Saint Cyr le Chatoux le 03 juin 2018

C’est une joyeuse troupe d’une trentaine de personnes qui se rassemble au-dessus du village de St Cyr le Chatoux (Beaujolais) par une belle journée estivale. De nombreux jeunes ont répondu à l’appel des organisateurs et c’est tant mieux car il y 5 joëlettes à piloter.

Lucien sera notre guide pour cette belle balade en Beaujolais vert.

Départ de la randonnée à Saint-Cyr le Chatoux (685m). Nous empruntons le GR 76 que nous quittons rapidement pour profiter des chemins de sous-bois
offrant la vue sur la vallée d’Azergues et ses villages perchés : Grandris, Ternand, Chambost...

Après quelques fortes montées, à travers la forêt de la Cantinière, nous retrouvons le GR pour atteindre le point culminant de la rando (870 m). C’est un sommet sans nom avec une ancienne table d’orientation.






Une petite pause s’impose avant d’enchaîner par une descente bien technique et bien raide sur chemin caillouteux. Pas facile pour les nouveaux mais les plus expérimentés prennent le relais et tout se passe bien.

Une nouvelle colline à gravir et nous voici sur un autre sommet sans nom.

Lucien nous a choisi un superbe belvédère avec vue à 360 ° pour la pause pique-nique. Il y a même un pin majestueux pour nous donner l’ombre nécessaire.



Comme les risques d’orage se sont éloignés nous prenons le temps de faire connaissance avec les nouveaux et de donner quelques informations sur l’association. Notre association est vraiment intergénérationnelle puisque parmi les nouveaux venus, il y a Lucien et Coralie, deux jeunes lycéens et Bernard, un solide randonneur octogénaire !


Le retour s’effectue par des chemins ombragés en sous-bois avec quelques points de vue sur la vallée de la Saône et les collines du Beaujolais.
Au-dessus des carrières de Rivolet, nous traversons le hameau du Sandrin, seul lieu habité sur ce parcours. Belle surprise, les habitants nous offrent un panier de cerises fraîchement cueillies et nous autorisent à en prendre directement sur les cerisiers.






Le retour sur St Cyr se mérite car une longue remontée nous attend. Les cerises sont arrivées à point pour redonner de l’énergie aux équipages.


Après le rangement du matériel, c’est "open bar", moment convivial avec boissons et gâteaux car nous profitons de tables de pique-nique installées près du parking. Les dernières cerises donneront lieu à un concours de lancer de noyaux arbitré par Thierry notre enseignant sport.


Nous avons parcouru près de 12 km et 550 m de dénivelé. Bravo ! Merci à tous et en particulier à Thierry et aux étudiants de l’université Lyon 1 venus pour un dernier entraînement avant leur départ en séjour.

Partager

Joyeux anniversaire ! Actes 2 et 3

Et oui, ce beau week-end anniversaire a duré 3 jours. Après la randonnée orientation, la fête du samedi soir, les troupes sont encore fraîches pour deux journées de randonnée. Au programme pour le dimanche : l’ascension de la Roche d’Ajoux (973 m) et du Mont St Rigaud (1012 m) et une randonnée au départ de Ternand à travers les vignobles et villages de pierres dorées le lundi.

Dimanche 20 mai : lever matinal car nous avons un transfert en voiture pour nous rendre au col des Echarmeaux d’où partira la randonnée du jour.
Premières grimpettes dans les bois, sur des sentiers bien caillouteux. Lorsque cela ne monte pas, le terrain devient boueux et glissant.





L’équipe est importante et les relais sont nombreux autour des 5 joëlettes. Yannick nous annonce la pause graine au sommet de la Roche d’Ajoux (973 m). Ce premier sommet de la journée n’est pas accessible en joëlette. Alors, avec l’aide des uns et des autres, chacun va gravir ce sommet à pied.
Aux temps antiques, cette roche était occupée par un temple de Jupiter. Le coin doit avoir de bonnes ondes positives, c’est l’idéal pour la pause.


La vue est bien dégagée. En dessous de nous, les villages de Proprières et de Poule les Echarmeaux, la vallée de l’Azergues, les Mts du Beaujolais, mais le Mt Blanc se cache.

Le plus compliqué, cela va être de choisir le meilleur angle, la meilleure exposition pour la photo au sommet avec la banderole "30 ans, 30 sommets".








Retour aux joëlettes, pour une belle descente vers la Croix d’Ajoux, avant la montée vers le second sommet du jour : le Mont St Rigaud, point culminant du Rhône à 1012m.


Nous faisons une partie de la montée sur une petite route pour nous avancer un peu. La dernière partie se fera sur chemin caillouteux. Nous arrivons au sommet juste à l’heure du pique-nique ! Nous sommes même accueillis en musique par un groupe de jeunes qui a passé la nuit ici. Après les efforts de la matinée, la salade de lentilles préparée par Corinne sera bien appréciée.








Le sommet du Mont St Rigaud est occupé par un mirador en bois, d’une vingtaine de mètres de hauteur, qui permet d’avoir la vue au-dessus des arbres. Nouveaux essais de pose de la banderole au sommet du mirador, puis photos avec des participants à tous les étages. Pour ce second sommet, pas de joëlette non plus et tous vont le gravir à pied.




Nouvelle séance photos après avoir tracé les lettres HCE au pied de la croix du Mt St Rigaud. Pas facile, la barre du E a la bougeotte. Vous avez deviné de qui il s’agit ?


En début d’après-midi : passage à la source du nom du même saint et aux vertus médicinales. En tout cas, le coin est ombragé et l’eau est très fraîche. Certains ne vont pas résister à une belle bagarre avec de l’eau.

L’après-midi nous a été annoncée majoritairement descendante mais nous ajouterons tout de même 100 m de dénivelé supplémentaires. Nous traversons de belles forêts de douglas mais nous avons aussi des zones à découvert avec de beaux points de vue. Les digitales ne sont pas encore fleuries mais les nombreux buissons de genêts sont d’un jaune éclatant.









Nous voici de retour au col des Echarmeaux. Il est 18h30. Nous avons parcouru 16 km avec 450 m de dénivelé positif. Pas mal !

Retour à notre écrin de verdure au Borsat pour un apéritif tout aussi sympathique et tout aussi garni que celui de la veille. La préparation du repas se fait collectivement et en musique car cette fois, c’est Yannick qui devient DJ pour la soirée.






Il n’y a plus d’orchestre mais cela n’empêchera pas les rires et les danses. Les 16 km à pied n’ont pas fatigué Brigitte notre super boute en train !

Lundi 21 mai :
Après le petit déjeuner : pliage du camp, rangement des affaires dans les voitures. Henri est le roi du balayage !
Départ pour le village médiéval de Ternand où nous devons retrouver Jacline venue en renfort pour le lundi. Et oui, l’équipe jeunes nous a quitté mais aussi ceux qui doivent reprendre le travail.


L’objectif annoncé par Yannick est de faire le tour du Mont Chatard. Dès la première montée, l’ équipe de Laurent appelle au secours. La corde a été oubliée ! Qu’à cela ne tienne, Jacline part en courant et nous rejoint à peine essoufflée. Il faut toujours avoir une championne de course à pied avec nous !




Les montées s’enchaînent au-dessus des vignobles. Petite pause graines à l’ombre avant la dernière montée qui nous permet d’atteindre la Croix de Brou.





La salade "Edith" est bien venue. Elle est encore accompagnée de plein de bonnes choses. Le week-end gastronomique continue. Certains rêvaient d’une sieste à l’ombre mais Valentin, aidé de Laurent déclenchent une bataille de pommes de pins contre les filles !!



Les meilleures choses ayant une fin, il faut penser au retour. Un beau passage en forêt. Une pause au milieu des vignobles avec vue sur les villages de Légny et du Bois d’Oingt. Brigitte, Henri, Valentin et Pierre-Marie dévalent les champs pentus pas fatigués ceux-là !





Dernière descente avant la remontée sur le village de Ternand. Belle surprise, Corinne nous attend avec un petit goûter et des boissons fraîches.


Yannick nous annonce le résultat de la petite balade du jour : 12 km et 445 m de dénivelé.Pas si petite que ça !

Quelques échanges "à chaud" suite à ces trois belles journées. L’émotion est palpable. C’était vraiment un très bel anniversaire !


Partager

Joyeux anniversaire, acte 1

L’antenne du Rhône se devait de fêter dignement les 30 ans de notre association, de concert avec les autres antennes lors du week-end des 19, 20 et 21 mai.
Trois journées sportives et festives dans un bel écrin de verdure au-dessus du hameau du Borsat, au Nord du Rhône.

Les locaux,prêtés par les parents de Corinne, conviennent parfaitement à cet évènement important par la simplicité des lieux et le décor naturel exceptionnel.

Chacun s’installe (nuit sous tente ou à la belle étoile) avant de partager un premier pique-nique avec les spécialités salées et sucrées des uns et des autres. Yannick en profite pour donner les consignes pour le bon déroulement de l’après-midi. Il nous a concocté une randonnée d’orientation par équipe.



Chaque équipe sera constituée de 6 à 8 personnes dont 1 passager joëlette, 1 ou 2 personnes dites "handi marchant". Les 5 équipes se différencient par la couleur des vêtements et accessoires. Elles devront s’orienter grâce à un document comportant une carte et quelques indications pour trouver les balises disposées le long du parcours par nos deux VTTistes Antoine et Quentin. Pour compliquer les choses, Yannick nous donne des indications orales pour retrouver 2 des 8 balises.

Vous croyez que c’est simple ? pas tant que ça ! Il va falloir tracer des droites et des perpendiculaires imaginaires, se tremper les pieds dans les ruisseaux, se faufiler entre des branches, errer parmi les souches et les ronces...

Le départ est donné à 14h00 pour l’équipe des rouges. Les autres équipes partiront espacées d’un quart d’heure. L’objectif est d’effectuer une boucle de 8 km, de trouver 8 balises et de répondre aux questions accompagnant chaque balise.
Première équipe partie, l’équipe des "rouges" sera la 1ère perdue. Une fois remise sur le droit chemin, elle se retrouvera en avant dernière position après avoir bien rallongé le parcours.




Tout cela n’est pas très grave car la balade majoritairement en forêt est très agréable. A certains carrefours comme au col de la Croix Montmain, il y a même des embouteillages de joëlettes.





Que dire des questions ? Elles ont trait à l’association, mais aussi à l’environnement. Certaines vont donner lieu à des discussions animées même lors de l’apéritif du soir.
Après examen des cartes de pointage, l’équipe des "verts" est donnée gagnante. Chacun des 8 membres de l’équipe recevra un petit lot souvenir de cette belle après-midi en forêt.

C’est déjà l’heure de l’apéritif et les "petites mains" s’activent en coulisse. pendant ce temps, l’orchestre "les Ocques Rouges" qui va animer la soirée s’installe.








Waouh, quel apéritif grandiose et en musique ! Les Ocques Rouges, groupe de 10 musiciens basés à Saint Jean des Vignes vont nous régaler toute la soirée grâce à la qualité de leurs interprétations. Il s’agit majoritairement de chansons françaises, style jazz, bossa nova...

Repas en plein air avec un délicieux poulet au citron préparé par Corinne. Même pas peur pour 48 convives !



Brigitte, déchaînée ouvrira le bal, qui se prolongera aux alentours de minuit. Les musiciens et chanteurs sont victimes de leurs succès. Ils devront jouer les prolongations.








Petit entracte pour le dessert, les bougies et un petit discours. Cette fois, il nous faut remercier André, qui nous régale avec ses délicieuses tartes aux pommes et ses choux à la crème.





La nuit sera courte car le lever a été annoncé pour 06h30, mais pas de regrets car cette belle soirée a passé trop vite.

A suivre...

Partager

Randonnée à Duerne, dimanche 06 mai

Le vaste parking à l’entrée du village de Duerne est bien calme pour ne pas dire quasiment désert . Seul Jean-Yves reconnaissable à son maillot Handi Cap Evasion et à la remorque qui lui a permis d’acheminer les joëlettes au point de départ est au rendez-vous d’une journée par chemins et sentiers à la découverte de paysages très variés de cette partie méconnue des Monts du Lyonnais.

Et pourtant, « si nombreux, étonnant !... » murmurera un nouvel accompagnateur voyant arriver tout à coup force voitures chargées de passagers venus découvrir la joëlette et son maniement. Les accompagnateurs sont là aussi, souriants, venus partager une journée qui s’annonce radieuse.
On retrouve Thierry et son équipe de l’université Lyon 1 ; cinq jeunes impatients de découvrir la joëlette en vue du séjour d’été dans les Alpes, les lycéens de Trinité et de St-Marc, les jeunes venus se préparer à un séjour ou à l’envisager.
Les accompagnateurs aguerris se comptent, me direz-vous, sur les doigts d’une main. Thierry et Jean-Yves déjà nommés puis René et Bernard. Les joëlettes ont donc chacune leur responsable. D’un œil attentif et perspicace ils rectifieront un équilibre instable, un coup de frein brusque ou tardif etc…




Après une petite démonstration suivie attentivement par tous, on fait un petit tour pour vérifier la prise en main de la joëlette et c’est le départ sur la rue principale du village.
Première grimpette. On met la corde pour un effort partagé et à l’orée du bois des Courtines, petite pause pour un changement de postes. Descente à la recherche de l’arbre fétiche de Jean-Yves.
A la Croix Troullioux, panorama impressionnant : au loin les pâturages qui dominent la vallée de Ste-Foy l’Argentière.
Pour y accéder, il faut d’abord en sous-bois descendre au Haut d’Orjolle, zone de captage de l’aqueduc de la Brévenne. On apprend à choisir le bon itinéraire pour éviter les secousses toujours désagréables pour le passager, passer la pierre ou la marche trop hautes en montant d’abord dessus et en redescendant en douceur.
Pause graine sous les ombrages au Haut d’Orjolle. Il faut prendre des forces pour attaquer la montée spectaculaire vers le hameau de Montfort via les Cotes.





Un peu de goudron, salut à notre sympathique éleveur d’ânes et c’est la rude grimpée sur le plateau par un sentier escarpé, semé d’embuches. On n’est pas trop de quatre ou cinq voire plus pour une montée dynamique. Laurent et Alexandre qui affectionnent les côtes vont s’en donner à cœur joie dans les passages herbeux.




Pique-nique bien mérité au détour du sentier. Echanges, partages, convivialité et nouveaux équipages pour accéder au fond du vallon et ensuite remonter sur Chervolin où nous longeons des cultures sous serres.
Montées et descentes pour accéder à Thues des Sarrasins où nous découvrons l’aqueduc qui affleure au bord du sentier. Exploration par les plus hardies. Elles n’iront pas jusqu’à Saint-Just et Trion, point d’arrivée à Lyon après 70 kms via la vallée de la Brévenne, contournant les monts du Lyonnais par le Nord.








Petite pause au bas de la voie romaine. Rafraîchissement dans le ruisseau.
Le temps passe ; ne traînons pas. Trois accompagnateurs à la corde dans la boue, les pierres glissantes, les marches inévitables. « Ils sont fous ces romains ! »
Quelle chaleur malgré les feuillages qui nous procurent un peu d’ombre. Ce sont les deux derniers kms et les raiders les plus endurants vous diront que ce sont les plus longs, les plus fatigants et les plus interminables. Il nous reste deux kms et demi et 200m de dénivelé pour atteindre le parking de Duerne. Il est cinq heures…





Pendant que quelques-uns plient les joëlettes, on part à la recherche d’un coin d’ombre. C’est bien sûr un agréable moment d’échange et de convivialité mais il s’agit aussi de faire honneur à la collation offerte à l’arrivée par Pascale et Edith ; merci à elles pour les gâteaux, boissons, jus de fruit… servis frais à l’arrivée. Le père d’Imed ne peut rester plus longtemps. Merci à lui pour avoir amené trois lycéens et nous avoir accompagnés tout au long de cette journée.


Les commentaires transmis quelques heures ou quelques jours plus tard soulignent la bonne humeur, l’entraide et la qualité de ces moments de partage.
Nous tenons tous à vous remercier pour cette randonnée qui fut très belle.
Cela nous a beaucoup plu, ce fut très instructif, nous avons beaucoup apprécié vous aider. Nous referons ça avec plaisir.
Bien à vous,
Jules, Victor, Antoine et Oscar

Déjà j’ai été surpris qu’on soit si nombreux. Je pensais qu’il y aurait 2 voire 3 accompagnateurs maximum par joëlette. C’était une bonne chose car comme je m’y attendais la manipulation de la joëlette a nécessité quelques essais.
Au bout d’une heure je pense que je commençais à maîtriser doucement l’engin. Le fait de changer avec un autre marcheur pour se reposer était un plus. Pendant la pause déjeuner j’ai bien accroché à l’ambiance, certains ont partagé leurs gâteaux, l’atmosphère était très agréable et conviviale.
J’ai aussi beaucoup aimé le parcours à Duerne il y a des balades dans les environs.
Merci pour cette super journée !
Hugues

Merci pour cette superbe journée, le soleil était de la partie et la bonne humeur de toute l’équipe ma ravie tout le long de la randonnée, bonne organisation, rencontres avec les habitués d’handi cap évasion et les autres, mais aussi avec les personnes passagères des joëlettes très enrichissante. Coup de main à prendre pour manier et bien diriger mais belle aventure humaine !
Elise

Bonne fin d’année ! Tous, lycéens y compris, ont vu que les séjours sont accessibles à tous !!!

Partager

Randonnée à Frontenas le dimanche 22 avril

C’est à croire que le printemps voulait terminer la semaine avec éclat. Après des semaines pluvieuses, une météo qui nous réservait plus de bas que de hauts, des sentiers boueux et glissants, ENFIN une journée merveilleuse. Le ciel nous rappelle les plus belles journées d’été, le vent reste discret, la température agréable. Toutes les conditions sont réunies pour une excellente randonnée.

C’est à Frontenas, charmant village du Beaujolais, que se trouve le point de départ de notre circuit qui nous conduira à Oingt et Theizé, lumineux villages du Pays des Pierres Dorées qui « vibrent aux premières caresses du soleil ».

Sur le vaste parking, entre jeux de boules et terrains de tennis déjà occupés par de nombreux sportifs, on devine la remorque qui a apporté les joëlettes. Merci Jean-Yves. Lucie, responsable de l’organisation accueille les arrivants. Elle révèlera tous ses talents d’organisatrice.

Montage des joëlettes, explications et premiers tours de roue pour initier les nouveaux au maniement de cet étrange véhicule. Nouveaux, car nous avons l’aide des lycéennes du lycée Trinité (Floriana, Léa et Yasmine) et de deux lycéens (Antoine et Matthieu) du lycée St-Marc. Plus facile devant ou derrière ? une majorité préfèrera la première option. La sortie du village s’effectuera sur un chemin goudronné, propice à la conduite de la joëlette.

Nous nous engageons à travers les vignes qui "feuillent" par ce beau temps. Chemins creux, paysages remarquables. Elles nous accompagneront tout au long du chemin. A plusieurs reprises nous empruntons une voie ombragée, dite voie du tacot, souvenir de la voie de chemin de fer (aujourd’hui désaffectée) qui reliait Villefranche à Tarare. Passages acrobatiques des barrières et pause graines et fruits secs qui permettent à tous de se requinquer. Le pique-nique est encore loin et c’est une côte sévère qui nous attend.







Ne dites plus aller à Oingt mais monter à Oingt. Ne vous laissez pas abuser par quelques descentes au fond d’un vallon. La remontée ne sera que plus raide, sans compter les ruisseaux à traverser, les pierres glissantes qui entraînent quelques chutes malencontreuses surtout chez les bipèdes maladroits.

On oublierait ce chemin caillouteux et peu roulant, n’étaient-ce les prés parsemés de boutons d’or, de primevères, muguets, orties, campanules de rocailles, ainsi qu’ânes et chevaux venus nous saluer aux clôtures à la recherche d’un geste gentil de la part des promeneurs.

Traversée du village d’Oingt par des ruelles bordées de très belles maisons qui mènent à l’église. Magnifique panorama sur les monts du Lyonnais et du Beaujolais.
Les estomacs crient famine. Partons à la recherche d’un lieu sympathique et ombragé. A la sortie du village, encore une montée ! « C’est la dernière » avertissent, souriants, les organisateurs. Ensuite on prend le sentier direction Theizé.









Et le pique-nique dans tout cela ? Ce ne devrait pas être bien difficile ; il suffit d’un lieu herbu, à l’ombre et avec une vue imprenable. Finalement on jettera notre dévolu sur un bord de chemin à l’ombre de quelques arbres. Vue assurée sur la vallée de la Saône.


Le château de Rochebonne se dresse sur notre droite. Si le bâtiment est impressionnant, l’état des étages supérieurs nous laissent perplexes.
Petit tour du village par les rues étroites et les traboules, Attention aux marches particulièrement celles qui ont été usées par le temps et les visiteurs.





Descente par un sentier vers Frontenas. Une flèche nous indique une caborne. Lucien et Bruno ne peuvent résister à la tentation d’y jeter un coup d’œil.


On retrouve la rue Tourne-Cul. C’est cette même rue que nous avions quittée ce matin et qui maintenant nous ramène au point de départ où Lucie et Michel nous régalent d’un goûter apprécié de tous.
C’est le moment d’échanges où on partage ses impressions.


Merci à tous pour les sourires de Valentin, les fous rires de Jérôme qui a manifestement apprécié son équipage et la joëlette, le sérieux d’Eric attentif à tout ce qui lui rappelait un séjour précédent dans le secteur. Merci à Anthony et Henri pour leur intégration au groupe. Sans oublier bien sûr les galipettes de Brigitte.
Merci aux jeunes lycéens. Ce fut pour eux la découverte d’un autre milieu, de jeunes gens de leur âge avec qui ils ont pu échanger.

A Lucie et Michel, notre reconnaissance pour l’organisation de cette journée.
Au plaisir de se retrouver dans d’autres circonstances.

Partager

Page 1.2
S'abonner au flux RSS

Participez !

Devenez Accompagnateur : toutes les infos pour devenir accompagnateur et participer aux activités Handi Cap Evasion, c'est par ici!

 

Recherche

 

Informations

22 août 2018

A l’occasion de nos 30 ans, une cuvée spéciale est mise en vente au profit de HCE.

>> Cuvée 30 ans

27 mai 2018

Notez bien les dates de l’AG 2018 : elle aura lieu les samedi 24 et dimanche 25 novembre à Vénissieux.

23 octobre 2017

Faire un don en ligne à HCE

Si vous souhaitez soutenir nos actions, vous pouvez désormais nous faire un don en ligne.

Propulsé par HelloAsso

>> Faire un don en ligne

 

Les vidéos HCE

 

Nos Partenaires

 

Récits des séjours 2018