Handi Cap Evasion

Présentation de l’antenne de l’Ain

Bienvenue dans l’Ain !

L’antenne de « l’Ain », ou plus précisément « Bugey/Valromey » est née en septembre 2008.

Localisée autour d’Hauteville Lompnes, les sorties proposées se situent en règle générale sur le secteur géographique Bugey/Valromey/Retord. Ce secteur de plateaux, de combes, de collines vallonnées présente en effet un potentiel de randonnées très riche. Et ce en toutes saisons, puisque l’hiver enneigé dans notre région, nous voit poursuivre nos activités de randonnée en raquette avec des patins adaptés sous les joëlettes.

Responsable de l’antenne
Joan DESVIGNE
Rougemont
01110 ARRANC
Tél : 04 37 61 09 22 / 06 81 49 16 52
joandesvigne@orange.fr

Partager

Raid O bivwak 2017

O bivwak 2016, O bivwak 2017. Il faut du temps entre chaque participation à un tel événement. Un an, c’est bien. Juste le temps d’oublier à quel point c’était dur, et pour resigner avec la même inconscience juvénile !

Nous voici donc en juin 2017, de nouveau embarqués dans cette belle galère ! Et pour ramer, on a bien ramé ! Cette année, Joan nous a rejoints tandis qu’Alex laisse sa place à sa chère et tendre compagne, Sandrine. Alex, averti depuis l’année précédente, a la mémoire tenace. Mais l’orgueil masculin lui interdisant l’usage d’une excuse de bas niveau, il fit preuve d’un grand courage en se fêlant une côte pour sa mise hors-jeu ! A charge de revanche, en 2018, on emmène le couple !

Le premier jour, à la Toussuire dans la vallée de la Maurienne, la météo fut avec nous ! Samedi après-midi fut copieusement arrosé par un soleil d’une générosité estivale et qui laissera à certain(e)s de belles traces rougeoyantes sur les peaux fraîchement sortis du printemps ! Devant la ligne de départ, la foule des participants est impressionnante. Et lorsque retentit le coup d’envoi, les quatre joëlettes inscrites s’élancent côte à côte avec le même enthousiasme naïf que celui d’un jeune souriceau se jetant dans la gueule du chat ! Chat pas ce que vous en penchez, mais notre pas non-chat-lent n’a pas duré. La chat-leurre nous transforme progressivement en chat-rogne ! Chat perlipopette, on tient bon le rythme ; on n’est pas venu jouer les pas-chats ! Toutefois, dans les montées comme dans les descentes, les commentaires vont bon train (et la joëlette aussi). Force est de constater que personne ne donne sa langue au chat… Dans tout ce chat-rit-va-rit, tout le monde est rat-vie ! N’empêche, ça grimpe et ça descend mais-chat-ment ! Et lorsqu’en fin d’après-midi nous rejoignons le lieu du bivouac, on n’est pas cramés, mais tout de même bien cuits ! Chat crée journée !

Le bivouac, c’est toujours un moment convivial d’échange, de partage, de bonne humeur qui reflète bien cet état d’esprit entre simplicité et bonheur. Il en faut peu pour être heureux après une telle journée ! Et puis, la nuit tombée, quelle belle expérience que de vivre un orage diluvien bien au sec sous la tente ! C’est une ambiance toute particulière, et les connaisseurs s’en délectent. Les profanes seront en revanche peut être plus inquiets de cette première expérience !

Au petit matin, les efforts de la veille sont bien inscrits dans les corps et la bruine pluvieuse n’arrange pas la situation. Démarche chat-loupé de rigueur ! La canicule du jour précédent laisse place à la fraîcheur printanière. Chat me va bien !

Deuxième jour difficile pour Sandrine qui est bien enrhumée. Emmitouflée dans une grosse doudoune, shootée au Doliprane, elle prendra tout de même place dans la joëlette avec une belle abnégation. Malgré la fatigue, les maux de tête, l’inconfort des secousses, elle conserve admirablement une attitude positive. L’attitude, c’est ce qui fait la force et la cohésion d’une équipe. Dans les moments difficiles, si un seul élément commence à douter, critiquer ou se plaindre, c’est tout le potentiel du groupe qui est mis en péril. Et de l’esprit de cohésion, nous en avons eu bien besoin ! Les sentiers détrempés, boueux et glissants nous ont donné bien du fil à retordre et quelques frayeurs aussi. Particulièrement, il restera gravé comme un souvenir impérissable entre nous, le franchissement d’une côte extrêmement raide transformée ni plus ni moins en infâme champs de boue. Quelle force et quelle détermination il aura fallu pour en venir à bout. Rester positif, toujours y croire, insuffler l’idée du possible. Chacun a donné le maximum de ses capacités. Et ça, c’est la plus belle réussite d’un groupe soudé et d’une telle aventure. Quand cette volonté commune transcende chaque individu, on expérimente toute la puissance de la solidarité. Ça nous en dit long sur le potentiel d’évolution de l’humanité si l’on favorise des systèmes coopératifs en lieu et place des processus de mise en concurrence et de prédation qui sont en cours dans notre monde contemporain.

L’avenir de l’Homme, c’est Ensemble. Et finalement, après un peu plus de quatre heures d’efforts insensés (éloge de la douce folie), nous arrivons tout près du but. Petit clin d’œil de la vie lorsque nous passons à proximité d’un chalet joliment baptisé « la folie pure » ! Oui, il y a quelque chose de beau et de pur dans cette forme de folie douce. Et c’est tous ensemble, les uns contre les autres, autour de Sandrine, que nous franchissons la ligne d’arrivée dans un état de fatigue passablement avancé mais heureux d’être allé au bout de cette belle aventure, soutenu les uns par les autres. On ne se dépasse jamais autant que quand c’est pour des êtres que nous aimons. Cette histoire, une de plus, c’était une pause élégante et précieuse sur les territoires de « l’Authentique ». Et les montagnes aux alentours, gracieusement couronnées de nuages à la blancheur immaculée sont comme des frontières de pureté séparant ces beaux espaces de Vérité de ceux dédiés à la « pose » que nos sociétés imposent. Aux confins de l’espace et du temps, se joue toujours un combat pour préserver le « Fond », cet essentiel, qui trop souvent s’éclipse au profit de la forme. C’est là où tout se con-fond… Et ce combat, il se situe avant tout en nous, au plus profond de l’Humain. Dans la résistance têtue à toutes les formes de paresse, de facilité, de ménagement, qui nous empêche de donner le meilleur de nous-même. Ce n’est pas un secret : L’Homme se crée dans ses mouvements de fond, profond. Le fond toujours, avant la forme. Être, plutôt que paraître.

Cherchant du fond de notre cœur
La vaillance d’être frères et sœurs
L’Ego qui nourrit le paraître
Ira doucement se faire mettre
Cela pour le plus grand bonheur de l’Homme

Qui ne se comportera plus en bête de somme !

Partager

Week-end dans l’Ain les 29 et 30 avril

La reculée de « Baumes les Messieurs » dans le Jura fût la destination d’un 1er week-end de l’antenne de l’Ain, organisé par Brigitte.

Pour la petite histoire, les géologues disent qu’une reculée est une longue vallée qui pénètre à l’intérieur d’un plateau calcaire et qui se termine brusquement, comme un « bout du monde ». De par sa situation et la richesse de sa composition, la reculée est l’une des plus belles du Jura. Au bout de la reculée, se trouvent les fameuses cascades de Baume-les-Messieurs. Il s’agit en fait de la rivière du Dard qui jaillit après un passage tumultueux au cœur des grottes de Baume-les-Messieurs.

1er jour :

Tout le monde se donne rendez-vous pour se retrouver autour d’un café et thé chez notre ami Nico à Simandre sur Suran. Et nous voilà partis dans la joie et la bonne humeur direction Baumes les Messieurs. Nous commençons par une visite guidée de l’Abbaye de Baumes les Messieurs, un des plus beaux villages de France (s’ il vous plait !). Qui plus est, avec un guide bien sympa...

A la fin de la visite, nous sommes ravis de retrouver le soleil car, les 10 degrés dans l’Abbaye nous avait bien refroidis. Les oreilles de Brigitte peuvent en témoigner… Nous flânons à l’intérieur du village, afin de nous mettre en appétit. Mais ne nous attardons pas trop sur la pause pique-nique et hop, mettons-nous en mode rando, à pied jusqu’au bout de la reculée par des chemins techniques (cailloux, petites et grandes marches…).

Deux équipes se mettent en places (filles/garçons) et 1, 2, 3 les joëlettes se mettent à chanter. On peut le dire, la balade était musclée, mais toujours dans la bonne humeur. Fous rires collectifs assurés chez les filles pendant que les garçons continuent d’avancer.

Après avoir bien transpiré, une belle récompense à l’arrivée. On découvre une des fameuses cascades, certains n’hésitent pas à se déchausser pour faire trempette du bout des pieds, la pause s’impose ! Merci Brigitte pour ce beau spectacle. Retour au village par la route après avoir contemplé d’autres cascades sur notre parcours, pour ensuite s’arrêter à Château Chalon. Un joli village, où nous nous accordons une petite pause bien méritée à l’Office du Tourisme en terrasse surplombant une belle vue. Nous avons même droit à un décollage d’une montgolfière. Direction le gîte situé à Lavigny. Installation et dîner au « château ». La soirée s’achève le ventre bien rempli et tout le monde est d’accord pour aller au dodo. A peine couchés, certaines ventilations se mettent à chanter, preuve d’une journée bien remplie.

2eme jour :

Levée des corps vers 7h30 à chacun son rythme, pour un petit déj’ en musique que Brigitte se sera chargée d’apporter. Départ vers 9h30, pour une journée de rando autour de la reculée de Baumes les Messieurs (14 kms et 280m de dénivelée). Des renforts arrivent : Mickael-Laurence et des cousins à Manon (Max et Clément) nous rejoignent. La rando se passe dans la bonne humeur, « tranquillou » et motivés toujours plus que jamais. La journée s’annonce bien sous un ciel bleu et ensoleillé.

Des points de vue s’offrent à nous et nous laissent rêveurs devant tant de beaux paysages. C’est l’heure du pique-nique pour refaire le plein d’énergie. A l’unanimité, nous choisissons de nous poser en compagnie des vaches. Manon s’autorise une petite sieste, mais Brigitte non loin de là, sonne déjà le clairon. Nous continuons à explorer les différents panoramas sous tous les angles qui surplombent le village de Baumes à travers des chemins caillouteux…

Puis, « patrata » !!! La joëlette de Sandy est fébrile. Un brancard se casse net et là… Nico (alias Mac Gyver) trouve une solution pour continuer la balade. Quelle partie de rigolade !!!

Nous terminerons sur une note extrême en empruntant un chemin interminable, pentu, très très étroit et sans oublier quelques cailloux. Toutes les conditions réunies pour des sensations fortes garanties ! Mais heureusement nous avons de bons pilotes.

A l’arrivée, nous faisons un dernier petit tour au village et retour cette fois à pied pour les passagers jusqu’au parking, afin de se dégourdir les jambes.

En conclusion, une fois de plus, l’esprit de groupe nous a donné des ailes. Ces quelques mots valent bien mieux qu’un grand discours. Un bon coup de chapeau à Brigitte pour l’organisation de ce beau week-end et vraiment merci à tous d’avoir participé à cette belle aventure qui nous a permis une fois plus de découvrir de nouveaux horizons entourés de belles personnes, tout ça en toute simplicité !

A renouveler sans modération !!!

Partager

Pages: 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...
Page 1
S'abonner au flux RSS

Participez !

Devenez Accompagnateur : toutes les infos pour devenir accompagnateur et participer aux activités Handi Cap Evasion, c'est par ici!

 

Recherche

 

Informations

24 juin 2017

Urgent ! Pour compléter nos séjours, nous recherchons :
- 3 gars pour les Hautes Vosges Vallée des lacs du 22 au 29 juillet

Contactez directement Dominique Quétier au 06 32 83 79 48 ou domquet@orange.fr

 

Les vidéos HCE

 

Nos Partenaires

 

Récits des séours 2017