 05 : Nous reprenons le chemin de la veille mais en le remontant. Très belle traversée sur le plateau en côtoyant les falaises d’Anterne. Le lac d’Anterne nous donne le bonjour. Certains d’entre nous ne résistent pas et plongent une tête. Durant cette journée et la suivante, deux sympathiques gardes de l’association ASTERS nous aident et proposent des animations. Ils veillent sur la réserve naturelle d’Anterne. L’un d’eux, géologue, nous dévoile les mystères de la géologie du secteur. L’autre, nous ouvre les yeux sur tout ce qui nous entoure, mais se montre inquiet sur l’avenir des parcs naturels qui risquent d’être sacrifiés, rentabilité oblige... Encore un effort pour la grimpette jusqu’au col d’Anterne (2257 m). Descente au refuge de Moëde et camping sauvage auprès du refuge.

Sous les falaises d’Anterne

Jeudi 28 juillet 05 : Toute la matinée : descente bienvenue, pour préparer le bivouac. Nous partons pour l’approche du Brévent. Quelle chaleur : Tartare nous fait une crise et refuse de traverser le pont du torrent. Il faudra littéralement le soulever et le propulser sur le pont (une demi-heure d’efforts !). Il fallait voir la tête de ce dernier transformé en danseuse sur ses pattes avant... Montée très raide jusqu’aux ruines des chalets d’Arlevé (1825 m). Soirée magnifique dans la nature, au milieu de nulle part avec un très beau coucher de soleil. Recherche de sources car il n’y a que très peu d’eau, échanges d’éclats de lampes avec nos voisins du refuge de Moëde qui nous souhaitent une bonne nuit.

Bivouac auc chalets d’Arlevé

Vendredi 29 juillet 05 : Très beau lever de soleil ! Nous sommes toujours en compagnie d’un garde d’ASTERS. Un peu d’inquiétude car le Brévent nous attend... Il ne nous décevra pas ! Nous partons avec un handicap car un de nos compagnons s’est abimé le genou la veille et un autre souffre de la cheville... Heureusement que des renforts doivent arriver avec la première benne de Chamonix. Nous les attendons avec impatience car : ce qu’il est rude ce Brévent !! Après de gros efforts sur un chemin très aérien, le col nous ouvre la porte de la vallée de Chamonix, en nous présentant toute la chaîne du Mont Blanc. Mais il faut se presser car l’orage menace. Il nous rattrapera dans la descente vertigineuse sur la piste de Chamonix : la grosse douche ! Arrivée à Chamonix et réception par des représentants de la municipalité, en présence du directeur de l’ENSA, de la presse locale, des responsables d’ASTERS, avec Tartare qui aurait bien voulu entrer et goûter aux petits fours, mais qui est obligé de rester sur la place.

Montée au col du Brévent

Une belle aventure humaine et sportive : c’est bien vrai. Il faut avoir une pensée spéciale pour Tartare qui lui fera toute la traversée de Saint-Gingolf à Briançon cette année et toujours en pleine forme.
Je rentre avec plein de souvenirs et d’amitiés glanés tout au long de cette étape. Quelle belle récompense que de recevoir un grand merci de Patrick qui ne s’exprime qu’avec le regard et les doigts ! Que du bonheur !
Je vous encourage à faire la même chose en 2006.

Claude dit Sassouanah

Partager

La Joëlette hors des frontières.

Les retombées du film, réalisé par Guillaume CARON et Grégory ADOIR, « Les chemins du possible », continuent d’être très importantes.
Guillaume habite maintenant dans la banlieue de Barcelone en Espagne. Il a sous-titré le film en espagnol et le propose très largement, autour de lui. ( une télévision l’a même diffusé )

Il y a quelques mois ce film a attiré l’attention de l’Alliance Française à Sabadell, qui a vivement souhaité connaître Handi Cap Evasion.

Mon grand souhait, à moi, depuis très longtemps, était que les handicapés hors de nos frontières, puissent eux aussi avoir accès à la nature. L’occasion était trop belle !
En partenariat avec l’Alliance Française, la UES (Association de randonneurs) et l’AVAN (association dirigée par un médecin qui a pour but l’intégration des personnes handicapées), une semaine de promotion Joëlette s’est mise en place.

Lionel NGUYEN VAN THE, Grégory ADOIR et moi-même, sommes partis du premier au huit mai pour rejoindre Guillaume.
Des contacts très positifs se sont noués par l’intermédiaire d’une conférence de presse ( Handi Cap Evasion a eu les honneurs de la presse et de la télévision trois jours de suite), d’une exposition photos à l’Alliance Française et une autre à la UES, de trois projections du film avec débat et pour finir d’une très belle rando avec trois Joëlettes. Cette dernière a enthousiasmé les Catalans, et les personnes handicapées auraient souhaité un plus grand nombre de Joëlette tellement les amateurs étaient nombreux.

Cette rencontre Franco-Espagnole va certainement permettre le démarrage d’une activité de pleine nature au-delà des Pyrénées.

A ce jour, il semble que les îles Canaries vont se doter, elles aussi, de Joëlettes et nous pouvons nous en réjouir. Vive la Joëlette espagnole !

En 2007, pourquoi pas un séjour H.C.E de part et d’autre des Pyrénées ? On y pense !

Si vous souhaitez avoir plus de détails sur cette rencontre, vous pouvez me joindre en écrivant à : rolande.matile@free.fr

Rolande MATILE

Partager

Page 14.5
S'abonner au flux RSS

Participez !

Devenez Accompagnateur : toutes les infos pour devenir accompagnateur et participer aux activités Handi Cap Evasion, c'est par ici!

 

Recherche

 

Informations

27 mai 2018

Notez bien les dates de l’AG 2018 : elle aura lieu les samedi 24 et dimanche 25 novembre à Vénissieux.

20 janvier 2018

Désormais, si vous le souhaitez, il est possible d’adhérer en ligne.

Propulsé par HelloAsso

>> Adhérer en ligne

23 octobre 2017

Faire un don en ligne à HCE

Si vous souhaitez soutenir nos actions, vous pouvez désormais nous faire un don en ligne.

Propulsé par HelloAsso

>> Faire un don en ligne

 

Les vidéos HCE

 

Nos Partenaires

 

Récits des séjours 2018